Le Passeur (d'idées)

21 mai 2018

La Vesdre, une compagne fidèle

 (contact : troozinfo@gmail.com)

 115944017_o

 1

 

 

.

 .CaptureIMG_1645

 .

 .

 .

 .

 .

 .

La fagne est le berceau de la Vesdre.                                        Le Lac d'Eupen.

IMG_2779IMG_3059 

 

 

 

 

 

 

Rapidement, la vie envahit la rivière et ses abords.

  

Trooziens, la Vesdre s'écoule à nos pieds, depuis toujours.

Que sait-on de cette rivière à laquelle nous n'accordons généralement qu'un regard furtif, indifférent, désintéressé ? Pas grand chose, et pourtant...
.

Douce et scintillante dans la fagne du Steinley où elle prend naissance, la Vesdre se présente sous la forme d’un chevelu de petits cours d’eau qui confluent les uns avec les autres. Déjà, elle affirme sa personnalité, aidée en cela par les paysages grandioses d’une nature qui semble intacte.

Elle descend assez vite de son plateau, traverse des massifs forestiers… et rencontre les premiers hommes qui paraîssent ne pas vraiment s’intéresser à elle. Elle accueille aussi progressivement la vie au fur et à mesure que son acidité décroît : des plantes aquatiques, des invertébrés puis les premières truites…

La rivière prend confiance en elle, s’affirme… puis tombe dans le lac d’Eupen où ses eaux mais aussi celles de la Getz et de la Helle semblent se diluer à l’infini ! C’est l’homme qui en construisant une muraille en travers de la vallée l’a inondée pour retenir une ressource de plus en plus convoitée. Le réservoir alimente aujourd’hui des milliers de personnes en une eau potable de qualité.

Ce n’est pas le seul usage qu’en feront les hommes au cours des siècles ! Nombreux sont les biefs aménagés sur le cours principal de la rivière mais aussi ses nombreux affluents, pour capter la force hydraulique nécessaire au fonctionnement de nombreux moulins, forges et laminoirs. Très pauvres en minéraux, et donc non réactives avec les savons, les eaux douces de la Vesdre sont idéales pour laver la laine ; du XVIIIe au début du XXe siècle, Verviers fut un centre européen très important de production lainière, où travaillaient des milliers d’ouvriers.

Plus en aval, lorsque son cours se sera élargi, la Vesdre servira aussi de voie de communication pour les marchandises. Au XVIIIe siècle, elle était navigable de Chênée à Goffontaine. Sur ce parcours, 17 digues étaient équipées d’un pertuis permettant le passage de barques à fond plat, les « betchèttes ». L’industrialisation du « Pays de Liège » mettra fin à ce transport bien trop artisanal par rapport aux besoins… et aux ambitions des capitaines d’industrie. Docile lorsqu'elle étale ses larges méandres, la rivière sait aussi se faire capricieuse et même tumultueuse lorsque ses eaux gonflées par les orages dévalent en grondant.

Malheureusement, la rivière sera aussi et pendant longtemps un moyen commode pour se débarrasser de toutes sortes de déchets. Si les colorants utilisés dans l’industrie lainière ont été les plus visibles mais pas les plus nocifs, une pollution généralisée du cours d’eau par des effluents industriels et domestiques supprimera presque toute vie dans la rivière pendant pratiquement tout le XXème siècle !

Oubliant ses origines, les niant même, l’homme n’aura de cesse de vouloir s’affranchir des lois de la nature qu’il considère sinon comme hostiles, comme un frein au développement et au progrès. La rivière doit être domptée ; son cours sera modifié en maints endroits, ici pour assainir de nouveaux espaces dévolus à l’industrie et à l’habitat, là pour permettre le passage de la nouvelle ligne de chemin de fer dans la vallée. Le lit sera aussi endigué sur des kilomètres, rompant ainsi des équilibres naturels et sacrifiant des sites de grande valeur écologique. Ces terrains remaniés seront facilement colonisés par les plantes exotiques envahissantes que sont la Balsamine de l’Himalaya, la Renouée du Japon et la Berce du Caucase.

La fermeture les unes après les autres des vieilles usines polluantes et la mise en service très progressive de stations d’épuration vont réhabiliter progressivement cette rivière dont beaucoup avaient oublié combien elle peut être belle. Reste à lui rendre certains espaces nécessaires à son étalement en cas de fortes eaux et à l’épanouissement de la nature.

Aujourd’hui, les relations entre l’homme et la rivière sont apaisées. Les atteintes à l’intégrité de la Vesdre n’ont pas cessé mais elles sont dénoncées. Des efforts doivent encore être entrepris pour qu’elle redevienne cet atout qu’elle n’aurait jamais dû cessé d’être. Les pêcheurs, les marcheurs, les photographes… sont les premiers à avoir à nouveau arpenté les bords de rivière pour renouer avec celle qu’ils n’ont jamais cessé d’aimer… et de détester parfois. Ils sont les premiers de cordées qui verront les riverains et tous les habitants du bassin se réapproprier une compagne fidèle et finalement bien peu revancharde.

 

BIG JUMP 2013 021IMGP3687 

 

 

 

 

 

 

La Vesdre sait se faire enchanteresse. Tumultueuse aussi ! 

IMGP3675BIG JUMP 2013 016 

 

 

 

 

 

 

Déchets, pollutions, plantes exotiques envahissantes, endiguement... : autant d'atteintes et de menaces graves pour l'intégrité de la Vesdre... et le confort des riverains.

 

 Berce du CaucaseIMG_1325

 

 

 

 

 

 

 

 

 IMG_1319BIG JUMP 2013 023

 

 

 

 

 

 

La Vesdre a fait la prospérité de toute la vallée depuis des temps reculés. Elle a fourni du poisson, de l’énergie hydraulique pour alimenter les moulins et les forges, elle a servi de voie de communication, sa douceur due à sa pauvreté en minéraux favorisait le lavage de la laine… L’usage de la Vesdre n’a pas toujours été aussi noble...
.

 2

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



.

 

Posté par infotrooz à 04:06 - Permalien [#]

17 mai 2018

Conseil communal du 17 mai 2018

(contact : troozinfo@gmail.com)

 115944017_o

 

Ce qu'il faut retenir

Durée : 2 heures

Présences : 15 sur 19

Assistance : 10


Une dizaine de citoyens assistent au Conseil communal, soit plus du double qu’à l’ordinaire ! En fin de séance publique, le Bourgmestre, Fabien Beltran, remerciera ces Trooziens dont certains sont venus assister au travail des élus... qui sera le leur bientôt. C’est sûr, la confiance règne au PS !


Il n’y a pas de petites victoires

Interpellé, et vérification faite, le Bourgmestre annonce qu’à l’avenir la Commune veillera à mettre en ligne les PV des Conseils communaux dès leur approbation. Non, cela n’est toujours pas le cas à Trooz, malgré cette disposition du règlement qui l’impose… depuis le 21 janvier 2013.

Vous ne m’en voudrez pas mais j’attendrai tout de même de voir si les 5 derniers PV approuvés sont effectivement mis en ligne. Sinon, on en reparlera en juin.
.

20170607_164220

Plus de contrôle des chômeurs par le Fédéral, c’est plus de gens qui aboutissent au CPAS…

… qui présente un compte 2017 en mali de 50.000 €. Cette évolution avait été anticipée, notamment via l’engagement d’un plus grand nombre d’articles 60 (réinsertion de personnes remises au travail dans des conditions financièrement avantageuses pour l’employeur).

Non, les gens dans la précarité ne sont pas des profiteurs, des fainéants, des bons à rien qui ne veulent pas travailler. Ceux qui ont vu l’excellent film de Michel Pouzol mercredi soir sur la Une comprendront ; les autres sont invités à voir le film !

En France, on parle de RSA (revenu de solidarité active), en Belgique de RIS (revenu d’intégration sociale).
.

Moins d’argent communal déforce les pouvoirs publics et l’intérêt général au profit des acteurs privés et des intérêts particuliers.

Les comptes communaux 2017 sont eux aussi difficiles à clôturer. La Commune n’a pour ainsi dire plus de marge de manœuvre et ne peut compter que sur des subsides sporadiques, variés et incertains pour développer des services ou investir ; à Trooz, on ne fait plus de la politique mais de la gestion.

Dans ces moments difficiles, les élus doivent faire plus que jamais preuve de responsabilité, inscrire leur action dans une vision à long terme et ne surtout pas tomber dans la facilité en bradant le patrimoine et les ressources.

Entre nous, il faut sérieusement penser à changer de paradigme et évacuer cette idée que la croissance - continue et infinie - est une solution. Les externalités de notre modèle d’économie de marché libérée de toutes contraintes sont insoutenables des points de vue social et environnemental. Voyagez dans l'espace et dans le temps et vous verrez que l'utopie va se fracasser. Et je ne vous parle pas du bonheur des gens.
.

ING 2 – Belfius 1

Résultat des trois derniers appels d’offres pour des emprunts communaux. Pour expliquer son abstenant sur le projet de motion en faveur d’un maintien d’un capital 100% public dans Belfius le 26 mars dernier, le MR évoquait la plus-value apportée par le privé en matière de développement des activités et aussi le jeu de la concurrence qui doit s’exprimer librement. Pour ce dernier emprunt communal de 800.000 € sur 20 ans, la concurrence à joué et Belfius a perdu ; qui peut m’expliquer pourquoi le MR n’est pas content ?
.

L’église catholique et les laïques règlent leurs comptes (2017)

Etablissement cultuel, c’est ne nouveau nom des Fabriques d’Eglise. Leurs comptes sont équilibrés par la Commune. Ne tombons pas dans des calculs comptables qui nous feraient oublier qu’à Trooz, nous avons la chance d’avoir une Maison de la Laïcité ouverte à tous et qui organise une multitude d’activités intéressantes. Comme les églises, en fait.
.

Egouttage, régime d’assainissement, eaux usées et eaux claires, risques d’inondations… Finalement, la Commune de Trooz doit avant tout récupérer la maîtrise de l’aménagement de son territoire. On peut toujours en parler, Christophe, mais n’est-il pas trop tard ? 
.

L’école El No

La majorité agit comme elle doit le faire dans ce dossier difficile dont les avatars ne nous sont pas épargnés. Mention spéciale pour les fonctionnaires qui en font autant !
.

Motion visant à soutenir l’aide à domicile comme maillon essentiel du maintien au domicile des personnes en perte d’autonomie.

Etienne Vendy résume bien la situation : 2 motions pour le prix d’une ! Votée(s) presqu’à l’unanimité. Quant au Bourgmestre, il pense égoïstement à ses vieux jours alors qu'il va bientôt se marier ; vous y comprenez quelque chose ?

Mais l’essentiel, c’est que ce Conseil a vu, pour la première fois depuis décembre 2012, s’échanger des idées librement et constructivement. Une seule raison à cela : 10 Trooziens dans le (comparativement vaste) public. Lui-même présent en raison de l’approche des élections, auxquelles certains membres seront candidats.

Mon hypothèse : ce ne sont pas les bons débats qui attirent les gens mais les gens qui poussent aux bons débats. Ce soir, tout le monde a gagné. Et demain ?

 



.

Posté par infotrooz à 23:40 - - Permalien [#]

14 mai 2018

Conseil communal du 17 mai 2018

(contact : troozinfo@gmail.com)

logo Vega

 

 

6  POINTS à mettre en évidence :  

7.     Centre Public d'Action Sociale - Compte 2017

8.     Comptes communaux - Exercice 2017

14.   Projet de modification de PASH n°2018/01 – Quartier de Péry et Bois Lemoine
        (plan d'assainissement du sous-bassin hydrographique de la Vesdre --> proposition de passage de
        l'assainissement autonome - une station d'épuration individuelle par maison - à l'assainissement collectif
        - station d'épuration publique de grande capacité) *   ***

15.   Construction d’une nouvelle école à Fraipont – Cession de marché suite à la faillite de SOGEPAR –
        Conventions de cession et indemnisation

16.   Construction d’une nouvelle école à Fraipont – Marché de lots de travaux complémentaires
        n’ayant pas été repris dans les conventions de cession de marché acceptées par les curateurs
        gérant la faillite de SOGEPAR – Approbation des conditions et du mode de passation

17.   Motion visant à soutenir l’aide à domicile comme maillon essentiel du maintien au domicile des
        personnes en perte d’autonomie
.

IMG_6921

L'école El No en construction : un dossier - difficile - de plus de 3 millions €
.

20151205_124914

20151205_125836

 

 

 

 

 

 

 

2: la station d'épuration du quartier du Bois Lemoine que nous a laissé

la majorité PS-MR 2006-2012, et que la collectivité doit maintenant remplacer.

http://www.infotrooz.be/archives/2017/01/30/34734680.html
.

projet lotissement - Lonhienne

***   Le quartier de la Lonhienne (Péry) : finalement, qui aura gagné quoi lorsque toute la zone aura été urbanisée ?

3

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Compte-rendu après la séance. 

 



.

Posté par infotrooz à 22:52 - - Permalien [#]

06 mai 2018

La commande publique

 

Un levier pour un développement plus responsable ?

(contact : troozinfo@gmail.com)

logo Vega

 

 

Les provinces apporteront-elles enfin une plus-value ?
.

La Province, à quoi ça sert ?  

L'onglet "gestion et politique" du site internet http://www.provincedeliege.be/fr/node/550 de la Province de Liège explique que le Conseil provincial gère toutes les matières dites d'intérêt provincial et qu'il peut à ce titre prendre des initiatives qu'il juge utiles pour la population et le territoire de la Province. C'est donc un pouvoir qui, au fil du temps, s'est insinué dans tous les interstices pour s'investir dans quantité de matières.

1

Le site précise que son pouvoir est cependant limité par le principe de « subsidiarité » : le Conseil provincial doit travailler de manière complémentaire aux autres niveaux de pouvoir et il ne s'agit pas de leur faire concurrence et de proposer les mêmes services.

Concrètement, le Conseil "met en place des services qui répondent à vos besoins dans les domaines tels que la famille, l'enseignement, le sport, le tourisme, la santé, l'enfance, la culture, la jeunesse, l'agriculture, la formation…", compétences aujourd'hui regroupées en 5 priorités.

Paul-Emile Mottard, député provincial, préside le Collège provincial de Liège. Mi-avril, il a annoncé qu'il ne se représenterait pas lors des prochaines élections qui auront lieu... le 14 octobre prochain.

 

Dans les faits...

... les Provinces ont des compétences variées dont certaines s'articulent assez mal avec celles exercées par d'autres niveaux de pouvoir, la Communauté Wallonie-Bruxelles et la Région wallonne en particulier.

Régulièrement critiquées et même menacées de disparition, les Provinces ont quelque peu réformé leurs compétences et certaines matières annexes ont même été transférées pour plus de cohérence. Les Provinces ont aussi fait un gros effort - bien nécessaire - en matière de communication et de séduction des citoyens mais aussi des communes.

Parmi d'autres initiatives - utiles - des provinces, l'organisation de centrales d'achat à destination des communes qui peuvent ainsi bénéficier de la compétence des services provinciaux, de leur gestion des dossiers et de prix avantageux. C'est ainsi que le 26 février dernier, le Conseil communal de Trooz a décidé de signer une convention d'adhésion à une telle centrale d'achats, aussi bien dans les domaines des services que des fournitures.

Cher Monsieur Mottard,

Le 2 mars, j'écrivais d'initiative à Monsieur Mottard afin de lui faire remarquer que ladite convention ne contenait aucune mention quant à l’importance à accorder aux critères sociaux et environnementaux et lui demander de me faire part des initiatives que la Province de Liège entend prendre dans ces domaines au travers des marchés publics qu’elle se propose de passer au nom des communes liégeoises.

http://www.infotrooz.be/archives/2018/03/03/36191377.html

J'ai reçu quelques semaine plus tard un accusé de réception. J'espère maintenant la réponse.

 

Il est (grand) temps d'agir

Les petites communes ont peu de poids pour influer sur les marchés, la qualité des produits, leur intégration dans une économie circulaire au niveau local... L'initiative provinciale décuple ce poids ; encore faut-il en faire quelque chose.

1

 

Pour encourager l'évolution de l'économie européenne dans ce sens, la Commission européenne a entrepris, depuis 2010, un travail d’identification et de valorisation d’initiatives réussies dans le domaine des achats publics responsables, dont certaines sont orientées vers une prise en compte plus marquée des enjeux de l’économie circulaire.

http://ec.europa.eu/environment/gpp/case_group_en.htm

Dans le domaine "Office supplies" sont notamment exposés 2 exemples belges, à Bruxelles et en Flandre.

Chez nous aussi, il y a bien des choses à faire.

 

Un article intéressant sur le sujet en France.

http://theconversation.com/la-commande-publique-pour-promouvoir-leconomie-circulaire-au-niveau-local-95691?utm_medium=email&utm_campaign=La%20lettre%20de%20The%20Conversation%20France%20du%204%20mai%202018%20-%20100978834&utm_content=La%20lettre%20de%20The%20Conversation%20France%20du%204%20mai%202018%20-%20100978834+CID_9d35a758b83ded8fc7ebfc8c9c781381&utm_source=campaign_monitor_fr&utm_term=La%20commande%20publique%20pour%20promouvoir%20lconomie%20circulaire%20au%20niveau%20local

 



.

 

Posté par infotrooz à 15:06 - - Permalien [#]

03 mai 2018

Urbanisme et aménagement du territoire *

(contact : troozinfo@gmail.com)

logo Vega

 

 

 

Le verre a fini par déborder

Le constat

Christophe Marck
n'a jamais réuni sa Commission * pendant son mandat d'Echevin.
Ce n'est pourtant pas faute de l'avoir encouragé !

Et tant pis pour les habitants, les commerçants, les visiteurs, les paysages et les futures générations.

Urbanisme et aménagement du territoire sont des matières fondamentales qui, non seulement conditionnent nos besoins en matière de mobilité, d’équipements (énergies, distribution d’eau, égouttage, éclairage…) et de sécurité notamment mais, plus fondamentalement, déterminent le « modèle de fonctionnement » de la communauté et son emprise sur le territoire et ses ressources.

Et donc aussi le cadre et la qualité de vie et l’identité communale. Rien que cela !

En charge de ces matières, le MR ne s’est jamais intéressé à ces enjeux, absolument jamais..., à moins que sa nonchalance et son laxisme profitables à quelques-uns au détriment de tous les autres lui tiennent lieu de « politique ». L’exemple le plus navrant est l’absence de toute réunion de cette Commission dédicacée à ces compétences territoriales dont l'échevin MR avait finalement - contraint par l'opposition - proposé verbalement qu’elle se réunisse pour la première fois… ce mois de mai 2018, à moins de 6 mois des élections !

http://www.infotrooz.be/archives/2018/04/03/36287515.html

IMG_20180428_102547

Les nombreuses questions resteront donc sans réponse et, pendant les 6 prochains mois, ces matières gérées à la petite semaine, sans vision et sans avenir. Soit dit en passant, la passivité de ses collègues du collège communal mérite aussi d’être dénoncée. lettre_03_04_2018_College_communal_Trooz
.

La proposition
.
Mettons les bonnes personnes aux bons endroits, fixons ensemble les objectifs et dotons la commune des outils qui lui permettront de maîtriser son urbanisme et le devenir de son territoire. Travaillons à améliorer les espaces publics, restaurer ou créer des espaces verts où ils sont dégradés ou absents, développer les modes de déplacement doux, valoriser le patrimoine et rendre la Grand'Rue plus attrayante et conviviale au profit des commerces et des habitants. En deux mots, respectons l'identité de notre commune et inscrivons-là dans l'avenir.
.
.
.
* Commission qui se réunit à la demande de l'Echevin et qui couvre ses compétences scabinales. Elle est composée d'élus des différents partis / groupes représentés au conseil communal, auxquels s'ajoutent un ou plusieurs membres du personnel compétents dans les matières et invités à la réunion.
.


.

Posté par infotrooz à 00:18 - - Permalien [#]

30 avril 2018

"Ma voiture, c'est ma liberté"

 (contact : troozinfo@gmail.com)

logo Vega

 

 

 

Le problème avec cette fausse-vérité héritée du siècle dernier, c'est que la somme des libertés individuelles est devenue une contrainte insupportable pour le groupe et une vraie menace pour la planète.
.
Sur la route, dans les villages comme dans les maisons riveraines, la circulation automobile débridée est devenue une nuisance : embouteillage, bruit, pollution de l'air, gaz à effet de serre... Des conséquences indirectes découlent aussi des excès de la route : urbanisation de nos campagnes, destruction de terres agricoles, spéculation foncière, phénomène de périurbanisation et d'appauvrissement des villes...
Le problème de l'usage excessif de la voiture ne se résume donc pas à son carburant, quel qu'il soit, dont l'électricité.
.
Sommes-nous épargnés à Trooz ?
.
Vendredi 27 avril, de 7h06 à 8h06, en plus de centaines de voitures, il est passé sur la Grand'Route à Prayon et dans les deux sens 50 "gros" véhicules utilitaires, 28 poids lourds, 3 cars et... 17 bus (pour la plupart très peu remplis). Ce charroi bruyant, qui circule chaque jour à chaque heure de pointe, affecte grandement le cadre de vie des riverains, particulièrement ceux qui habitent de petites maisons non ou mal isolées. 
.

IMG_20180427_080814

IMG_20180427_081101

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
Notre chance : une vallée de la Vesdre étroite et encaissée. Et aussi des transports en commun fréquents.
Notre malchance : une conscience bien trop insuffisante des enjeux en présence et l'urbanisation lâche et dispersée.
.
Il est temps de mettre en œuvre une transition en matière de transports et de consacrer des moyens bien plus conséquents aux alternatives à la voiture soliste.  
.
Elle est aussi là, la responsabilité des majorités communales.

20141008_132742

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
A l'heure de pointe, il passe aussi 2 trains omnibus dans chaque sens sur la voie reliant Verviers à Liège.
.
Une opportunité que trop peu de personnes saisissent.
.

1

 


.

Posté par infotrooz à 05:21 - - Permalien [#]

27 avril 2018

Vous êtes étranger ?

 

Et alors...

IMG_8054(contact : troozinfo@gmail.com)

 

logo Vega

 

 

.
.

.

.

Le droit de vote, une aventure qui n'est pas terminée

  • 1831 : seuls quelques citoyens qui paient un certain cens (impôt) ont le droit de vote (suffrage censitaire)
  • 1893 : chaque homme d'au moins 25 ans dispose d’une voix et ceux qui paient un cens (impôt) ou qui possèdent un certain diplôme (capacité), reçoivent deux ou trois voix (suffrage universel tempéré par le vote plural)
  • 1919 : chaque homme d'au moins 21 ans dispose d'une voix (suffrage universel pur et simple)
  • 1948 : droit de vote accordé aux femmes
  • 1981 : chaque citoyen belge (hommes et femmes) d'au moins 18 ans a droit à une voix
  • 2000 : tous les citoyens européens remplissant les conditions d'électorat et préalablement inscrits peuvent voter pour les élections communales et provinciales (mais pas s'y présenter comme candidat) (Traité de Maastricht)
  • 2004 : extension du droit de votes aux étrangers non européens pour les élections communales (1ère application en 2006)

L’objectif est de favoriser ainsi l’intégration, l’implication et la participation de ces citoyens étrangers. Dans l'esprit du législateur, la volonté de participation à la vie de la communauté locale, l'engagement social et économique doivent être en effet le fondement d'une participation politique.

Oui mais...

Capture

(Il leur est donc toujours interdit de se porter candidat !)

1

2

 

 

 

 

 

 

 


CITOYENS D’UN ETAT MEMBRE DE L’UNION EUROPÉENNE

Tout ressortissant d’un Etat membre de l’Union Européenne peut voter à condition de respecter les conditions d'électorat et de s’être préalablement inscrit comme électeur.

(ceux qui se sont inscrits pour les élections communales en 2000, 2006 ou 2012 ne doivent plus se réinscrire comme électeurs pour les élections de 2018). 

Conditions à remplir :

  • Etre ressortissant d'un des 27 autres Etats Membres de l'Union Européenne ;
  • Etre âgé de 18 ans minimum en date du 14 octobre 2018 ;
  • Etre inscrit au registre de la population ou au registre des étrangers d’une commune le 1er août 2018
  • Jouir, au 14 octobre 2018, de ses droits civils et politiques ;
  • Avoir introduit au plus tard le 31 juillet 2018 une demande en vue de l’inscription sur les listes électorales.

Pour s’inscrire, il faut compléter le formulaire d’inscription (disponible sur le site http://www.elections. fgov.be/) et le remettre avant le 31 juillet 2018 à son administration communale. Les formulaires sont également disponibles à la commune.
.

CITOYENS ÉTRANGERS D’UN ETAT NON MEMBRE DE L’UNION EUROPÉENNE

Tout ressortissant d’un Etat hors de l’Union Européenne, résidant depuis au moins cinq années en Belgique, peut voter à condition de respecter les conditions liées à la capacité d’électeur et de s’être préalablement inscrit comme électeur.

(ceux qui se sont inscrits pour les élections communales en 2000, 2006 ou 2012 ne doivent plus se réinscrire comme électeurs pour les élections de 2018).

Conditions à respecter :

  • Résider en Belgique (et être couvert par un titre de séjour légal l’établissant) de manière ininterrompue depuis 5 ans ;
  • Etre inscrit au registre de la population ou au registre des étrangers d’une commune le 1er août 2018 ;
  • Etre âgé de 18 ans minimum en date du 14 octobre 2018 ;
  • Jouir, au 14 octobre 2018, de ses droits civils et politiques ;
  • Avoir introduit au plus tard le 31 juillet 2018 une demande en vue de l’inscription sur les listes électorales.

Pour s’inscrire, il faut compléter le formulaire d’inscription (disponible sur le site http://www.elections. fgov.be/) et le remettre avant le 31 juillet 2018 à son administration communale. Les formulaires sont également disponibles à la commune. Vous devrez également signer une déclaration par laquelle vous vous engagez à respecter la Constitution, les lois du peuple belge et la Convention de sauvegarde des droits de l’homme et des Libertés fondamentales. Cette déclaration figure dans le formulaire d'inscription.

 

En cas de doute, prenez contact avec votre administration communale.

 



.

 

Posté par infotrooz à 03:03 - - Permalien [#]

22 avril 2018

Les espaces publics : du néant à...

(contact : troozinfo@gmail.com)

logo Vega

 

 

...ce que la Commune voudra bien en faire

Capture

 

.

.

C'est là que se croisent et interfèrent de nombreux enjeux de la vie en société : mobilités, rencontres, échanges, activités folkloriques et culturelles... Une série de conditions sont nécessaires à l'harmonie générale.

A quelques rares exceptions, les espaces à Trooz sont très dégradés. J'en ai dressé l'état général dans un article publié en avril 2017 (http://www.infotrooz.be/archives/2017/04/11/35141872.html)

Ce n'est pas seulement le tarmac qui est lézardé et les pavés qui sont arrachés, ce sont des voitures qui ventousent les espaces, les fonctions qui sont mal ou non définies, des plantations qui sont inappropriées... et in fine, des espaces publics qui sont désertés par les habitants ! Dans certains cas, on est tombé au fond du fond et il faut d'urgence sortir du trou...

IMG_1709.

.

.

20150117_162203
.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

Un espace public, c'est évidemment bien plus qu'un aménagement immobilier !

.
La Commune semble enfin vouloir s'intéresser aux espaces publics. Mais sait-elle dans quelle direction aller et quelles fonctions privilégier ?

La question sera posée à Christophe Marck, l’Echevin MR de l'urbanisme et de l'aménagement du territoire qui, quatre ans après avoir rejoint le Collège, et à six mois des élections, a décidé d’organiser la première réunion de sa Commission. Enfin, on l'espère.

L'occasion de lui demander de nous présenter le projet de la Place Emile Vandervelde à Fraipont, et également le projet imaginé pour La Brouck. Et aussi lui demander si la Commune à répondu à l'appel à projet lancé par la Région wallonne et visant à " améliorer le cadre de vie des citoyens et augmenter l’attractivité des lieux de centralité de nos communes ", projet qui devait être rentré pour le 6 février 2018 (soutien financier de 50 à 150.000 €). http://www.infotrooz.be/archives/2017/12/21/35979256.html

.
.

A quelques jours d'une réunion avec les habitants de la Place du Marché, qui fera bientôt l'objet d'importants travaux de rénovation (htttp://www.infotrooz.be/archives/2017/05/05/35248219.html), il n'est pas inutile de rappeler les 11 règles d’or pour concevoir un bon espace public *.

Une façon de promouvoir le renouvellement des espaces publics « par le bas ».

  1. Les usagers sont les experts : impliquer les citoyens sur la durée pour faciliter leur engagement
    et leur soutien à l’initiative.
  2. Créer un lieu, pas un concept : les architectes qui ne prennent pas en compte le contexte et
    les usages produisent des œuvres dysfonctionnelles.
  3. Des équipes pluridisciplinaires : à l’image des usages liés à l’espace public.
  4. S’interroger sur les usages : et défendre les finalités et objectifs recherchés.
  5. Observer : sur la base des usages quotidiens des citoyens, afin d’imaginer les évolutions possibles.
  6. Avoir une vision : pour favoriser l’adhésion et garantir aux projets une solidité sur le long terme.
  7. La forme accompagne la fonction : ou partager et signaliser l’espace intelligemment (les zones
    dangereuses versus de repos).
  8. La triangulation : un lieu de transit a priori anodin (un arrêt de bus) entre deux espaces peut
    regrouper des usages et équipements qui ont un impact sur l’environnement immédiat (ouverture
    d’un café pour patienter).
  9. Commencer par les géraniums : ou l’acupuncture urbaine. Les petites opérations symboliques
    et visibles, à court terme, montrent au citoyen que l’amélioration du cadre de vie ne nécessite pas
    des années d’investissement.
  10. L’argent n’est pas un problème : si l’on développe une vision et si l’on travaille avec
    les bons partenaires.
  11. Ce n’est jamais fini : la gestion des espaces est l’un des facteurs les plus importants pour
    garantir son adaptation.

 

Le meilleur critère d'évaluation de la qualité d'un espace public, c'est son degré d'appropriation par les gens, voisins et visiteurs compris. Regardez nos espaces publics sous cet angle et vous verrez qu'il y a encore bien du travail à accomplir.

 

Quelle place pour les espaces publics dans la ville de demain ? La Fabrique de la Cité — www.lafabriquedelacite.com

  



.

 

Posté par infotrooz à 03:44 - - Permalien [#]

20 avril 2018

Conseil communal du 23 avril 2018

(contact : troozinfo@gmail.com)

logo Vega

 

 

7  POINTS à mettre en évidence :  

 

3.     Adhésion à « La Ressourcerie du Pays de Liège » et souscription d’une part sociale ;

4.     Aménagement d’une aire de jeux et d’un espace multisports à FRAIPONT – Approbation
        des conditions et du mode de passation ;

5.     Aménagement d’une aire de jeux et d’un espace multisports à PERY – Approbation 
        des conditions et du mode de passation ;

6.     Aménagement d’une aire de jeux à NESSONVAUX – Approbation
        des conditions et du mode de passation ;

9.     Redevance relative à l’enlèvement des encombrants ménagers ;

10.   Station de pompage de Trooz et conduite de refoulement, station de pompage de Sainry, 
         égouttage des rues Laurentpré et Marbrerie – Approbation du projet arrêté par l’A.I.D.E.
         (intercommunale d’épuration des eaux usées) ;

11.    Réhabilitation des chemins – Approbation des conditions et du mode de passation.
..

20180415_110049

20170629_164213

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1

 

 

 

 

 

 

 

 

20150406_160257

 

promenade n°3 078

 

 

 

 

 

 

 

photo égout 2

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Compte-rendu rapidement après la séance.

 



.

Posté par infotrooz à 01:01 - - Permalien [#]

15 avril 2018

Les pignons aveugles et le street art

 (contact : troozinfo@gmail.com)

 115944017_o

 

"Trooz n'est pas Liège et notre Commune

n'a pas 5.000 € à dépenser..."

 

Ca, c'était le 10 octobre 2016.

Depuis, la Commune de Trooz a dépensé pas mal d'argent pour une série de choses (utiles mais parfois très très chères*) et elle s'apprête notamment à dépenser 230.000 € pour des jeux d'enfants et des espaces multisports à Fraipont, Nessonvaux et Péry (utiles également si bien pensés et bien localisés). Mais c'est sûr, nous sommes dans la dernière année de la législature...

* exemples fournis sur demande

20151107_080238

20151107_080630

20160627_075803

IMG_0383

20151107_081038

20160627_074755

Nous voilà en fin de mandat et un constat s'impose : notre Grand'Rue et ses environs immédiats sont toujours affublés de pignons aveugles qui, pour ceux qui les voient encore comme les gens de passage, affectent bien des endroits.

 

Heureusement, quatre ans après avoir rejoint le Collège, et à six mois des élections, l’Echevin MR qui détient toutes les compétences concernées (affaires économiques, urbanisme et aménagement du territoire), Christophe Marck, a décidé d’organiser la première réunion de sa Commission. On attend impatiemment la convocation et l’ordre du jour que l’on imagine chargé, vu le retard à rattraper mais aussi l’avenir à baliser. Parmi les sujets à discuter, les pignons aveugles de la Grand’Rue à Prayon, notamment.
.

20180406_163146

Liège, nouvelle fresque du Boulevard de la Constitution.

Je vous fais une confidence ? Ce n'est pas d'argent que nous manquons le plus mais d'imagination et d'audace. J'ai moi-même été parler à 3 propriétaires de maisons présentant un tel pignon : tous se sont montrés intéressés ! Evidemment, de l'argent public devrait être dépensé pour intervenir sur des pignons privés... mais ne subsidie-t-on pas la rénovation des façades Place du Marché ?  

 



 

. 

Posté par infotrooz à 16:15 - - Permalien [#]

12 avril 2018

Informer les habitants et...

 2 (contact : troozinfo@gmail.com)

 115944017_o

 

publier les PV des conseils communaux

Le Code de la démocratie locale et de la décentralisation prévoit que " le conseil communal arrête, dans son règlement d'ordre intérieur (ROI), des règles de déontologie et d'éthique ". Ces règles consacrent notamment l'information du citoyen.

Ledit ROI, adopté par le Conseil communal le 21 janvier 2013, prévoit à l'article 62 que " Sans  préjudice de l'article L1122-29, alinéa 2, du CDLD, le procès-verbal du Conseil communal relatif aux points en séance publique, une fois approuvé, est publié sur le site internet de la commune ".

L'Administration communale a mis en ligne les PV des années 2015, 2016 et 2017 jusqu'à celui de la séance du 27 novembre 2017.

Les derniers PV approuvés des mois de décembre 2017, janvier et février 2018 ne sont donc pas encore disponibles.  

Merci de bien vouloir les ajouter.

Capture

 

Toute ressemblance avec un article existant ou ayant existé serait purement fortuite...

A l'attention du service communication :


Et si on commençait par bien faire les choses simples ?

 



.

Posté par infotrooz à 01:34 - - Permalien [#]

08 avril 2018

Un nouveau commerce de Trooz ferme ses portes

 (contact : troozinfo@gmail.com)

 115944017_o

 

Et pas n'importe lequel...

Capture

Les commerces naissent, se développent, prospèrent... et périclitent parfois, avant de disparaître. Un peu comme la vie, ils grandissent et se transmettent d'une génération à la suivante mais il arrive qu'une lignée s'éteigne, laissant la place à une autre qui aura tôt fait d'occuper l'espace.

Le jeudi 12 avril, l'agence Belfius de Prayon fermera ses portes. Définitivement. Les activités sont transférées à l'agence d'Angleur, rue Vaudrée. Mais une autre banque ne profitera pas de la "niche commerciale" laissée vacante, car le monde change, vite. Plus besoin de sortir et de faire preuve de civilités avec les employés aujourd'hui : c'est la banque qui vient à vous, via internet. Pour le meilleur et pour le pire.

Crédit communal Prayon

belf

 

 

 

 

 

 

.

.

.

.

.

.

Peu importe les publics qui sont ainsi mis en difficulté par la disparition physique d'un service de base : trop cher, pas dans l'air du temps. Cette fermeture s'inscrit dans une logique implacable : celle de la rentabilité "à tout prix" et de la disparition de la mission de service public de la banque.

Des dizaines de communes, dont celle de Trooz, se sont positionnées contre la privatisation de Belfius, rescapée de la crise de 2008 au prix de milliards d'euros d'argent public, que le Fédéral entend aujourd'hui en partie récupérer via la mise en bourse dès cette année de 30% du capital. Une majorité de citoyens aussi considère manifestement que cette privatisation n'est pas souhaitable, comme le montre les résultats de "La question du week-end" de La Libre. Mais c'est l'idéologie libérale qui prévaut actuellement au sommet de la Belgique, celle qui pense que le marché se régule de lui-même, que la sagesse domine la cupidité, que seul l'effort économique mérite rétribution, que l'Etat doit s'effacer devant l'entrepreneuriat privé, que les enjeux environnementaux ne doivent pas contraindre le développement économique et que de toute façon, le progrès nous apportera les solutions. L'idéologie basée sur la croyance que le bonheur et l'avenir de l'homme sont liés à sa richesse et son statut social.  

.sondage privatisation Banque Belfius 07-04-2018

.

.

.

.

.

.

 

 

Quel avenir pour la Grand'Rue et son commerce ?

Une vivacité commerciale qui s'amenuise à Prayon ? C'est une crainte légitime que les autorités communales doivent prendre en considération. Bien sûr, en matière d'investissements, leur marge de manœuvre est limitée aux aménagements de l'espace public (avec d'autres niveaux d'autorités) dont on sait aussi qu'ils coutent cher. Mais bien d'autres initiatives peuvent être imaginées, en collaboration avec les habitants et les commerçants, pour améliorer le cadre et donc l'attrait et la qualité de vie dans la Grand'Rue. Plusieurs ont été exposées sur ce blog au cours des dernières années.

Combien de temps l'espace commercial de l'agence Belfius défunte restera-t-il fermé. Combien de temps la devanture rappellera-t-elle que des décennies durant, les habitants ont bénéficié d'un service de qualité et de proximité ? Va-t-on blanchir la vitrine pour cacher la décrépitude d'un espace qui serait abandonné ? Où sera-t-il transformé en logement ?

Le Shoe Discount à Prayon mais aussi la boucherie Baiwir à Nessonvaux : 2 autres commerces dont le premier fermera rapidement ses portes alors que le second a cessé ses activités récemment.

 

Quatre ans après avoir rejoint le Collège, et à six mois des élections, l’Echevin MR des affaires économiques, Christophe Marck, a décidé d’organiser la première réunion de sa Commission. On attend impatiemment la convocation et l’ordre du jour que l’on imagine chargé, vu le retard à rattraper mais aussi l’avenir à baliser. Parmi les sujets à discuter, l'activité économique de la Grand’Rue de Prayon très certainement.

20161008_115602

20161211_142643

 

 

 

 

 

 

 

 

Il nous reste une importante chose à faire : remercier tous les gérants et les employés de l'agence du Crédit Communal de Trooz d'abord, de la banque Dexia ensuite et de la banque Belfius enfin, qui ont servi pendant des années leurs clients avec compétence et gentillesse. Remercier aussi tous ces autres commerçants de Trooz qui ont longtemps animé la vie de leur quartier et laisse(ro)nt un grand vide.

 



.

 

Posté par infotrooz à 02:34 - - Permalien [#]

03 avril 2018

Grand’Rue de Prayon :

 (contact : troozinfo@gmail.com)

logo Vega

 

 

Anticiper sa reconfiguration


Pour ceux qui veulent savoir d’où on vient, 6 articles parus traitant de nombreux aspects:

  • 20 février 2014

Affaires économiques : améliorer l'attrait de la Grand'rue.  

http://www.infotrooz.be/archives/2014/02/20/29253987.html

  • 19 avril 2014

Affaires économiques, la promotion, l’image de Trooz…
(Christophe Marck devient Echevin : « Tout responsable politique le sait (ou doit le savoir) :
devenir échevin n’est pas un aboutissement, mais un nouveau départ »)

http://www.infotrooz.be/archives/2014/04/18/29653938.html

  • 17 septembre 2016

Ancien garage Delhez : 30 appartements et une petite surface commerciale

http://www.infotrooz.be/archives/2016/09/17/34325060.html

  • 30 octobre 2016

La Grand'Rue : quel renouveau ?
(10 sujets concrets : sécurité, portes d’entrée, mobilité, parcage…)

http://www.infotrooz.be/archives/2016/10/15/34374812.html

  • 15 décembre 2016

Le Street Art ? Et pourquoi pas à Trooz ?

http://www.infotrooz.be/archives/2016/12/15/34643622.html

  • 18 décembre 2017

Le renouveau au printemps 2018 ?

http://www.infotrooz.be/archives/2017/12/18/35966353.html

00


On vient donc de très loin… Mais sait-on où l’on va ?

 

La Grand’Rue de Prayon concentre une bonne part des commerces et services de notre commune. Voie de passage obligatoire pour tous les automobilistes en transit dans la vallée, elle offre un visage bien peu avenant de notre entité et laisse croire qu’y règne un peu la déprime. A tort évidemment parce qu’il s’y passe bien des choses, à l’initiative de nombreux habitants et commerçants et aussi des autorités.

Mais la situation actuelle pourrait évidemment être bien meilleure et c’est naturellement là l’objectif de mon attention. Ce devrait aussi être celle de l’Echevin MR de l’Urbanisme, Christophe Marck.

Quatre ans après avoir rejoint le Collège, et à six mois des élections, il a décidé d’organiser la première réunion de la Commission de l’Urbanisme et de l’Aménagement du Territoire. On attend impatiemment la convocation et l’ordre du jour que l’on imagine chargé, vu le retard à rattraper mais aussi l’avenir à baliser. Parmi les sujets à discuter, la Grand’Rue de Prayon très certainement.

0



La Grand’Rue de Prayon offre aujourd’hui trois points de vue exceptionnels, heureusement temporaires.

20180314_163735

2

3

 

Le sort de ces trois espaces dégagés est scellé : ils vont être reconstruits et affectés au logement et au commerce.

Dans le cas de l’ancien Show Discount et du tout aussi ancien garage Delhez, les permis ont été accordés et les travaux commenceront bientôt. Pour l’espace autrefois occupé par le Broadway incendié en avril 2015 au carrefour avec la rue Navette vers Fonds-de-Forêt, rien n’est décidé puisque le terrain est à vendre !

Le Lieu est stratégique car très visible à l’entrée de Prayon et très fréquenté. Le MET a le projet de construire un giratoire (la situation actuelle est très satisfaisante mais manifestement les feux ne sont plus à la mode), ce qui modifiera totalement la dynamique du carrefour.

Questions qui seront posées à notre échevin de l’urbanisme :

  • Depuis son entrée en fonction, de quoi a-t-il doté la Commune pour lui permettre de maîtriser son développement urbanistique ?

  • Qu’a-t-il prévu pour s’assurer que le projet du carrefour de Prayon soit architecturalement de qualité et qu’il s’intègre harmonieusement dans le bâti existant ?

  • Quel volume en hauteur la Commune va-t-elle proposer, ou accepter ?

  • Quelles normes sont imposées dans ce genre de projet en matière d'isolation thermique ?

Plus largement :

  • Quelle est la stratégie - à court, moyen et long termes - des autorités communales pour améliorer le cadre de la Grand'Rue, son attrait, sa promotion... et la qualité de vie de ses habitants ?

Quoi qu'il arrive, la Grand’Rue devrait réellement constituer une priorité de la législature 2018-2024.

Bien d'autres sujets devront être abordés lors de cette Commission : le logement social (projet à Nessonvaux), l'éco-quartier (projet à Nessonvaux), le respect de l'identité rurale des villages, la place classée de Forêt, le parc d'activités économiques de Prayon, la mobilité, les transports en commun, les transports actifs, les dispositions des permis d'urbanisme, les commerces vides...


Je vous informerai précisément des résultats de cette réunion de Commission, même si je ne peux encore vous dire quand elle aura lieu.

 



.

 

 

Posté par infotrooz à 01:46 - - Permalien [#]

30 mars 2018

Nucléaire

 

  (contact : troozinfo@gmail.com)

logo Vega

 

 

Accord du Fédéral sur le pacte énergétique !

 

7 ans pour fermer 7 réacteurs nucléaires.

Le Gouvernement confirme la sortie du nucléaire en 2025.

 

Construction de nouvelles capacités de production dont des centrales au gaz pour une période transitoire.

Electricité produite à partir de sources renouvelables : 40% en 2030 et 100% en 2050.

Pour réussir ce pari nécessaire, la transition doit commencer aujourd’hui. A commencer par un modèle moins énergivore.

 

tihange

 

 

 

 

 

 

 

 

nuc

 

 

 

 

 

 

 

 

 



.

Posté par infotrooz à 08:42 - - Permalien [#]

27 mars 2018

Conseil communal du 26 mars 2018

  (contact : troozinfo@gmail.com)

logo Vega

 

 

Ce qu'il faut retenir

Durée : 2 heures

Présences : 16 sur 19

Assistance : 4

signe

Dans la continuité de plusieurs points du règlement de police débattus le 26 février dernier, le Conseil communal a eu à se prononcer sur trois nouvelles propositions en matière de circulation routière ayant pour objectif principal la sécurité des personnes. Une nouvelle fois, le Commissaire Dewez est venu éclairer l’assemblée quant à ces situations précises de terrain. Un grand merci !

Le Conseil a ensuite marqué son accord sur les termes de la convention à passer entre les intervenants de la maison médicale en vue de réaliser un réseau de collaboration autour d'une action médico-psycho-sociale et formative sur notre Commune et en vallée de la Vesdre. C’est Nicolas Sools, le Président du CPAS de Trooz, qui a exposé les objectifs de l’opération qui verra tous ces acteurs privés et publics (CPAS, ONE, Commune de Trooz et son Plan de Cohésion Sociale, Maison des Jeunes…) développer de nouveaux projets. La santé n’est en effet pas qu’une question de diagnostics et de traitements : elle dépend aussi d’éléments tels que la qualité de notre environnement et de nos relations sociales qu’il y a lieu de prendre davantage en compte.

 

Les deux derniers points de la séance publique étaient consacrés à deux motions déposées… par moi-même concernant le devenir de la banque BELFIUS d’une part et des réacteurs nucléaires de Tihange 2 et Doel 3 d’autre part.

 

Point 16 : Le Conseil a voté la motion demandant le maintien de la totalité du capital de la banque Belfius dans le patrimoine public. Christophe Marck et Patrick Jamagne, 2 des 3 élus MR au Conseil, se sont abstenus.

En juillet 2017 éclatait la crise des subprimes aux Etats-Unis qui, un an plus tard, conduisait à une grave crise bancaire et financière qui allait finalement emporter la banque DEXIA, démantelée en 2011 alors que ses activités de banque et d’assurance étaient rachetées par l’Etat belge pour 4 milliards d’euros et logées dans une nouvelle entité, la banque BELFIUS. Quant au Holding communal DEXIA, détenteur des parts des communes dans le capital de la banque, il sera mis en liquidation la même année. Les Communes, dont celle de Trooz, ont donc tout perdu : leur participation historique dans DEXIA et les 500 millions d’euros injectés dans le Holding en 2009, avant l’effondrement du cours des actions de la banque.

Aujourd’hui BELFIUS se porte bien et est valorisé entre 7 et 8 milliards d’euros ; l’Etat fédéral MR - CD&V – VLD - N-VA a prévu (sans le moindre débat public) de vendre 30% de son capital à des investisseurs étrangers (des Hedge Funds) et profiter de l’opération pour prélever 400 millions d’euros afin d’indemniser à hauteur de 40% les 800.000 coopérateurs privés d’ARCO, une coopérative financière.

Cela pose une grande question : pourquoi privatiser une banque publique qui, comme ce fut le cas du Crédit Communal, représente un intérêt stratégique pour le pays, notamment en termes de prestation garantie de services stratégiques à l'économie belge et de prêts aux pouvoirs publics ?

Et une seconde question subsidiaire : en cas de privatisation partielle, pourquoi n’indemniser que la partie privée ARCO ? N’est-il pas légitime que les entités locales, qui ont une mission essentielle de service à la population et rencontrent bien des difficultés financières, soient également indemnisées ? 

17 des 19 conseillers communaux de Trooz ont considéré que ce choix de vendre la banque Belfius était mauvais et, subsidiairement, qu’en cas d’indemnisation le traitement de faveur était inacceptable *.   Motion_Belfius

 

*  Sur la même base de calcul que celle prévue pour Arco, l’indemnisation totale des communes se chiffre à 400 millions d’euros, que les communes pourraient recevoir sous la forme d’une part équivalente dans le capital de BELFIUS.

 belfius

 

 

 

Point 17 : Le Conseil n’a pas voté la motion en faveur de la fermeture immédiate des réacteurs nucléaires de Tihange 2 et Doel 3. Ch. Marck, I. Juprelle, Eric Nori, A. Degée, R. Laineri, G. Martin et M. Jamagne ont voté contre, F. Beltran, E. Vendy, N. Sools, A. Dombard, J. Deglin, O. Baltus et A. Gonzales Sanz ont voté pour, JP. Larose et G. Lallemand se sont abstenus.

Le nucléaire est un sujet complexe, technique et stratégique. La Belgique a quant à elle une difficulté consubstantielle à décider, prenant souvent des demi-décisions et s’engageant dans des demi-réformes. Sauf qu’en matière de production d’électricité et de nucléaire en particulier, cela conduit à de graves impasses. Ensemble, ces deux éléments sont détonants !

La sortie du nucléaire a été décidée par une Loi de 2003 qui la fixe à 2015 (fermeture des centrales nucléaires après 40 années de fonctionnement) ; rien n’ayant été fait pour assurer la transition (ou tout ayant été fait pour contrer la fermeture des réacteurs), elle sera modifiée en 2013 (durée de fonctionnement du réacteur de Tihange 1 prolongée de 40 à 50 ans, jusqu'en 2025) puis en 2014 (idem pour les réacteurs de Doel 1 et de  Doel 2).

Aujourd’hui, le « pacte énergétique », attendu pour fin 2015, n’est toujours pas adopté (il faut dire qu’avec 4 ministres de l’énergie dont Marie-Christine Marghem est la cheffe de file…). Le projet confirme bien la sortie du nucléaire en 2025 et son remplacement par le gaz fossile (9 nouvelles centrales au gaz) et le renouvelable (électricité produite à 40% à partir de sources renouvelables en 2030 et 100% en 2050), mais aussi la réduction de la consommation, le développement du stockage… Dans 7 ans donc, les 7 réacteurs de Tihange et de Doel, qui comptabilisent une puissance nominale de 6.000 MW et interviennent à hauteur d’un peu plus de la moitié de la production d’électricité en Belgique, devront fermer… d'un coup.

Les arguments plaidant pour la fermeture immédiate des réacteurs microfissurés sont dans le projet de Motion_sur_le_nucl_aire. Les arguments des élus qui ont voté contre la motion contestent le danger supérieur que représentent ces 2 réacteurs en particulier, et donc la nécessité de les fermer immédiatement, et font part de la difficulté de s’en passer. Le débat a été constructif et en soi, c’est la démocratie qui a gagné.

.2

.

.

 

 

 

 



.

 

Posté par infotrooz à 14:29 - - Permalien [#]

25 mars 2018

Conseil communal du 26 mars 2018

(contact : troozinfo@gmail.com)

logo Vega

 

 

5  POINTS à mettre en évidence :

 11.      Convention à passer entre les intervenants de la Maison Médicale en vue de réaliser
            un réseau de collaboration ;

 13.      Travaux subsidiés - PIC 2017-2018 - Modification de notre décision du 30 janvier 2017 ;

 15.      Mise en conformité et embellissement des cimetières wallons - Appel à projets ;

 16.      Pour le maintien de la totalité du capital de la banque Belfius dans le patrimoine public
            - Motion proposée par M. le Conseiller Olivier Baltus ;

 17.      Pour la fermeture immédiate des réacteurs nucléaires de Tihange 2 et Doel 3 
            - Motion proposée par M. le Conseiller Olivier Baltus.
.

20140924_113539

20150124_103230

20170607_162820

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

sans-titre

bel

.

.

.

.

.

.

.

.

Compte-rendu rapidement après la séance.

.

.



.

Posté par infotrooz à 00:12 - - Permalien [#]

23 mars 2018

Motion à Trooz - REprivatiser Belfius (ex Dexia) ? Non !

(contact : troozinfo@gmail.com)

 115944017_o

 

Conserver un outil 100% public sinon...

rembourser les Communes.

De quoi parle-t-on ? Rapide rappel.

Pendant longtemps, les communes se sont financées auprès du Crédit Communal. Sans risques puisque elles étaient les seules propriétaires de la banque dont la fonction était de prêter aux autorités locales contre une souscription d'actions d'au moins 5 %.

A partir de la moitié du siècle dernier, les opérations du CC se sont progressivement étendues aux particuliers avant de se diversifier, puis de s'étendre à l'international, de développer des activités de gestion de fortune, multiplier les prises de participation... pour finalement s'allier en 1996 au Crédit Local de France et donner naissance à Dexia.

dexia

CC

 

 

 

 

 

 

 

L'appétit venant en mangeant... Nouvelles prises de participations à l'étranger, entrée en bourse à Bruxelles et Paris...

En 2000, Dexia franchit l'Atlantique et rachète Financial Security Assurance aux USA, l’un des leaders du "rehaussement de crédit des obligations municipales". Je ne vous explique pas la suite en détails, j'en suis incapable. Comme l'ont été bien des banquiers qui ont - avec l'argent des autres - acheté des actifs d'institutions américaines de crédit immobilier à taux bas proposés à des ménages... incapables de rembourser. Nos banquiers ont donc fait de la "titrisation", sans trop savoir ce que recouvraient ces titres !

Principale motivation : ça peut rapporter gros... et aussi couler une banque en cas de retournement de conjoncture. Mais bon, en attendant...

Et comme il s'agissait d'activités en quelque sorte fictives puisque basées sur la hausse continue et supposée infinie de l'immobilier sensé servir de garantie aux prêts, la bulle spéculative a fini par éclater en emportant avec elle toutes ces institutions bancaires principalement européennes dopées aux « Credits Default Swap », institutions dont les dirigeants et leurs affidés ont manifestement considéré que le résultat avait plus d'importance que la manière, le rendement plus que l'éthique, le salaire et les bonus plus que l'épargne des citoyens et... des communes.

C'était l'époque durant laquelle vous pouviez acheter à Minneapolis ou Détroit trois maisons pour le prix d'une, des milliers d'Américains (parfois sans emploi...) incapables de rembourser leur prêt immobilier ayant été chassés de leur habitation.

Bref, face à la perte de valeur de ces titres devenus invendables achetés par Dexia et consorts, il a fallu que l'Etat belge (comme l'Etat français) mais aussi les collectivités locales interviennent pour sauver in-extremis le groupe de la faillite en 2008… qui sombrera finalement en 2011. Des milliards d’euros d’argent public ont été perdus, dont le bas de laine de nombreuses communes wallonnes parmi lesquelles Trooz. Et au final une ardoise monumentale présentée... à la population. Parce qu'il ne faut pas se tromper : des communes en difficulté financière, qui ne disposent que de moyens modestes et de capacités d'investissement réduites, c'est moins de services publics, moins de solidarité avec les populations modestes, un patrimoine qui se dégrade, une incapacité à initier la transition énergétique...

Quant à la Banque Belfius, elle provient du démantèlement du groupe Dexia en 2011.

Ironie : après l’avoir sauvée puis rachetée pour 4 milliards d’euros, Belfius rapporte de l’argent et... l’Etat belge veut la privatiser via une entrée en Bourse et la vente de 30% de ses parts. C'est la vision libérale et court termiste des choses qui veut que ce ne soit - évidemment - pas à l'Etat à faire des affaires ; le privé le fait - évidemment - bien mieux que lui.

 

Trooz a perdu beaucoup d'argent. Combien ?

On laissera notre échevine des Finances le rappeler lors du Conseil communal de lundi prochain, au nom des élus communaux en place en 2008 et 2010 lorsqu'on y croyait encore. Ce n'est pas si loin : juste la mandature avant l'actuelle, dont les acteurs et les témoins pourront nous expliquer si nécessaire le contexte de l'époque.

20171207_132906

bel

.

.

.

.

.

.

 

Mais encore...

Le refus de privatiser, même partiellement pour commencer, la banque Belfius n'est pas qu'une question de principe (ou d'idéologie).

Conserver une banque publique affranchie de toute tentation de prendre des risques immodérés, dans laquelle les citoyens sont assurés d'y déposer leur épargne en toute sécurité, a aussi un autre avantage : la prestation garantie de services stratégiques à l'économie belge, tel que l'octroi de crédits aux pouvoirs publics !

Une telle banque, disposant d'un ancrage local fort, est le partenaire idéal pour le financement des investissements des communes notamment, et donc de projets utiles à la population : redéploiement d'une infrastructure pour les déplacements doux, transports en commun, écoles, soutien à l’économie locale... ;

Une privatisation mettrait en péril ce potentiel et déforcerait encore un peu plus l'action publique.

 

 



.

 

 

Posté par infotrooz à 01:32 - - Permalien [#]

22 mars 2018

Motion à Trooz - Tihange 2 et Doel 3

  (contact : troozinfo@gmail.com)

 115944017_o

 

Des macrofissures... dans le plan d'urgence 

Ces réacteurs, conçus pour une durée de vie de 30 ans, ont été respectivement mis en service en 1985 et en 1982. La prolongation de leur durée d’exploitation ne saurait que faire croître la probabilité d’un incident ou accident grave.

Non, la probabilité d’un accident nucléaire majeur en Europe n'est pas négligeable : ce sont les experts qui le disent (pas les exploitants privés).

La Belgique compte quatre sites nucléaires importants, sans compter quatre autres sites situés à proximité de nos frontières.

Trooz se trouve à 30 km de Tihange : en dehors donc de la zone de planification d'urgence, au sein de laquelle des actions de protection de la population (mise à l’abri et évacuation), de la chaîne alimentaire et de l’environnement sont préparées par les diverses autorités et services d’intervention concernés en cas d'accident grave...

 

plan d'urgence zone Tihange

sigle nucléaire

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Motion pour la fermeture immédiate

Après avoir été votée à Liège et Dison, c'est à Trooz que sera présentée lundi prochain la motion demandant la fermeture immédiate des deux réacteurs nucléaires microfissurés de Tihange 2 et de Doel 3 et le respect du calendrier prévu pour la sortie du nucléaire, à savoir 2025.

L'occasion aussi de rappeler que le nucléaire coûte très cher, qu'il freine le développement des énergies renouvelables... et qu'il nous laisse des déchets hautement radioactifs qu'il y aura lieu de mettre en lieux sûrs pendant au moins... un million d'années.

 

Dans La Libre Belgique de ce 19 mars, un article "Opinion" très intéressant signé par 40 scientifiques, intellectuels, ingénieurs et artistes ici

Pour vous aider à vous faire votre propre opinion.

Tihange

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 https://afcn.fgov.be/fr/situations-durgence/que-font-les-autorites

 



.

Posté par infotrooz à 01:19 - - Permalien [#]

15 mars 2018

Informer les habitants et...

 

2

 (contact : troozinfo@gmail.com)

 115944017_o

 

publier les PV des conseils communaux

Le Code de la démocratie locale et de la décentralisation prévoit que " le conseil communal arrête, dans son règlement d'ordre intérieur (ROI), des règles de déontologie et d'éthique ". Ces règles consacrent notamment l'information du citoyen.

Ledit ROI, adopté par le Conseil communal le 21 janvier 2013, prévoit à l'article 62 que " Sans  préjudice de l'article L1122-29, alinéa 2, du CDLD, le procès-verbal du Conseil communal relatif aux points en séance publique, une fois approuvé, est publié sur le site internet de la commune ".

L'Administration communale a mis en ligne les PV des années 2015, 2016 et 2017 jusqu'à celui de la séance du 9 octobre 2017.

Les derniers PV approuvés ne sont donc pas encore disponibles ; or, ils sont les plus intéressants en matière d'information du citoyen.  

Merci de bien vouloir les ajouter.

 

 

 

 1



.

 

Posté par infotrooz à 03:15 - - Permalien [#]

11 mars 2018

Potager hors sol

 (contact : troozinfo@gmail.com)

 115944017_o

 

La transition, c’est aujourd’hui.

Beaucoup de gens ayant un jardin n’y cultivent pas de potager. Alors, pourquoi ceux qui n’en ont pas n’en cultiveraient-ils pas un ? Ne fut-ce par contradiction… Intéressons-nous au potager hors sol, plus prosaïquement appelé « bac de plantation ». Cultiver dans des carrés potagers surélevés en bois, c'est pratique, idéal pour balcon et terrasse, et ça peut rapporter gros.  

Il est facile de fabriquer soi-même le contenant, à partir de planches brutes de récupération ou de fascines de branches de noisetiers par exemple. Hauteur : une trentaine de cm au moins, plus pour les forts maux de dos. Prévoyez que l'eau en excès sera amenée à s'écouler ; recouvrez – si vous le souhaitez – l'intérieur d’un feutre textile pour retenir toutes les matières organiques qui pourraient s'échapper. Au niveau du substrat, il existe de nombreuses possibilités. Nous préconisons un maximum de produits… du jardin (celui de votre voisin) : feuilles mortes mélangées à du bois en décomposition, tontes de pelouse, compost et autres déchets organiques en tous genres… Les jardiniers vous parleront de lasagne et alterneront les couches brunes (brindilles...) et vertes (herbes...). Terminer avec une couche de bonne terre (du jardin) mélangée avec du terreau pour l’alléger et l’aérer. Epaisseur : une dizaine de cm au moins, en fonction de ce que l’on va semer ou planter.

Installez si possible la jardinière dans un endroit ensoleillé. Attention : sauf sur l’appui de fenêtre ou le balcon, le système ne prémunit en rien contre les limaces et autres petits animaux… du jardin.  

En hiver, couvrez la terre de feuilles mortes ou d’herbes de tonte. Après les dernières gelées, le sol se réchauffera plus vite qu’en plein sol et vous pourrez alors y semer les légumes de votre choix ou des fleurs, et pourquoi pas les deux ! Joies du jardinage assurées et récoltes à bout de bras.

Une confidence : ça marche aussi… dans son jardin ! Dans ce cas, pas-même besoin de fond ; le sol recomposé reposera directement sur le gazon qui aura tôt fait de se décomposer et d’enrichir le substrat de matières organiques. Sinon, quelques cartons comme sur la photo ci-dessous.

Vous l’aurez observé : de telles jardinières sont présentes dans bien des villes : de New York à Salisbury et de Paris à Liège, des particuliers installent avec l’accord des autorités des potagers à la disposition des voisins et des passants. Le partage, c’est le début et peut-être l’essentiel de la transition. Et pourquoi pas à Trooz ?

IMG_1881

groupe EcoVa mai 2013 009

.

.

IMG_2400

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

 

Les cucurbitacées : courge, potiron... Faciles à cultiver,
esthétiques et très productives.

 

Ce que vient faire une recette de jardinage sur un blog politique ?

Une idée à mettre en œuvre par la Commune de Trooz : non pas cultiver elle-même mais mettre à disposition de tels bacs de plantation en collaboration avec les citoyens qui les entretiendraient.

La transition, ça se passe aussi... ici.

20180101_121410

 

 

 

 

 

 

 

 





Le type de bac à fleurs qui sera installé prochainement
en bordure du parking du Service des Travaux.

IMG_1887

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

IMG_2420

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Jardin des Oies à Beaufays : l'alternative du mur en pierres sèches
pour les plantes médicinales et aromatiques.

 

20171111_111939

20171111_150624

 

 

 

 

 

 

 

Deux plates-bandes des jardins communautaires de Nessonvaux.

20170824_182050

20170824_182153

 

 

 

 

 

 

 

Des produits bio et savoureux... bien mérités !

 



.

Posté par infotrooz à 23:18 - - Permalien [#]