Le Passeur (d'idées)

20 février 2018

La réserve de La Rochette

(contact : troozinfo@gmail.com)

logo Vega

 

 

Poursuite de la gestion

La nature se passe bien de l'homme. C'est vrai : il lui faut même parfois s'en défendre !

Comme lorsque des plantes exotiques ont été introduites dans nos contrées où elles deviennent envahissantes... jusque dans les réserves naturelles !

C'est le cas du Buddleia de David, communément appelé arbre à papillons, originaire de Chine et qui s'échappe volontiers des jardins pour coloniser les friches urbaines et périurbaines et les terrains le long de certains axes (routes, canaux, voies ferrées) ; ces milieux artificialisés sont particulièrement sensibles et souvent envahis par ces espèces pionnières. Sympa pour certains papillons mais pas pour les fleurs sauvages qui sont délaissées. Et encore moins sympa pour les espaces envahis au détriment de notre flore indigène.

Acquise par l'association Natagora voici quelques années, la réserve naturelle de La Rochette a bénéficié d'importants travaux de déboisement afin de conserver les pelouses calaminaires sur lesquelles poussent des plantes rares qui résistent aux fortes concentrations en métaux lourds comme le zinc.

20150524_161947

DSCF0026

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La pensée calaminaire, une métallophyte très présente à La Rochette.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La Rochette, c'est aussi un témoin de l'ancienne activité industrielle de Prayon.

 

Quant aux Buddleias, ils ont fait ce mardi l'objet d'une nouvelle journée d'arrachage par des chevaux ardennais, capables de travailler sur des terrains pentus et instables. Conduits à la voix, ils sont d'une dextérité et d'une obéissance étonnantes. Des bénévoles devront encore éliminer à la houe des centaines de jeunes Buddleia disséminés sur le site...

Même si le travail n'est pas fini, le site acquiert petit à petit une configuration optimale en termes de biodiversité, la quarantaine d'hectares protégés constituant un réservoir de nature qui n'a pas fini de nous étonner.

 

20180220_112252

20180220_112301

20180220_112318

20180220_112332

20180220_112334

20180220_112337

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

20180220_115719

20180220_103219

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

IMG_1962

 

 

 

 

 

 

 

 

IMG_1937

Cuivrés commun et fuligineux, deux beaux papillons de jour parmi d'autres.

 



.

Posté par infotrooz à 04:57 - - Permalien [#]

19 février 2018

La transition, c'est maintenant... ou jamais

 

  (contact : troozinfo@gmail.com)

logo Vega

 

 

Appel aux (candidats) élus...

Vous trouvez que le monde ne tourne plus très rond, que la consommation a pris le pas sur la raison, que le productivisme avilit les gens, que nos représentants s'obstinent à perpétuer un système qui nous conduit droit dans le mur, que le dumping nous fait tous régresser, qu'il est minuit plus un quart... ? Moi aussi.

 

Vous vous sentez impuissants face à de tels enjeux, vous pensez que les autres ne font rien pour que ça change, qu'ils sont trop nombreux à vouloir vivre chez nous et bénéficier de la protection qui nous est assurée, vous pensez qu'il est trop tard mais qu'il vous reste un peu de plaisir à prendre avant que la mer ne monte, que les prairies aient toutes été bâties, que les forêts aient été remplacées par des palmeraies et que les océans se noient dans le plastique, que de toute façon vous n'y êtes pour rien et que vous n'y pouvez rien ? Pas moi. 
.

  • le jeudi 1er mars 2018, à 20h00 à la salle “Petite France“ de Surister (Jalhay-Sart)

Jean-Claude Mensch, Maire de la commune d’Ungersheim et initiateur de la Transition dans son village… viendra partager son expérience. Peut-être préfèrerez-vous 69 minutes sans chichis…

https://www.mairie-ungersheim.fr/village-en-transition/

Ungersheim

 

 

 

 

 

 

  •  du 15 au 25 mars

2ème édition du festival qui pose la question de la transition alimentaire en région liégeoise.

L’occasion de rassembler les énergies citoyennes et collectives au service de ce qui pourrait nourrir la ville demain, pour approfondir la réflexion sur l’avenir de notre alimentation et celui de nos enfants. Pendant ces 10 jours, nombreux débats avec une multitude de représentants politiques et de la société civile, échanges citoyens, ateliers, concerts, concours photo, projections, menus sains et locaux, balade à vélo des initiatives... dans de nombreux lieux à Liège. Période du carême, idéale pour réfléchir à comment manger plus écologique, plus solidaire, plus durable.

https://nourrirliege.be/

  • le mercredi 21 mars, 20h00 à la salle Nopius ULiège, Place République Française, 41

Rob Hopkins, co-fondateur du mouvement des Villes en transition donnera une conférence. A vous de voir : il y a aussi NCIS, Questions à la une, Touche pas à mon poste ! et du foot à la téloche le mercredi.

Inscription obligatoire.

https://nourrirliege.be/evenement/grande-conference-de-rob-hopkins/

Rob H

 

 

 

 

 

 

  • Un nouveau jour sur terre 

Et puis, si vraiment vous aimez la téloche, allez au moins au cinéma de temps en temps, aux Grignoux de préférence pour éviter les odeurs de fritures et de pop- corn et ne pas engraisser les industriels du film, de l’huile de palme et du collagène. Je vous conseille « Un nouveau jour sur terre », juste pour voir les merveilles de cette planète bleue qui nous a vus naître, avant que notre imbécilité et notre avidité ne les bazardent définitivement.

http://www.grignoux.be/films/4808-un-nouveau-jour-sur-terre

1

2

3

4

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



.

Posté par infotrooz à 02:05 - - Permalien [#]

16 février 2018

Life in Quarries

  (contact : troozinfo@gmail.com)

logo Vega

 

 

La nature et les hommes


Vous reconnaissez cette carrière ?

carrière Longtraz

C'est celle des Longtraz !   (entre Trooz et Fraipont)

Elle est partie prenante dans le projet Life in Quarries, comme d'autres en Wallonie.

Huit minutes d'un beau film (en anglais) de présentation de ce projet qui vise la protection d'espèces naturelles menacées dans des carrières... en exploitation !

https://www.youtube.com/watch?v=Mqdgv-jTBR0

 

tableau général

Le site du projet : http://www.lifeinquarries.eu/  

 

cal

camion 2

 

carrière 2

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

schéma

 

crapaud

pièce d'eau

 



.

 

Posté par infotrooz à 01:10 - - Permalien [#]

14 février 2018

Site Prometa (La Brouck - Chaudfontaine) - Partie III

 (contact : troozinfo@gmail.com)

logo Vega

 

 

tabula rasa

Après 3 mois de travail, le site des anciens laminoirs de La Rochette à Chaudfontaine est aujourd’hui un vaste espace totalement dégagé. Restent 3 halls dont les 2 côté amont viennent à leur tour d’être rachetés par la SPAQuE ; l’ensemble sera démoli prochainement.

IMG_7049IMG_7103

 

 

 

 

 

 

 

Des sondages du sol sont en cours afin de voir si le terrain est pollué, ce qui déterminera les opérations d'assainissement nécessaires. A priori, au vu des activités anciennes qui ont eu lieu sur le site, cela ne devrait pas être le cas.

En prévision de la réhabilitation du site et de son équipement en faveur du déploiement de nouvelles activités économiques, la SPI vient d’attribuer le marché public en vue d’une « reconnaissance de zone » qui permettra de définir le périmètre d’intervention, étape préalable à l’octroi des subsides nécessaires.

Vous vous rappelez de cette maison en ruine à l’entrée de l’ancien terrain de foot du FC Chaudfontaine, aujourd’hui terrain de rugby ? Elle a enfin été rasée, elle aussi. Personne ne la regrettera !

 

20171126_094212

20180214_170825

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Plutôt que d’urbaniser encore et encore des terres agricoles, la priorité est de revaloriser ces nombreuses friches industrielles facilement accessibles ! 

Ces espaces sont idéalement situés pour le déploiement d'activités de services et de production à haute valeur ajoutée.

 



. 

 

Posté par infotrooz à 19:55 - - Permalien [#]

11 février 2018

Quelle importance la commune...

(contact : troozinfo@gmail.com)

 115944017_o

...accorde-t-elle aux chemins ?

Depuis 2013, on en parle des chemins à Trooz : balisage, nettoyage, GR, entretien, bancs, circuit Charlemagne...

Il y a même un petit tronçon accaparé de longue date par des riverains à Péry qui a été rouvert au public (l'arbre qui cache la forêt)...

Le réseau de chemins publics de la commune est bien développé et constitue un véritable attrait pour les habitants et les visiteurs : il suffit de voir le succès des marches organisées pour s'en rendre compte. Si certains chemins sont situés sur des terrains publics, d'autres ont une assiette privée ; grevés d'une servitude de passage, l'accès aux promeneurs ne peut être enfreint.   

 

Le budget extraordinaire 2018 prévoit un montant de 50.000 € pour l'entretien... extraordinaire des chemins. C'est la première fois qu'un tel investissement (financé par un emprunt) est prévu en faveur de la réhabilitation des chemins ; peut-être est-ce le résultat de plusieurs années d'attention portée à ce "patrimoine" qui nous est cher... et utile !

Parce que les chemins ne servent pas qu'à divertir les promeneurs ; ils sont aussi des voies de circulation pour celles et ceux qui, de temps en temps, considèrent qu'aller acheter un pain ou rendre visite à un ami ne nécessite pas de prendre sa voiture. Sans compter ceux qui n'en ont pas, de voiture.

C'est le cas du chemin du Thier qui conduit de la cité à la rue Laurentpré via le bois communal de la "spinette" et le sentier entre le chemin de fer et la Vesdre.

Cela fait 5 ans que je demande que l'on replace les escaliers qui, autrefois, permettaient de franchir le passage le plus abrupt et dangereux mais que la majorité précédente a cru bon d'arracher (car vétustes) pour les remplacer par... des graviers (aujourd'hui certainement au fond de la Mer du Nord).

J'ai apparemment le tort d'être dans l'opposition, raison pour laquelle les "oui oui" ne se sont jamais traduits par la moindre action concrète. Mais oui, quelle autre explication pour justifier une telle nonchalance ?

Ce passage demeure donc dangereux et le chemin n'est plus qu'utilisé par ceux qui se sentent assez assurés pour ne pas risquer de tomber. Dans les conditions hivernales actuelles, tout le monde - jeunes compris - prend évidemment des risques. 

La Commune va dépenser 50.000 € pour la réhabilitation des chemins cette année. Ca serait bien que ce soit, aussi, pour leur rendre leur vocation première. Sans oublier le chemin du Thier donc.

 

promenade n°3 091

Le lot "0" du PCDR (Plan Communal de Développement Rural) consacre une fiche au développement et à la mise en valeur des itinéraires de promenades pour favoriser la mobilité douce dans les villages.
.

20180210_104344

20180210_104404

20180210_104418

20180210_104441

20180210_104450

   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

20180210_104503

 

 

 

 

 

 

 

 

 

20180210_104535

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

.

Posté par infotrooz à 01:30 - Permalien [#]

09 février 2018

CHB : comparaison n’est pas raison

 contact : troozinfo@gmail.com)

 115944017_o

Mais quand même…

 

L’actualité nous offre parfois de biens belles démonstrations de l’absurdité de certains projets de développement.

En matière de mobilité par exemple.

  • CHB, c’est 500 millions d’euros pour 12,5 km de liaison autoroutière… à construire entre Cerhexhe-Heuseux et Beaufays pour relier l’E40 à l’E25, via un long viaduc enjambant la vallée de la Vesdre.
    .
  • L’A601, c’est 5 km de bretelle d’autoroute qui relie la E40 à la E313 à hauteur de Herstal et Fexhe-Slins, fermée depuis décembre 2014 en raison de l’état jugé trop dangereux de son revêtement. Le coût de la remise à niveau est estimé à une dizaine de millions d’euros.

A601

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les infrastructures routières wallonnes sont particulièrement denses et leur seul entretien coûte très cher aux pouvoirs publics qui, depuis quelques années déjà, sont confrontés à de lourds et couteux travaux de restauration d’ouvrages d’art construits dans les années 60’ et 70’. D’autant plus dégradés pour certains qu’ils n’ont pas été entretenus comme il eu fallu, faute de moyens.

 

Non reprise dans le plan infrastructures 2016-2019, l’A601 n’est pas prête à rouvrir à la circulation. Sera-t-elle reprise dans le plan 2020-2024 ? Ses 13.000 voitures par jour ne plaident pas en saveur, bien d’autres autoroutes en mauvais état étant plus fréquentées.

Quant à CHB, ce projet titanesque engloutirait des budgets qu’il est plus nécessaire que jamais de consacrer à l’entretien du réseau existant mais surtout à une mobilité plus responsable par rapport aux enjeux globaux qui s’imposent à nous : le réchauffement climatique (la part des émissions de gaz à effet de serre provenant du transport routier ne cesse de croitre), l’érosion de la biodiversité (une étude allemande montre qu’en 30 ans, la population totale d’insectes volants a diminué de 75%... dans des sites protégés !) et la perte des surfaces agricoles (1.800 ha de perdus en moyenne de 1985 à 2015 en Wallonie).

CHB - vue reconstituée

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


L'autoroute tue la ville et urbanise la campagne

Construire de nouvelles autoroutes, fussent-elles des liaisons ou des bretelles, c’est aussi faciliter la périurbanisation (les habitants qui en ont les moyens quittent la ville pour s’installer à la campagne), précariser certains quartiers urbains et appauvrir les agglomérations, encourager la dispersion des logements et des activités sur le territoire, poursuivre son urbanisation et... accroître les besoins en mobilité !

plan de secteur

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un aménagement du territoire destructeur.

Savez-vous que de 1990 à 2013, les surfaces résidentielles ont cru de 35% pour une augmentation de 9,8% de la population ? La consommation de nouvelles terres (souvent agricoles) consacrées à l’habitat se poursuit certes à un rythme moindre mais… continue de miter le territoire, les plans de secteur ayant défini des « zones à bâtir » bien trop vastes par rapport aux besoins réels et souvent bien mal réparties pour imposer un aménagement raisonné de nos campagnes, économe en espaces et respectueux de l’identité de nos villages et communes.  Après le CoDT, le SDT : le gouvernement wallon planche, notamment, sur un projet d’interdiction de construire sur des terrains vierges d’ici 2050, via une réduction de moitié de cette expansion de l’urbanisation d’ici à 2025 ; après le Betonstop flamand, voici donc le Stop au béton wallon… qui inquiète la Confédération Construction wallonne. Qui ajoute (il me faut être honnête) que l’urgence est aussi à plus court terme : « Si on veut renforcer l’attrait et la qualité des zones bâties actuelles, il est essentiel d’accélérer les politiques de revitalisation urbaine et rurale, de stimuler la démolition-reconstruction des tissus vétustes, de restaurer le bâti historique, d’assainir les friches industrielles et d’amplifier la rénovation énergétique des logements et des bâtiments secondaires et tertiaires »

 

Stop aux nouvelles (auto)routes

Construire de nouvelles autoroutes, c’est aussi imposer définitivement un mode d’organisation et de fonctionnement aux familles et habitants (néo)ruraux qui n’auront d’autre choix que d’acheter une voiture (ou deux, ou trois) pour tous leurs déplacements. C'est aussi conditionner tout un tissu rural aux déplacements motorisés tout autant qu'inféoder la population à la voiture, et reléguer les moyens de déplacements alternatifs au second rang.

La voie de l’inflation des infrastructures routières, c’est créer bien plus de problèmes que ce que cela n’en résout.

.

La Fédération des associations de protection de l'environnement IEW (Inter Environnement Wallonie), dans son « Plaidoyer pour des affectations budgétaires rationnelles et efficaces » de septembre 2017, propose 20 ans de… mobilité durable à partir des 500 millions d’euros (minimum) que couterait CHB.  IEW___Plaidoyer_affectations_budg_taires_efficaces

Au-delà de l’urgence environnementale (investir dans l’accroissement du réseau routier implique aujourd’hui de facto de renoncer à répondre à l’enjeu climatique), IEW propose d’investir :

-       330 M € dans les modes actifs de déplacement :

  • Politique cyclable dans les 29 pôles majeurs ou principaux wallons (130 M €)
  • Crédits d’impulsion pour la concrétisation de plans communaux de mobilité (200 M €)

-       100 M € dans les transports publics :

  • Bandes bus prioritaires en agglomération (100 M €)
  • Centrales de mobilité (42 M €)

-       32 M € dans l’Administration :

  • Renforcement des moyens humains (AWAC, DGO1, DGO2)

En sus des budgets affectés aujourd'hui à ces politiques, bien entendu.

Pour qu’un jour, en Wallonie aussi, celui qui décide de partir travailler à vélo, visiter des amis en voiture partagée ou se rendre au musée en bus sans y perdre de temps dans… les embouteillages puissent le faire efficacement et sans danger.

 

20170922_174056

 

 

 

 

 

20160729_105932

.

 

 

20171014_110856

 

 

 

 

 

 

 



.

 

Posté par infotrooz à 03:31 - - Permalien [#]

02 février 2018

PUBLIFIN – NETHYS : l’autorité publique doit s’affirmer

(contact : troozinfo@gmail.com)

 logo VEGA

Il y a un peu plus d’un an, l’éclatement de l’affaire PUBLIFIN révèle ce que beaucoup savaient déjà : l’existence de 3 comités de secteur sensés éclairer le conseil d’administration de PUBLIFIN et composés d’un total de 24 membres qui reçoivent une rémunération indécente et sans commune mesure avec l’apport - pratiquement inexistant - de ces structures. Parmi eux, de nombreux élus communaux et provinciaux.
.
La voie est longue et sinueuse pour qu’au sein d’une structure publique, les pratiques soient assainies et l’éthique de l’engagement rétablie. Certains au sein de la direction de PUBLIFIN n’ont manifestement toujours pas compris combien des mœurs dictées par le goût de l’argent portent un énorme préjudice à l’action publique et à sa représentation démocratique.
.
La demande pour les dirigeants d’échapper au plafonnement de la rémunération qu’il est prévu de fixer à 245.000 € est intolérable. La défense de l’initiative industrielle publique, mise en avant par tous les acteurs politiques, est fortement mise en danger par ceux qui manquent de probité.
.
VEGA demande que toutes les personnes impliquées dans la modification du rapport entre son approbation par le CA et sa transmission au gouvernement soient écartées de la structure. Il ne s’agit ici plus d’une question d’éthique mais d’une faute grave qu’il convient de sanctionner. Il en va non seulement de la crédibilité de l’autorité publique mais aussi de l’avenir du groupe dont les développements multiples présentent un niveau de risque incompatible avec l’accomplissement de missions de base du service public. 
.
Il existe en Province de Liège, épicentre de l’affaire, des structures entièrement publiques qui fonctionnent bien, comme les intercommunales environnementales par exemple. Leurs relations étroites et saines avec les pouvoirs locaux et régionaux permettent le contrôle démocratique et la transparence nécessaires à la bonne exécution de leurs - seules - missions de services publics.  Ce modèle public, dans lequel s’inscrivaient autrefois les activités de production et de distribution du gaz et de l’électricité, doit être conforté.
.
La structure PUBLIFIN est le contre-exemple : il est temps de réformer cette société, en commençant par appliquer toutes les recommandations de la Commission d’enquête.

 

éolienne

Nethys

 

 

 

 

 

 

 



.

 

 

Posté par infotrooz à 05:30 - - Permalien [#]

30 janvier 2018

Conseil communal du 29 janvier 2018

(contact : troozinfo@gmail.com)

logo Vega

 

Ce qu'il faut retenir

Durée : 1 heure

Présences : 17 sur 19

Assistance : 6

Avant la réunion mensuelle du Conseil communal avait lieu une réunion commune des Conseils communal et de l’action sociale au cours de laquelle Nicolas Sools a rapporté les synergies existantes et à développer entre la Commune et le CPAS. Tous les détails sur le blog Sudpresse de Trooz http://trooz.blogs.sudinfo.be/archive/2018/01/30/conseil-communal-du-29-janvier-2018-246695.html

Le 6ème point à l’ordre du jour du Conseil communal consacré au budget 2018 du CPAS a permis d’en apprendre davantage sur les missions de cette importante institution qui a vu le nombre de bénéficiaires du RIS (revenu d’intégration sociale) passer de 102 à 139 en une année ! Pas besoin de chercher loin l’origine de cet accroissement spectaculaire de personnes en grande difficulté sur notre territoire : la politique socio-économique fédérale qui, petit à petit, détricote les acquis sociaux sous prétexte de compétitivité de nos entreprises, et qui confie des missions toujours plus nombreuses au privé qui, comme chacun sait, coute moins cher et est plus performant que le public. Dans un contexte de dumping social et fiscal éhonté en Europe, cette politique du plus performant et de la flexibilité à outrance a pour premier effet de saper les mécanismes de solidarité et de jeter dans le désarroi et la précarité un nombre croissant de personnes.

« Trooz prend sa part » : il me paraît prioritaire de venir en aide aux personnes les plus vulnérables de notre communauté. Le Bourgmestre acquiesce.

Le budget annuel du CPAS est de 2,5 millions d’euros, couvert en partie par la dotation communale de 977.000 euros. En plus d’accorder une aide financière à ces 139 personnes (dont une trentaine d’étudiants), le CPAS remplit - en collaboration avec divers organismes spécialisés - d’autres missions qu’il n’est jamais inutile de rappeler : médiation de dettes, repas à domicile pour les personnes de plus de 65 ans, stages et formations, réinsertion socio professionnelle, articles 60 (RIS remis au travail pendant 2 ans dans des conditions financières favorables pour l’employeur et permettant aux travailleurs de récupérer leurs droits à l’allocation de chômage)…

Le point 9 consacré à la présentation par Christophe Marck du rapport d’activités 2017 de la CCATM (Commission Communale d’Aménagement du Territoire et de la Mobilité) ne nous a logiquement rien appris : accorder 13 ou 18 permis d’urbanisme ne dit rien de la politique communale en cette matière. A force de taper sur le clou…, la majorité propose d’organiser en mars une réunion de la Commission de l’Urbanisme et de l’Aménagement du Territoire, la première de cette législature ! Bien sûr, la date des élections approche et la majorité sait qu’elle aura à s’expliquer sur le sujet, mais je salue néanmoins cette décision et participerai constructivement à la réunion.

Le point 12 mérite un petit rappel : un des derniers emprunts de la commune avait été contracté auprès de la banque Belfius malgré son coût un peu supérieur mais une plus grande compatibilité avec la comptabilité communale. La banque ING, dont l’agence de Prayon sera bientôt la dernière de la Commune, a cette fois été choisie pour ce 1er emprunt de 2018, moins chère que ses concurrentes et offrant des procédures d'intégration de cet emprunt qui sont aujourd’hui également compatibles avec les nôtres.

Sinon, la convention « je cours pour ma forme » a été renouvelée, Intradel mènera en 2018 sa traditionnelle action de prévention des déchets et nos trois bibliothèques rentrent dans un système « partagé » mis en place par la Province qui permettra d’étoffer l’offre de livres à emprunter.
.

20150217_143015

20180127_134741

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Le social et l'aménagement du territoire : 2 sujets importants débattus en Conseil communal.

 



.

Posté par infotrooz à 05:01 - - Permalien [#]

26 janvier 2018

Conseil communal du 29 janvier 2018

(contact : troozinfo@gmail.com)

logo Vega

 

 

6  POINTS à mettre en évidence :

 6.      Centre Public d'Action Sociale - Budget 2018 ;

 9.      CCATM - rapport d'activité 2017 ;

 10.    CCATM - Modification de la composition - démission d'un membre effectif ;

 12.    Emprunt - Exercice 2018/1 - Conclusion du contrat 

 15.    Règlement communal en matière de collecte de déchets

 16.    Environnement - Actions de prévention - Mandat à Intradel

euro

1

.

.

.

.

.

.

.

.

.2

 

.

 

.

.

.

.

4

.3

.

.

.

.

.

 

.

.

.

.
.

Compte-rendu rapidement après la séance.

.



.

Posté par infotrooz à 02:48 - - Permalien [#]

22 janvier 2018

Un petit Val-Benoît à Bavière...

 (contact : troozinfo@gmail.com)

logo Vega

 

 

Dentisterie de Bavière

   Témoin de l’architecture moderniste des années 30’... sur le fil du rasoir.

.
Elle verrait son avenir assuré si elle se situait sur le site du Val Benoit, en pleine reconversion puisqu’après l’ancienne faculté de Génie Civil reconvertie en un temple pour  entreprises innovantes, les travaux de restauration et d’aménagement se poursuivent sur l’ancien site universitaire qui, à terme, accueillera une multiplicité de fonctions dans un cadre préservé et bien desservi par les transports en commun : 1.800 personnes y sont attendues pour y vivre, travailler et se former. Ce succès assuré, on le doit à un Master plan visionnaire et prospectif, respectueux de l’histoire et des bâtiments anciens. Un peu de patience et la porte sud de la Ville arborera fièrement l’ambition des Liégeois de construire l’avenir sur les assises solides du passé.

Mais l’ancien « Institut de stomatologie » est isolé à la pointe de cette friche de Bavière qui constitue la porte nord de la Ville, cette qui depuis 30 ans traduit cette difficulté des liégeois à fédérer les énergies et à préserver un patrimoine si souvent délaissé et qui se détériore faute d’idée, d’imagination, d’audace ; faute d’intérêt ! L’étendard autrefois fier et beau de la dentisterie se transforme petit à petit en un chancre sans que personne ne le voit, sans que personne ne le sache, sans que personne ne s’en soucie, qui finit par offrir ses fenêtres béantes et ses briques noircies à la vue de tous… mais que les Liégeois n’osent plus regarder tant ils ont honte. Ici, pas de Master plan crédible, de réflexion sur la mobilité durable, d’urbanisme inclusif, de perspective paysagère ; pour éviter la plus diffamante comparaison avec le célèbre trou de la Place Saint-Lambert, la Ville a fini par se résigner et confier au privé le devenir de cette zone stratégique de Bavière où des activités regroupées autour de la culture et de l’enseignement, du logement, du sport (etcétéra, comme on le lira sur le site de la Ville) occuperont le terrain.

Et bien non ! Les liégeois ne l’acceptent pas. La dentisterie de Bavière a un avenir si on décide enfin de lui en donner un. Il est temps de se ressaisir, d’arrêter les promesses sans lendemain, d’ouvrir les yeux et de voir que oui, ce bâtiment a un vrai potentiel pour y déployer des activités artistiques et permettre au monde liégeois de la création et des arts plastiques d’investir les lieux. L’art ne rapporte pas d’argent ? Non mais il donne du rêve, de la poésie, de nouveaux horizons et rapproche les gens au-delà de toutes nos différences, celles-là mêmes dont certains voudraient nous faire croire qu’elles sont un danger.

Avec les bâtiments de l’ancien hôpital qui occupent l’angle du Boulevard de la Constitution et de la Rue des Bonnes Villes, la dentisterie rénovée, rendue à la vie, constituera l’âme du futur projet attendu sur le site de Bavière dont il n’est pas interdit de penser qu’il soit revu, lui aussi, pour offrir à Liège une vraie belle porte d’entrée au nord de la Ville.

 

IMG_1172118834611

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 
IMG_1202

 



.

Posté par infotrooz à 05:09 - - Permalien [#]

19 janvier 2018

Un petit Val-Benoît à Bavière...

 (contact : troozinfo@gmail.com)

logo Vega

 

 

 

VEGA demande une seconde chance à la Ville.

http://vega.coop/actualites/communiques/dentisterie-vega-demande-a-la-ville-de-donner-une-chance-a-la-sauvegarde-du.html

capture 1

La sauvegarde de l'ancienne dentisterie est entre les mains de la Ville de Liège.

 

Pourquoi sauve-t-on le Val-Benoît et pas cet ancien institut de stomatologie qui, toutes proportions gardées, présente une vraie valeur architecturale et des potentialités en termes de réaffectation ?

Voici une image réalisée par l’atelier XXe/reconversion de la faculté d'architecture (Georges Eric Lantair, Olivier Fo...urneau et Aloys Beguin), qui montre à quoi pourrait ressembler la dentisterie si elle était rénovée.

capture 2

 

 

 

 

Voici une image réalisée par l’atelier XXe/reconversion de la faculté d'architecture (Georges Eric Lantair, Olivier Fourneau et Aloys Beguin) qui montre à quoi pourrait ressembler la dentisterie si elle était rénovée.

Il est encore temps de sauver ce bâtiment !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

.

Posté par infotrooz à 13:09 - - Permalien [#]

18 janvier 2018

Ancien hôpital de Bavière

    (contact : troozinfo@gmail.com)

logo Vega

 

 

Démolition après l'incendie ?

 

Willy Demeyer répond ! 

 

20180118_111452

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  
Dans la nuit du 30 novembre au 1er décembre, la toiture de l'ancien hôpital de Bavière partait en fumée.

 

Capture 1

Capture 2

 

 

 

DRfgbKiXkAUVqrIInst Stomato 3

 

 

 

 

 

 

La Maison Rigo

L'ancien institut de dentisterie

 

 



.

Posté par infotrooz à 03:15 - - Permalien [#]

16 janvier 2018

La nature aseptisée

 contact : troozinfo@gmail.com)

 115944017_o

Miroir de la nature humaine

 

Dans son premier essai de 1988 parmi une série consacrée aux rapports que l'homme entretient avec la nature, le chercheur François Terrasson examine la perception que l'homme a de la nature, et en tire les raisons qui finalement poussent à la détruire : la peur de tout ce qui est « organique, griffu, gluant, vaseux... ». 

Pour s’en protéger, l’homme s’extrait de la nature… alors qu’il en est issu et qu’il lui doit sa survie.

Plus qu’à méditer, car cet affranchissement ne cesse de se renforcer avec l’ère numérique qui pourrait nous faire croire que notre salut se trouve - forcément - sur le réseau. Cette nouvelle croyance que le progrès et les « nouvelles technologies » apporteront une solution à tous les problèmes, même les plus ardus et urgents, est un vrai danger. Par le passé, beaucoup ont cru que si l’humanité était capable d’envoyer des hommes sur la lune, elle n’aurait aucune difficulté à éradiquer la faim dans le monde ; que si l’humanité était capable de construire une bombe d’une puissance suffisante pour éradiquer la vie sur un continent entier, tout conflit entre « grandes puissances » deviendrait impossible. Ces fléaux continuent pourtant d’affecter des millions d’hommes, de femmes et d’enfants dans le monde.

Notre monde de plus en plus connecté nous a coupé nos racines et dans bien des cas, les écrans sont devenus un obstacle entre l’espèce humaine et sa terre nourricière.

Au quotidien, dans les rues où nous vivons, et jusqu’à la « campagne » à Trooz et ailleurs, une des manifestations de cette perte de contact est cet aseptisation de nos espaces de vie, jusqu’à nos propres jardins desquels la nature est totalement exclue.


"Urbanisez cette nature que je ne saurais voir !"

20160709_135502

CaptureHautes-Fagnes 18-12-07 - 002

 

 

 

 

RN Lande à génévriers juillet 08 - 003

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

"Ma vision de la nature, c'est cela"

20140830_16241420150605_143329

 

 

 

 

 

 

20160403_112125

 

20151122_142444

 

 

 

 

 

 

20160626_150513

 

 

 

 

 

 

 

 

 

20160730_204820
chapelle de Trooz 034

 

 

 

 

 


 

20160723_165406

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

"Dommage, car ça pourrait aussi être cela"

20150605_143616

 

 

 

 

 

 

 

 

 

20151031_153542

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

"Alors, on invite, on gère, on (en)cadre, on réinvente la nature"

 

20160403_112919

20160403_112923

 

 

 

 

 

 

 

 

20160807_164646

20160815_162439

20161009_110133

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

IMG_9963 - Paris - Jardin des Plantes

 

 

 

 

 

 

 

 

"Et si on laissait faire la nature ?"

20160529_151842

 

 

 

IMG_2467

IMG_2678

IMG_2751

IMG_3225

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

stage CNB 2013 138

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Il serait ridicule - et contre-productif – de blâmer les gens qui chassent la nature hors de chez eux, hors de leur vie ; mais les inviter à (re)découvrir la diversité, la beauté et les bienfaits de la nature qui nous entoure pourrait les… reconnecter avec leur propre nature.

 

 



.

Posté par infotrooz à 02:17 - - Permalien [#]

11 janvier 2018

Créer 12 Conseils de quartier à Liège

115944017_ocontact : troozinfo@gmail.com)

 

Pour un renouveau de la démocratie et...

... une meilleure gestion des dépenses publiques

 

La Coopérative politique VEGA a inscrit à l'ordre du jour du Conseil communal de la Ville de Liège du 29 janvier un projet de délibération visant à créer à Liège, dès les prochaines élections locales (2018),
douze conseils de quartier élus — comme le Code wallon de la démocratie locale en offre la possibilité aux villes de plus de 100.000 habitants (possibilité qu'aucune d'entre elles n'a activée).

Si vous trouvez que l'idée mérite d'être débattue, nous vous invitons à une matinée de réflexion sur le sujet. Quelles doivent être les compétences de ces Conseils de quartier ? Comment articuler leur travail avec celui du Conseil communal ? Comment éviter qu'ils soient cadenassés par les logiques partisanes ? Comment fonctionnent les Conseils de quartiers dans d'autres pays, où ils sont fréquents ?

image

Nous prendrons trois heures pour affiner ensemble la proposition qui sera défendue le lundi 29 janvier, par notre conseiller communal François Schreuer, au Conseil communal.

Orateurs :

Yasmine Kherbache, députée flamande et conseillère communale à Anvers (SP.A) ;
.
Antoine Back, conseiller municipal de la Ville de Grenoble, délégué à la Coordination de la Gestion Urbaine et Sociale de Proximité (Ensemble! / France insoumise) ;
.
Vincent Jacquet, politologue, chargé de recherche FNRS.
.
François Schreuer, conseiller communal VEGA à la Ville de Liège.

image - conseils de quartiers

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 affiche ici

 



 

.

Posté par infotrooz à 18:39 - - Permalien [#]

09 janvier 2018

La commune répond à Olivier Baltus

 Extrait du blog Sudpresse Trooz

commune de trooz 3.jpg


Le 6 janvier 2018, via la rubrique "Courrier des lecteurs", le Conseiller communal Olivier Baltus avait tenu à faire savoir ce qu'il pensait du site Internet de la commune de Trooz.

Le Service Communication de la commune a tenu à répondre à cet article.

                                           Voici ce texte dans son intégralité.

* * *

Veuillez trouver ci-après notre réponse à votre publication du 6 janvier dernier concernant le site internet communal de Trooz :

Le site Internet de Trooz a été mis en ligne après avoir été approuvé par IMIO. Nous avons suivi leurs conseils pour être au fait des dernières évolutions sur le plan de l’ergonomie entre autres.

Le site comporte toujours plus d’information mais doit encore en comporter davantage, nous le savons. Nous devons encore ajouter des liens et certains contenus. Le travail réalisé par le personnel du service communication est énorme car il a fallu réencoder toutes les données et nous continuons, c’est une exigence d’IMIO. Nous avons créé de nouvelles fonctionnalités : on peut directement accéder aux informations du syndicat d’initiative, des TEC, de la SNCB, au calendrier Intradel … Il y a un moteur de recherche et on peut feuilleter le journal communal comme si on l’avait en main. Tout est bien pensé et il n’est pas absurde d’envoyer le senior vers l’agence locale pour l’emploi quand on sait qu’un senior peut avoir besoin des services d’un travailleur ALE. De nombreux seniors suivent les cours de promotion sociale donc il est logique de les informer à ce niveau également. Notre vision du senior est beaucoup plus fine, je pense !

Les clubs sportifs, associations… sont renseignés dans l’annuaire. Un lien à partir de la rubrique loisirs est prévu. L’information est cependant présente sur le site. Les taxes s’y trouvent également. Cliquez sur Ma commune, services communaux, finances, redevances et taxes et vous y êtes !

Le service communication a proposé à Olivier Baltus de lui expliquer les fonctionnalités du site mais il n’a pas répondu à cette invitation.

Là où nous sommes d’accord, c’est qu’il n’est pas acceptable qu’un service public soit tant méprisé et c’est ce que Olivier Baltus fait tout le temps. Il dénigre le personnel communal constamment et toujours par manque de connaissance ou pour servir ses intérêts personnels. On le lui dit à chacune de ses interventions au conseil communal ! Là où nous construisons, il essaie de casser !

En ce qui concerne le dialogue entre l’administration et le citoyen, il s’est vraiment bien renforcé surtout via la page Facebook communale. Les citoyens sont de plus en plus nombreux à consulter nos différentes publications communales et certains à nous faire part de leurs informations et suggestions dans un esprit constructif.

Comme dans tous les domaines, nous aimerions faire plus de choses encore mais nous sommes obligés de fonctionner avec des moyens financiers limités. Il nous est impossible par exemple de vérifier les coordonnées de toutes les associations et autres. Il appartient aux personnes de nous faire part des changements de responsables ou de leurs nouvelles coordonnées. Nous ne disposons pas d’un personnel suffisant pour nous charger de cette tâche. Nous invitons régulièrement les citoyens à nous signaler ces informations.

Nous continuons à mettre tout en œuvre pour développer une communication la plus efficace possible.

Nous vous remercions d’avance de la suite que vous réserverez à celle-ci.

Veuillez agréer nos meilleures salutations.

Le service communication

 

*********************************************

contact : troozinfo@gmail.com)

 115944017_o

Quelle communication voulons-nous ? 

A quelle communication avons-nous droit ?

 

Bonjour,

La communication communale est nécessaire non seulement pour informer les Trooziens des événements, des services et de nombreuses autres choses liées aux compétences de ce niveau de pouvoir le plus proche des citoyens, mais aussi pour inviter la population à adhérer à la politique mise en place par la majorité [1].

Deux exemples. Si la commune souhaite favoriser la démocratie participative, elle doit informer la population de son droit d’interpeller la majorité lors des conseils communaux. Si la commune a décidé d’initier et d’entretenir une dynamique citoyenne en faveur du développement rural via le plan communal du même nom, elle doit informer en continu de l’avancement du projet et de la possibilité pour chacun de prendre le train en marche pour s’engager concrètement dans le groupe de travail de son choix (sentiers de randonnée, patrimoine, espaces publics…).

La communication ne m’est jamais apparue comme étant une priorité de la majorité, même si des initiatives ont été entreprises. L’avènement long et laborieux du nouveau site internet en est une illustration que les multiples incriminations ne peuvent plus justifier. Après l’intercommunale IMIO, le manque de moyens, le personnel débordé et la malchance, c’est l’opposition qui est aujourd’hui présentée comme responsable, elle qui se limiterait à casser là où la majorité construit.

L’opposition demande avec insistance que la majorité assume sa responsabilité politique et informe mieux qu’elle ne le fait aujourd’hui une population également en droit de savoir comment la commune de Trooz est gérée. Nous sommes certains qu’elle a tout à gagner à mettre en place des outils performants qui renforceront les liens et les échanges entre tous, mais aussi la confiance que doivent avoir les citoyens envers leurs élus.

Olivier Baltus
Conseiller communal indépendant ayant rejoint Vega.



[1]  Le seul document de référence est la déclaration de politique générale qui lie les 3 composantes PS, MR et EcoVa de la majorité, lue par le Bourgmestre lors de séance inaugurale du Conseil Communal le 3 décembre 2012. Cette DPG, qui s’articule autour de 4 axes principaux et se limite logiquement à une série de principes que la majorité s’engage à mettre en œuvre, n’a malheureusement jamais été complétée par une déclaration des échevins exposant en détail leur politique et ses objectifs.

 



.

 

Posté par infotrooz à 19:42 - - Permalien [#]

Le site internet de Trooz

 contact : troozinfo@gmail.com)

 115944017_o

Nouveau et...

... en-dessous de toutes les espérances.
 

Les mois passent, les années, bientôt la fin de la législature et la communication de la Commune demeure aussi problématique.

A quand le retour de crieurs sur les places publiques ? Des Hérauts à pied ou à vélo ? Des appariteurs pour assister nos échevins et le Bourgmestre ?

Lors de nombreux Conseils Communaux, je rappelle que la communication est un élément essentiel de la bonne gestion et de la démocratie locale. Difficile de contester une telle lapalissade.  

A nouveau le 11 décembre dernier, lors de la présentation du budget communal 2018. Ce fut d'ailleurs un des motifs du vote contre ce budget de ma part.

Après 4 ans d'attente, Trooz se dote enfin d'un nouveau site internet mis en ligne mi-septembre 2017 mais celui-ci ne remplit que très partiellement ses missions et tous les avertissements restent vains. Jugez plutôt...

  • La rubrique "Je suis" continue de renvoyer plusieurs des 5 profils de manière totalement absurde (vous êtes un senior ? On vous envoie notamment vers l'Agence Locale pour l'Emploi ou l'Enseignement de Promotion Sociale). Le site web de Theux, construit exactement sur le même schéma que le nôtre (puisque cette commune est également passée par l'Intercommunale IMIO) propose 12 profils parfaitement logiques et pertinents (dont celui de citoyen !).

  • La rubrique "Loisirs" ne renseigne aucune association, aucun club sportif, aucun cercle culturel... Juste "Je cours pour ma forme" et les bibliothèques communales ! Un désert comparativement à Theux.

  • Il n'y a toujours que 5 procès-verbaux de conseils communaux, de janvier à mai 2017 ! Pas de présentation des politiques communales, du Plan de Cohésion Sociale, des règlements et des taxes, de la CCATM, des dossiers d’urbanisme consultables par la population… 

Les fêtes sont bien finies !

La majorité communale PS-MR-EcoVa considère manifestement que la communication est un fardeau et elle le fait porter à toute la population.

Ce n'est pas acceptable qu'un service public de base et aussi essentiel soit tant méprisé !

La majorité avait fait de l'accentuation de la bonne gouvernance un objectif de cette législature.

Le 1er axe de la DPG* "qui tient particulièrement à cœur du Bourgmestre Fabien Beltran", prévoit que "La communication de ces décisions et l'information qui en résultera, qu'elles soient verbales ou écrites - notamment par le biais du site internet et des publications communales - veilleront à renforcer le dialogue entre l'administration et le citoyen".

Quelle blague. Va-t-on nous la refaire pour 2018 ?
.

Capture - site web Trooz

 

* Déclaration de Politique Générale



.

 

Posté par infotrooz à 02:46 - - Permalien [#]

06 janvier 2018

Trooz - des situations contrastées

contact : troozinfo@gmail.com)

 115944017_o

Droits et devoirs


Les citoyens ET la Commune de Trooz ont des droits et des devoirs.

Particularité : les citoyens ont le droit de vérifier que la Commune respecte ses devoirs. Et vice et versa.

Et dans les faits ?  Quelques images valent mieux que de longs discours.

 

Urbanisme - Aménagement du territoire : à quand une vraie politique ?

IMG_1900

IMG_9359

 

 

 

 

 

 

 

 A Trooz, le bon a toujours côtoyé le moins bon, les infractions avec le respect de la règle et de l'intérêt général.

Le bâti : la Commune doit reprendre la maîtrise car à côté du (très) bon...

IMG_927920150314_120038

 

20151205_125129

20160127_160157

20160402_145303

20160605_122059

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


... il y a le mauvais.

Si certaines rénovations sont de vraies réussites...

20161008_103216

20161211_142753

 

 

 

 

 

 


... de nombreux bâtiments attendent... où on été saccagés (je ne vous montre pas ces derniers).

 

IMG_2104schéma simplifié - avant-projet Cornerstones

 

 

 

 

 

 

La majorité sera-t-elle complice de ce qui se prépare à Péry ?

 

20151205_1245512013-03-10 - chemins Trooz 023

 

 

 

 

 

 


Tiens, une propriété à vendre..., avec ses infractions.

 

Propreté : les inciviques impunis.

IMG_1311IMG_1951

 

 

 

 

 

 

 

Le meilleur... et le pire.

 

Nettoyage Vesdre 01520160402_140330

 

 

 

 

 


Le pire... et le meilleur.

 

La mobilité piétonne à Trooz : plus facile de marcher sur les chemins de randonnée que sur les trottoirs.
(voirie et trottoirs = propriété et compétence de la Wallonie)

20151028_105738

20161008_125341

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

20161008_11304220160627_075259

 

 

 

 

 

 

20161008_112626

 

Le vélo à Trooz : l'espoir fait vivre. Mais sans réelle promotion, rien ne changera.

vélo détruitIMG_0277

 

 

 

 

 

 

Vesdrienne et autres : j'apprends que les communes liégeoises ne sont (vraiment) pas logées à la même enseigne. On en reparlera.

20160206_16293903-03-2013 - chemins Trooz 106

 

 

 

 

 

 


La multimodalité a encore des progrès à faire.

Quant au manque d'anticipation de l'ancienne équipe aux
affaires à Trooz, elle nous coûte encore bien cher aujourd'hui.


CHB : Trooz crie avec la meute, sans savoir pourquoi.

CHB - représentation viaduc

Le Chat.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

Espaces verts, petites infrastructures : des situations contrastées, on vous disait.

20150605_174707

IMG_3008

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Comprenne qui pourra.

 

 

20151028_10430320170129_114024

 

 

 

 

 

 

 

20150215_103450

IMG_0434

 

 

 

 

 

 

 

Savez-vous que les permis d'urbanisme imposent
aujourd'hui des haies d'essences indigènes ?

Une haie, cela s'entretient.                                                                                 Le laurier n'en fait pas partie.

 

IMG_0528

plantation


 

 

 

 

 

 

Les privés ne sont pas les derniers à montrer l'exemple.

 

 

L'heure du bilan approche. Et ce ne pourra être qu'un exercice collectif !

 

 



.

 

 

 

Posté par infotrooz à 03:05 - - Permalien [#]

28 décembre 2017

 

 

Sans surprise, et avec le sapin enneigé en prime, je vous souhaite une très

Bonne année 2018 !

Noël

Pleine de tout ce qui vous fera sourire et voir les choses avec optimisme.

 



 

 

 

Posté par infotrooz à 06:17 - - Permalien [#]

27 décembre 2017

Liaison autoroutière Cerexhe- Heuseux - Beaufays

 contact : troozinfo@gmail.com)

 115944017_o

Non, CHB n’est pas enterré

Bien qu’il fasse sporadiquement parler de lui dans les médias, le projet de liaison autoroutière reliant Cerexhe-Heuseux à Beaufays (CHB) semble ne plus trop intéresser les citoyens qui, au tournant des années 2010, s’étaient pourtant mobilisés en nombre face à lui.

A l’époque, et à la place de CHB, les opposants avaient eu l’idée étonnante mais visionnaire de réclamer le retour du tram à Liège, ceci afin de doter la Ville de l’élément central permettant le redéploiement d’un réseau structurant de transports en commun en tant que véritable alternative à la voiture. Après bien des péripéties, le financement de ce projet repris par toutes les forces politiques liégeoises a été définitivement acquis… l’année initialement imaginée pour sa mise en œuvre et qui devait correspondre avec l’exposition internationale Liège 2017. En 2020, la ligne reliant Sclessin à Coronmeuse, soit 12 km et 21 stations, sera normalement mise en service… sans que Liège et sa périphérie, faute de politique volontariste et d’investissements suffisants dans les alternatives à la voiture, ne soient pour autant libérées de leurs problèmes de congestion et de pollution qui affectent gravement le cadre de vie et la santé des habitants.

Toujours aussi  peu ambitieux lorsqu’il s’agit de prendre des mesures susceptibles de mécontenter les automobilistes censés ne jamais vouloir / pouvoir se passer de leur voiture, ne fut-ce qu’en ville, certains responsables politiques sont revenus avec cette idée que construire une nouvelle route ne pouvait qu’améliorer la mobilité, a fortiori un tronçon autoroutier de 12,5 km reliant la E40 à la E25 via un viaduc de 80 m de haut surplombant la vallée de la Vesdre, le tout pour un coût estimé aujourd’hui à 600 millions d’euros. Ceci en dépit du plan communal de mobilité (PCM) de Liège qui démontre que le trafic circulant sur les quais de la Dérivation est pénétrant et non transitoire et que la liaison CHB n’aura qu’un effet marginal et temporaire sur ce flux. En dépit également de cette évidence : un axe pourvu de nombreuses sorties locales – comme ce serait le cas de la liaison CHB – favorise non seulement la périurbanisation mais l’engorgement aux heures de pointe, pour preuve la dangereuse tranchée de Cheratte et le tunnel de Cointe dont la mission d’axe de transit est contrecarrée par le déplacement local.

Les enjeux autour de cette liaison dépassent de loin la seule question de son coût – un budget qui pourrait être affecté à une mobilité plus intelligente et plus démocratique – comme de la mobilité en général, dont on sait qu’elle ne s’améliore pas avec le développement des infrastructures qui ont plutôt pour effet d’augmenter la demande en transports motorisés (aspirateur à voitures).

Le transport routier est responsable de 24 % de la production de CO2 en Wallonie, cette part étant en croissance depuis plusieurs années. Or, le réchauffement climatique est le plus grand défi que notre humanité a jamais eu à relever, chaque pays, chaque entité, chaque communauté et chaque individu ayant une responsabilité et sa part à jouer. La pollution par les gaz d’échappement et notamment les particules fines est responsable de nombreuses affections et aggrave les difficultés des personnes déjà fragiles ou affectées de maladies chroniques. Les espaces accaparés par les routes de tous gabarits et les structures annexes tels que les parkings sont définitivement perdus pour de nombreux usages dont la nécessité se fait croissante, comme le logement ou la production agricole. La place occupée par les voitures stationnées dans les villes réduit d’autant les espaces de vie accessibles aux habitants et les transports doux, donc la qualité de la vie urbaine. La perte d’habitats naturels et leur fragmentation participent à l’érosion accélérée de la biodiversité. Les paysages sont malmenés et artificialisés parfois jusqu’à totale dénaturation. Sans oublier que la route continue de faire des victimes, certes de moins en moins nombreuses, mais toujours aussi choquantes. Si certains automobilistes considèrent payer trop cher à l’Etat leur droit de rouler, le coût sociétal de l’usage abusif et sans concession de la voiture se chiffre en une monnaie que les taxes de mise en circulation, les accises sur les carburants, les paiements de parking et les contraventions ne pourront jamais rembourser.

Alors pourquoi continuer à défendre un projet qui va à l’encontre de la transition dont notre société a un urgent besoin ? Les hommes et les femmes politiques ignorent-ils ces inconvénients, sont-ils plus que d’autres addicts à la voiture, ou ont-ils un intérêt à ce que rien ne change ? Quelle est leur marge de manœuvre face à la spéculation immobilière et foncière, et leur capacité de résistance face aux lobbys de l’automobile et aux intérêts des uns et des autres en matière d’infrastructures ?

Une nouvelle forme de mobilisation est nécessaire

Construire une nouvelle route, n’est-ce pas faire ce que l’on fait depuis les années 60’ et se rapprocher plus encore du pied du mur au point de ne plus pouvoir sauter l’obstacle ? Car le revers de ces voies rapides qui facilitent les entrées en ville sinon les accès à sa périphérie, c’est qu’il est tout aussi facile – du moins avant la congestion routière – de s’en échapper. Malgré les efforts de la Ville de Liège, la présentation du SDALg[1]aux élus de l’arrondissement le 13 septembre au Palais des Congrès de Liège nous a appris que la périurbanisation se poursuit ; ce phénomène qui voit les habitants, et avec eux les logements, les commerces et les centres d’activités, quitter la Ville pour s’installer « à la campagne » entraine aussi la poursuite de cette ségrégation entre les moins nantis qui restent coincés dans les quartiers urbains dégradés et les gens qui ont les moyens financiers nécessaires pour partir vivre dans la grande périphérie et son cadre préservé au prix d’une dépendance croissante à la voiture. La Ville qui s’appauvrit et la campagne qui s’urbanise, c’est aussi ce qu’encouragerait CHB.

Plus que jamais, une entité supracommunale doit être créée à l’échelle de l’arrondissement de Liège afin de renforcer la nécessaire solidarité entre la Ville de Liège et les 23 communes de ses 1ère et 2ème couronnes, en faveur d’un aménagement du territoire qui renforce les pôles urbains, limite les besoins en déplacement, permette le déploiement d’un vrai réseau structuré et performant de transports en commun, privilégie les modes de déplacement doux et respecte les diverses identités communales. Lors du colloque « La fabrique des métropoles » organisé par Urbagora[2] à l'Université de Liège les 24 et 25 novembre, une évidence a été répétée : quand une ville centre se porte mal, c'est toute son agglomération qui trinque. Il est donc dans l’intérêt de tous de relocaliser les fonctions et les moyens sur une base élargie et transversale.

En collaboration avec Inter Environnement Wallonie, les opposants de la première heure au projet de liaison CHB rassemblés au sein du « Groupement CHB »[3] organisaient le 19 novembre un « Trail du Second Souffle » ainsi qu’une marche dont les parcours empruntaient le tracé de cette liaison. 800 participants provenant surtout de la région mais aussi de plus loin ont découvert des paysages somptueux, notamment les pelouses calaminaires du Bois les Dames et de La Rochette, créées suite aux retombées polluantes provenant des anciennes activités sidérurgiques de Prayon. Mais aussi une région vallonnée et accueillante que l’on ne peut qu’espérer être épargnée par cette autoroute qui, non seulement ne règlera rien, mais accaparera des ressources indispensables à la transition plus nécessaire et urgente que jamais, en matière de transports notamment.

La majorité des commerçants de la vallée contactés avant le trail l’ont bien compris : l’autoroute et sa bretelle d’accès direct favorisera autant les départs que les arrivées et créera de graves embarras de circulation dans l’étroite vallée où l’on se dit favorables au progrès et au développement, mais durables. Non à l’autoroute, oui à une offre élargie de transports en commun structurants, oui à une couronne verte à l’Est de Liège, oui à la solidarité et à l’intelligence, oui à l’avenir.

Olivier Baltus

Conseiller communal VEGA Trooz

CHB - représentation viaduc

plan CHB

 

 

Vous appelez ça une liaison - CHB



[1] Schéma de Développement territorial de l’Arrondissement de Liège

[2]Des idées pour la ville http://urbagora.be/

Posté par infotrooz à 03:44 - - Permalien [#]

23 décembre 2017

Site Prometa (La Brouck - Chaudfontaine) - Partie II

 (contact : troozinfo@gmail.com)

logo Vega

 

 

Première phase terminée....

IMG_2856

 20171222_100317

 

 

 

 

 

 

 

 


Le site Prometa est aujourd'hui totalement dégagé : reste à enlever quelques gravats de l'ancienne maison. En fonction du résultat des sondages du sol, des travaux complémentaires pourront être diligentés.
.

20171222_092738

 

 

 

 

 

 

 

 

 

20171222_09414620171222_101216

Seuls subsistent 3 halls ; des négociations sont en cours avec le propriétaire des 2 halls côté Est du site en vue de les racheter puis de les abattre. Dans chacun d'entre eux, d'imposants ponts roulants dont un de 30 T rappellent qu'ils accueillirent en leur temps un laminoir où travaillaient une centaine de personnes. Inutile de vous y précipiter : le site est privé et il n'y a rien à y voler !
.

20171222_100248.

.

.

.

 .

.

.

.

.

.

Sur le site assaini, l'ancien bief a refait surface après un siècle !

.

.



Posté par infotrooz à 02:32 - - Permalien [#]