Le Passeur (d'idées)

30 mai 2017

Conseil communal du 29 mai 2017

(contact : troozinfo@gmail.com)

115944017_o

.

Ce qu'il faut retenir

Durée : 75 minutes

Présences : 13 sur 19

Assistance : 16
.

Ivana Giovannini, membre et Présidente du Centre Public d’Action Sociale (CPAS), est démissionnaire et remplacée par Nicolas Sools qui prête serment et intègre donc le Collège communal. Ivana étant absente pour raisons professionnelles, le Collège aura l’occasion de la remercier dans un second temps pour son engagement et son travail durant de nombreuses années !

La Commune décide d’adhérer à la convention avec le SPF (Service Public Fédéral) Intérieur dont la Direction générale « sécurité et prévention » a mis en place une cellule mobile de soutien aux communes contre le radicalisme. Une sensibilisation des agents du service Jeunesse et du CPAS aura lieu le 20 juin.

En l’absence de l’Echevine des Finances Isabelle Jurelle, le Directeur général Bernard Fourny présente la modification budgétaire n°1 qui a pour objectif d’intégrer dans le budget 2017 les comptes arrêtés de l’année précédente mais aussi d’adapter si nécessaire les différents crédits afin d’assurer le fonctionnement des services et la réalisation des investissements prévus jusqu’au terme de l’exercice.

Le budget 2017 voté par le Conseil le 13 décembre 2016 prévoyait un boni de 102.000 €. Le compte de résultat 2016 du service ordinaire (« fonctionnement ») voté le 24 avril 2017 s’établit à - 199.000 € (pour rappel : ce compte négatif provient en bonne partie des additionnels à l’IPP de l’exercice 2015 non transférés du Fédéral à notre Commune). Le trou à combler par la MB est donc de 300.000 €. Les recettes majorées proviennent de la taxe sur les mâts et pylônes de GSM, de la subvention Fedasil (présence du centre d’accueil pour demandeurs d’asile de la Croix Rouge sur notre territoire), de la récupération de frais engagés après l’incendie d’un immeuble de la Grand’Rue début 2015 et d’ajustements techniques. Mais la MB contient aussi une série de dépenses majorées, dont près de 200.000 € de « droits constatés non perçus » en 2016. Conclusion : un crédit spécial de recettes (anticipation de dépenses prévues en 2017 mais qui ne seront pas exécutées) d’un montant de 278.000 € à dû être réinscrit au budget ordinaire 2017 pour assurer son équilibre.

Conséquence de ce CSR : le fonds de réserve est remis à zéro et les transferts du budget ordinaire vers l’extraordinaire ne sont plus possibles. Le budget extraordinaire (« investissements ») sera donc équilibré via le recours à l’emprunt. A savoir :

  • le projet de restauration de la Place du Marché à Prayon s’étend au tronçon côté Vesdre de la rue de l’Eglise et passe de 300.000 à 400.000 € ;
  • le projet de réasphaltage de la voirie de la Place de Forêt passe de 15 à 35.000 €.

IMG_6426

Au sujet de la réfection des espaces publics… Je pourrai vous dire si oui ou non les habitants du quartier de La Brouck (déshérité malgré le projet d’aménagement d’une aire de jeux extérieure pour enfants) pourront bénéficier un jour d’une Place Teixeira propre, verte, conviviale et digne de ce non lorsque l’Echevin du Développement Rural Christophe Marck m’aura transmis comme il l’a promis le procès-verbal de la réunion du 4 mai de la CLDR, Commission chargée de prioriser les fiches projets du PCDR (donc celle concernant la Place Teixeira - cqfd)
PCDR ? http://www.infotrooz.be/archives/2017/03/10/35031088.html
.

Le Pacte scolaire impose aux Communes d’octroyer les mêmes avantages sociaux pour l’enseignement libre que pour l’enseignement communal. Ces avantages sont les suivants : organisation de l’accueil des élèves 1 heure avant le début et 1 heure après la fin des cours en dehors de l’horaire scolaire, la garderie du repas de midi, l’accès et le transport jusque la piscine, l’accès aux plaines de jeux organisées pendant le temps scolaire et les vacances, l’accès aux infrastructures communales sur son territoire. Le transport domicile - école des enfants n’est pas repris dans la liste car organisé par une ligne privée du TEC pour l’ensemble des écoliers.

Avec l’aide de l’Administration, l’Echevin des Cultes Etienne Vendy a fini d’apurer les arriérés au niveau des comptes et budgets des fabriques d’église. C’est particulièrement important pour celle de Fraipont dont les finances sont fragiles, et en charge de l’église Saint-Gilles qui est une propriété communale ; la FE va maintenant pouvoir recevoir son dû de la part de la Commune.  

Conformément au budget extraordinaire 2017, la Commune va acheter respectivement 9 et 8 bancs adaptés pour les espaces publics et les chemins. Des poubelles vont aussi être achetées et installées en des endroits désignés, et donc pas à côté de chaque banc le long des chemins, les usagers devant alors comprendre qu’ils doivent emporter leurs déchets chez eux. Coût total estimé : 12.000 € TVAc.

Un « aspirateur électrique de déchets urbains » va être acquis (de type « Glouton »), pour un montant estimé à plus de 21.000 € TVAc. La propreté n’a pas de prix… A priori, c’est surtout la Grand’Rue dont la configuration est de type « urbain » qui nécessite en priorité l’intervention de cet appareil : même si c’est la Région qui est responsable de la route, les riverains et donc aussi la Commune ont en charge l’entretien et le nettoyage des trottoirs. Un subside a été sollicité auprès de la Région pour l’engagement d’un « Monsieur Propre » qui aura notamment pour travail d’utiliser l’aspirateur de rue.

20161008_114934

IMG_1407

 

 

 

 

 

 

 

 

 



.

Posté par infotrooz à 00:27 - - Permalien [#]

25 mai 2017

Conseil communal du 29 mai 2017

 

  (contact : troozinfo@gmail.com)

10  POINTS à mettre en évidence :

1.      Démission de Madame Ivana GIOVANNINI en qualité de membre et de Présidente du Conseil 
         de l'Action sociale ;

2.      Pacte de majorité 2012 - 2018 - Modification ;

3.      Prestation de serment du Président du Centre Public d'Action Sociale en qualité de
         membre du Collège communal ;

Nicolas Sools franchit un pas de plus vers le sommet.

9.      Modification budgétaire n°1 pour l'exercice 2017 - Services ordinaire et extraordinaire ;

Isabelle Juprelle va-t-elle encore nous faire des cachoteries ?

11.    Avantages sociaux pour l'enseignement libre ;

12.    Fabrique d'Eglise Saint-Gilles de Fraipont - Budget 2017 ;

Etienne Vendy termine d'apurer le passif laissé par son (sa) prédécesseur socialiste (points 13 à 16) et nous présente un budget de Fabrique d'Eglise de l'année en cours ! Persévérance, endurance et foi : la Trinité pour un travail bien fait.  

17.    Achats de bancs et poubelles - Approbation des conditions et mode de passation ;

L'occasion de demander quelle politique poursuit la Commune en la matière.

18.    Achat d'un aspirateur de rue - Approbation des conditions et mode de passation ; 

Résultat du vote du budget extraordinaire 2017 le 12 décembre 2016.

19.    Auteur de projet pour l'aménagement de la Place du Marché - Approbation d'un avenant ;

Le budget extraordinaire 2017 voté le 12 décembre 2016 prévoit de consacrer 300.000 € pour réfectionner la Place du Marché et 15.000 € pour financer l'étude du projet. Le 30 janvier, le Conseil approuve le cahier des charges en vue de la désignation d'un auteur de projet et le 4 mai, le projet est présenté aux habitants du quartier. Et donc, de quel avenant a-t-on déjà besoin ? 

20.    Assemblées Générales de l'intercommunale IMIO - 1er juin 2017

Point déjà inscrit, débattu et voté lors du Conseil communal du 24 avril 2017...

Cette intercommunale de Mutualisation Informatique et Organisationnelle "IMIO" a pour mission de promouvoir et coordonner la mutualisation de solutions organisationnelles et de produits et services informatiques pour les pouvoirs locaux de Wallonie. C'est IMIO qui - depuis des mois - assiste la Commune de Trooz pour mettre en place le nouveau site internet... http://www.trooz.be/ 

 

IMG_5604

IMG_6025

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

IMG_9216IMG_6209

 

 

 

 

 

 

 

 

 



.

 

 

Posté par infotrooz à 01:01 - - Permalien [#]

22 mai 2017

La démocratie participative (III)

  (contact : troozinfo@gmail.com)

Et à Trooz, que fait-on ?115944017_o

 

 

consultation

 

 

Solliciter – de manière cadrée et dans un objectif d’intérêt général –  l’avis des habitants pour connaître leurs priorités et ainsi moduler ou adapter les politiques suivies paraît être le bon sens. De nombreuses formes coexistent.

La CCATM (aménagement du territoire et urbanisme), la CLDR (développement rural)… : autant d’organes consultatifs composés de citoyens concernés et de son « quart d’élus communaux » soigneusement répartis entre les partis.

La majorité s’enorgueillit de suivre les avis de ces commissions. Oui mais… Quand on regarde avec un peu d’attention, on voit que les autorités ne jouent pas toujours le jeu. Exemples :

  • la CCATM est invitée à ne pas se prononcer sur le projet de construction d’une résidence services de 50 unités et de 25 appartements rue de Beaufays - à l’emplacement du manoir de Péry - « afin de ne pas risquer un recours de la part du promoteur alors qu’une enquête publique devra être organisée après l’introduction de la demande de permis d’urbanisme ». Foutaise : depuis quand en démocratie une instance consultative est-elle tenue de ne pas se réunir et se pencher sur une question particulière pour ensuite remettre un avis d’initiative ?
  • la Commune intervient - via les coulisses - sur les fiches qui composent le Plan de Développement Rural… avant qu’il soit soumis à la CLDR.

En parlant d’organes : chacun des échevinats est doublé d’une commission réunissant les élus, dont ceux de l’opposition qui y sont invités. Seule la Commission des Finances est obligée de se réunir afin qu’il y soit présenté les projets de budgets annuels et de modifications budgétaires. La Commission des Travaux se réunit 2 fois par an. La Commission Culture et Tourisme 1 fois l’an. La Commission de l’Urbanisme, de l’Aménagement du territoire et de l’Economie ne s’est pas encore réunie… alors que de nombreuses questions se posent en cette matière. Il est vrai que de toute évidence le MR est, depuis le début de la législature, le maillon faible de l’attelage PS-MR-EcoVa.

Le public est lui aussi officiellement consulté pour divers types de projets concernant l’urbanisme et l’environnement… : demande de permis, réunion d’information, enquête publique… Attention au phénomène nimby (chez les autres mais pas chez moi). Attention aussi de ne pas se moquer des participants comme lors de cette réunion d’information organisée à l’initiative d’un important promoteur immobilier, au cours de laquelle l’échevin de l’urbanisme (MR) rétorque virilement au public que la Commune est là pour prendre note de ses questions, par pour donner des réponses…

ACTUELLEMENT :

  • plusieurs citoyens investis dans les Conseils consultatifs ou qui l’ont été me disent avoir le sentiment d’être trompés, d’un engagement peu utile… et d’une occasion manquée de rapprocher élus et administrés. Manque de confiance des autorités dans la population, peur de partager le pouvoir, intérêts non convergents… Un peu de tout cela certainement ;
  • certains citoyens membres de ces Conseils consultatifs n’ont pas les compétences requises, et ne font rien pour les acquérir… (et oui, il faut aussi pouvoir le dire) ;
  • les 3 Commissions des Finances, des Travaux et de la Culture et du Tourisme fonctionnent bien.

La consultation populaire est prévue par la Loi et peut se faire à l’initiative de la Commune mais aussi des habitants ; je pense qu’elle doit être réservée à des situations exceptionnelles et mobilisatrices. Les panels de citoyens invités à se pencher sur des questions précises me paraissent très pertinents ! Un exemple : l’association des commerçants de Prayon qui, en raison notamment de la diversité des commerces, rencontre des difficultés à se réunir et à travailler. Plutôt que d’attendre le renouveau de cette association avant de poser des actes concrets en matière de promotion, embellissement et revalorisation de la Grand Rue, pourquoi la Commune de prend-elle pas l’initiative de les rassembler pour leur présenter des pistes de travail ?

Enfin, les comités de quartier, auxquels adhère qui veut, et qui sont un interlocuteur de choix pour la Commune. Mais attention : leur consultation doit être officielle et s’adresser au comité proprement dit, et non se limiter à un entretien improvisé ou non avec un de ses membres… Exemple : le Bourgmestre informe lors du CC du 24 avril 2017 que le Comité du quartier de La Brouck a été sollicité quant au choix de l’emplacement de l’aire de jeux pour les enfants (bizarre quand on sait que ce comité de quartier n’est aujourd’hui plus actif…).

PROPOSITIONS POUR UNE DEMOCRATIE + CITOYENNE :

  • informer sur le (futur) site internet de toutes les consultations en cours - dont les permis d’urbanisme et d’environnement - et y mettre les pièces des dossiers à disposition (comme cela se fait à Chaudfontaine) ;
  • organiser chaque année dans les principaux quartiers une assemblée de la population, au cours de laquelle le collège communal présente les réalisations de l'année écoulée et les projets de l'année en cours, visant à améliorer le bien-être des habitants. La parole y serait ensuite donnée aux participants, afin de leur permettre d'exprimer leur opinion et d'interroger les mandataires, à propos de divers sujets concernant la vie de la commune.

 

Le citoyen est prêt à participer. Et les autorités politiques... ?
.

La concertation

 

 

Nous franchissons un pas supplémentaire en recherchant un consensus entre les citoyens appelés à s'exprimer et les autorités.

La réunion de concertation avec les habitants de la Place du Marché qui vient d’avoir lieu au sujet du projet d’aménagement de cet espace public fut un succès : les habitants ont pris connaissance de l’aménagement projeté et ont eu des réponses à leurs questions ; leurs remarques pourront éventuellement conduire à modifier et améliorer le projet. Bien avant le début des travaux, la population locale a ainsi pu se l’approprier !

Pour des projets d’une plus grande ampleur ou plus complexe, il peut être judicieux de travailler avec un nombre limité de représentants des habitants concernés.

Pas besoin d’un comité d’accompagnement pour la Place du Marché vu l’ampleur malgré tout limitée du chantier à venir ; par contre, lorsque les collecteurs d’assainissement seront posés par l’AIDE dans les accotements de la Grand’Rue entre le pont de la Vesdre et les feux au carrefour avec la rue Noirivaux, cela pourrait être bien utile… Même si toutes les précautions devront être prises, les commerçants notamment n’échapperont pas aux désagréments et aux nuisances du chantier qui durera plusieurs mois.

Les projets urbanistiques conduisent aussi à une réunion de concertation entre des représentants de la Commune, le promoteur et 5 représentants des (minimum 25) personnes ayant fait des observations lors de l'enquête publique.

PROPOSITIONS POUR UNE DEMOCRATIE + CITOYENNE :

  • établir une concertation avec les associations qui participent activement à la vie locale. Au-delà de la consultation sur l'un ou l'autre sujet, il s’agit donc de les impliquer dans un schéma de concertation plus ou moins permanent avec les autorités communales ;
  • prévoir le moment venu un comité d’accompagnement pour le futur chantier de pose dans les accotements de la Grand’Rue des collecteurs d’assainissement, composé de commerçants et de citoyens.

 

Capture 1

Capture 2

 

 

 

 

 

 

 


Photos : blog Sudinfo trooz

 

 



.

Posté par infotrooz à 03:25 - - Permalien [#]

19 mai 2017

La démocratie participative (II)

   (contact : troozinfo@gmail.com)

Et à Trooz, fait-on quelque chose ?115944017_o

Une enquête d’opinion réalisée à l’initiative de l’Union des Villes et Communes de Wallonie sur la perception par les citoyens des pouvoirs locaux wallons le révèle : la population reste attachée à ce niveau de pouvoir. Et 65% des personnes se disent satisfaites des services publics locaux (Le Soir du 18 mai 2017).

Un encouragement à continuer à faire comme on a toujours fait ? Certainement pas !

outil d'info

L'information est un préalable nécessaire à tout processus de participation. D’ici la fin du mois de juin, (le Bourgmestre a promis que) la Commune de Trooz disposera d’un site internet fonctionnel et performant. Cette interface entre élus et citoyens ne comblera un cruel manque d’informations que si les autorités jouent la transparence et y exposent leurs politiques, les enjeux, les travaux du Conseil communal et les principaux dossiers ouverts.

ACTUELLEMENT :

Sur le site internet :

  • le dernier PV du Conseil communal est celui du 10-10-2016 (il en manque donc 6) ;
  • le dernier ordre du jour du Conseil communal est celui du 20-02-2017 (il en manque donc 2).

Heureusement, la Commune peut compter sur l’administrateur et journaliste du blog Sudinfo Trooz du groupe Sud Presse pour annoncer d’initiative les réunions du Conseil et leurs ordres du jour et faire ensuite une synthèse des points et des échanges. La Commune y fait aussi paraître un compte-rendu sous la forme d’un communiqué. Régulièrement, l’opposition s’y exprime également. Ce blog est donc la seule plateforme sur laquelle se confrontent « directement » les idées et les convictions de la majorité, de l’opposition... et du public.  

Le bulletin communal, publié tous les 3 mois, constitue l’autre principal outil communal d’information et de communication. Y laisser un espace pour permettre à l’opposition politique de s’y exprimer participerait à revivifier quelque peu la démocratie locale.

PROPOSITIONS POUR UNE DEMOCRATIE + CITOYENNE :

  • faire du futur site internet de la Commune un outil informatif attrayant et interactif, facilitant les échanges entre les autorités et les citoyens ;
  • réserver un espace du bulletin communal pour permettre à l’opposition politique de s’y exprimer (comme cela se fait à Chaudfontaine) ;
  • réserver un espace du bulletin communal pour permettre à des acteurs locaux tels que les associations et comités de quartier de s’y exprimer librement (comme cela se fait à Sprimont) ;
  • exposer clairement sur le site internet les politiques de chacun des échevins, en accord avec la Déclaration de Politique Générale adoptée par la majorité en début de législature ;
  • faire chaque année le bilan de l’action de la majorité (et non d’une de ses composantes) par rapport aux objectifs poursuivis, exposer les difficultés rencontrées et les solutions proposées.

Conseils communaux

Le Conseil communal est le cœur de la démocratie locale ; pourtant la population n’y assiste pas. Renseignements pris, il en est à peu près de même dans nos communes voisines ; les rapports de force entre majorité et opposition et l’information communale minimaliste à Trooz n’en sont donc pas la raison.

 

Capture

ACTUELLEMENT :

  • 4 citoyens en moyenne assistent aux conseils communaux (leur nombre tend à quelque peu augmenter ces derniers mois…) ;
  • au cours de la présente législature, le public a posé 2 questions au Conseil (sauf oubli de ma part), comme l’y autorise le Code de la démocratie locale et de la décentralisation.

Même s’ils concernent forcément toujours la population d’une manière ou d’une autre, il faut reconnaître que les points des ordres du jour sont généralement peu attractifs et logiquement présentés de manière succincte. Au sein des membres de la majorité, il n’y a jamais de débat puisque tout a été discuté au Collège puis passé au tamis du pré-conseil (réunion informelle des élus de la majorité juste avant les Conseils pour gommer les éventuelles aspérités et éviter tout risque de discordance en public). Pourtant, le Bourgmestre a quelques fois rappelé que les conseillers de la majorité pouvaient eux aussi s’exprimer : force est de constater qu’à l’exception de 2 ou 3 d’entre eux, on ne les entend pour ainsi dire jamais. L’opposition peut par contre librement interpeller les autorités, sans s’écarter trop du sujet.

Pour rendre un minimum d’attrait aux réunions du Conseil, il faut donc ajouter quelque chose. Il n’est plus temps de se lamenter mais bien d’innover. Une condition pour rendre au Conseil communal sa vocation publique : que les élus cessent d’avoir peur des citoyens ! Cela aura aussi pour mérite de rendre les échanges plus francs et constructifs.    

PROPOSITIONS POUR UNE DEMOCRATIE + CITOYENNE :

  • avancer la réunion du conseil d’une demi-heure (19h30 au lieu de 20h00) et consacrer ce temps supplémentaire à un échange entre les mandataires sur un point d’intérêt général, étranger ou non à l’ordre du jour, auquel prendrait part le public. Si nécessaire, inviter une personne pour animer ou alimenter le débat ;
  • relater les principaux échanges du Conseil communal dans les procès-verbaux plutôt que de se limiter à y présenter le point et la décision au terme du vote ;
  • réserver la fonction de Président du Conseil à une autre personne que le Bourgmestre ;
  • informer activement de la possibilité et des conditions permettant aux habitants d’interpeller directement le Conseil communal.

Et puis, si le public ne vient pas au politique, le politique doit aller au public…

Une chose me fait frémir : que la majorité considère que, finalement, un public inexistant ou clairsemé aux Conseils communaux, c’est finalement plus confortable.

Signalons l’existence du Conseil communal des enfants, très bien encadré par ailleurs.

616304553_27

1825813429
.

rencontre

Les occasions festives, commémoratives, culturelles, sportives et autres sont nombreuses à Trooz qui permettent aux élus de rencontrer les habitants (et vice et versa). Ces moments généralement très conviviaux sont propices aux échanges spontanés et permettent certainement aux élus de « prendre la température ». Mais ces rencontres à la « fête des mamans », à la « chasse aux œufs », au souper des pensionnés ou au vernissage de la dernière expo ne sont absolument pas propices pour aborder des sujets un tant soit peu complexes concernant plusieurs familles ou un quartier par exemple, et qui portent en eux un enjeu d’intérêt général. Pas plus que l’organisation chaque été et à l’initiative de la Commune d’une soirée de rencontre entre habitants d’un même quartier, très belle initiative par ailleurs à laquelle se joignent les quelques élus qui le souhaitent. Or, la participation des citoyens est de nature à mieux cerner les problèmes et à faciliter la recherche des solutions ainsi que l’adhésion de la population en vue de leur mise en œuvre.

ACTUELLEMENT :

  • les occasions de rencontres informelles des politiques sont nombreuses ;
  • les occasions d’échanger et de débattre avec les politiques sont beaucoup plus rares. Signalons l’organisation par le PS d’une conférence sur l’immigration suivie d’un débat fin 2015 ;
  • la Maison de la Laïcité organise de nombreuses conférences de qualité sur des sujets variés auxquelles participent notamment les élus locaux qui sont aussi administrateurs de l’association ; l’occasion de réfléchir et d’échanges fructueux.

La tentative d’organisation de soirées citoyennes en novembre dernier par le PS n’a pas rencontré le succès escompté car son opportunisme n’a échappé à personne : comment comprendre autrement cette action d’une seule composante de la majorité (qui a récolté 39,91% des suffrages, 8% de moins qu’en 2006) invitant les citoyens à venir s’épancher, alors que les gens en ont assez des politiques partisanes et des querelles entre partis (aux niveaux régional et national) ?

C’est la majorité dans son ensemble, avec ses diverses sensibilités et expériences, qui est la seule légitime et crédible pour de telles rencontres. Et si elle est ouverte au débat et favorable à la confrontation des idées, il lui suffit d’inviter l’opposition. Elle ne doit pas craindre un débat électoral avant l’heure : l’opposition à Trooz est critique mais constructive et doit aussi assumer ses choix et responsabilités.

PROPOSITIONS POUR UNE DEMOCRATIE + CITOYENNE :

  • ouvrer à la construction d’une vision collective des problèmes et des solutions en informant et en consultant les habitants ;
  • organiser une fois l’an (et donc une ou deux fois avant les élections de fin 2018) une rencontre formelle avec les citoyens. Diverses formules sont possibles : présentation des diverses politiques suivie d’un « questions – réponses », réunion axée sur un thème d’actualité, plusieurs réunions dans chaque ancienne commune… La présence d’un modérateur aguerri à l’exercice de la conduite de ce genre d’événement est indispensable pour assurer la qualité des échanges !
  • organiser une fois l’an une réunion des associations actives sur le territoire communal afin de favoriser les collaborations de toutes sortes.

 

photos : blog Sudpresse



.

Posté par infotrooz à 03:07 - - Permalien [#]

16 mai 2017

La démocratie participative (I)

 (contact : troozinfo@gmail.com)

vega

Et nous, et nous, et nous ?

Le citoyen peut participer directement à la vie publique locale de bien des manières. Si certains mécanismes sont institutionnalisés et parfois même obligatoires, d’autres dynamiques sont mises en œuvre de manière volontaire, encadrées ou non par des procédures établies ou spécifiques.

La littérature n’est pas avare d’arguments en faveur de la participation citoyenne. Le principal enjeu est démocratique et consiste à améliorer la citoyenneté responsable. La désignation par le peuple de ses représentants, leur récompense ou leur sanction lors du prochain vote ne suffisent plus dans un contexte de complexification croissante de la société, de ses besoins, de ses impacts sur son environnement et sur elle-même : l’institution locale a besoin de l’éclairage de ses administrés quant à leurs propres besoins et a tout à gagner à les associer à son fonctionnement. 

Alors qu’une part croissante – et significative – de la population dit ne plus croire en notre système représentatif et est tentée soit de le rejeter soit de voter pour les extrêmes ou des candidats et des partis anti-système, on pourrait voir dans ces initiatives une opportunité de rapprochement et de compréhension mutuelle entre les citoyens et leurs élus.

Pourtant, si à l’échelle de la Wallonie les expériences de démocratie participative semblent nombreuses et variées, rares sont les communes qui offrent aux administrés la possibilité de s’impliquer réellement.

Et concrètement ?

Selon la manière dont les idées sont débattues et, par là, selon le degré d'implication des citoyens dans le processus de décision, on peut distinguer divers modes de participation : l’information, la consultation, la concertation et la coproduction.

Capture

.
Quels que soient le niveau et l’intensité de la « participation », elle nécessite une implication du citoyen qui doit être formé, sinon informé sur le sujet. Dans le cas de la participation volontaire (par opposition à un panel de citoyens tirés au sort par exemple), on peut penser que c’est le cas. Mais il faut s’assurer de poursuivre un strict intérêt général et non la somme d’intérêts particuliers défendus par des individus, éventuellement majoritaires dans l’assemblée. 

 

L'information doit être vue comme un préalable nécessaire à tout processus de participation. Elle se décline sous différentes formes et concerne tous les sujets : publicité active dans les communes et information générale des citoyens, mécanismes de transparence encadrant le fonctionnement de l’institution communale régis par le Code de la démocratie locale et de la décentralisation (publicité des budgets et comptes, publicité des séances, ordres du jour et décisions du conseil communal, possibilité d’y poser des questions…)… Les citoyens doivent aussi être informés… des possibilités de participation des habitants !

image 1


La consultation se décline également sous de nombreuses formes : les conseils consultatifs chargés par le conseil communal de rendre un avis sur une ou plusieurs questions déterminées (CLDR et CCATM), la consultation populaire communale dont le résultat est non contraignant, les panels de citoyens profanes chargés de donner leur avis aux autorités publiques par rapport à une question de société complexe ou controversée, les enquêtes publiques qui sont un mode de participation institutionnalisé qui s’applique en matière d'urbanisme et d'environnement sur base de règles strictes, les réunions d'information-consultation.

Deux initiatives que l’on peut qualifier de « spectaculaires » sont en cours actuellement dans deux villes wallonnes :

  • Mons : la plateforme internet « Demain Mons » invite les citoyens à faire des propositions sur le site www.demain.mons.be ; elles serviront aux autorités de la Ville à établir de nouvelles priorités et donc un projet de ville à l’horizon 2025 ;
    .
  • Liège : la plateforme « Réinventons Liège » offre aux Liégeois l’occasion de déposer leurs idées sur le site www.reinventonsliege.be afin de « relever les défis de demain », processus accompagné par l’organisation d’ateliers citoyens et de rencontres inspirantes. 

demain Mons

réinventons Liège

 

 

 

 

 

 

La concertation a un objectif plus ambitieux puisqu’il s'agit de tendre vers un consensus entre les citoyens appelés à s'exprimer et les autorités. Il ne s'agit donc plus seulement de recueillir l'avis des habitants ; elle suppose un rapport plus égalitaire entre les parties en cause. Les réunions de concertation peuvent conduire à transformer plus ou moins le projet initié par les autorités locales, qui conservent néanmoins leur pouvoir de décision. Les comités d'accompagnement de projets sont des organes de dialogue entre le responsable d'un projet, les autorités publiques et la population ; bien que dénués de pouvoir de décision, ils ont pour rôle d’assurer le suivi de l'implantation et des conditions de fonctionnement d'une entreprise, d'un équipement… ou encore assurer le suivi de l'élaboration d'un projet d'aménagement et de gestion d'un site communal par exemple. La concertation avec des associations permet de bénéficier de l’expertise d’acteurs de terrain qui, par définition, participent activement à la vie locale ; parmi elles, les comités de quartier.

image 2

 

 

 

 

 


Quand le citoyen s’implique vraiment…

.
Le modèle négocié ou la coproduction se positionne sur un tout autre plan : selon ce modèle, un avant-projet n'est pas établi a priori et ensuite soumis aux citoyens mais bien conçu en commun. Le résultat du processus est vraisemblablement formalisé (contrat, charte…).

Quatre exemples :
.

  1. la Wallonie offre à de nombreuses communes de s’investir dans un outil de développement stratégique coproduit par les citoyens et les autorités : le plan communal de développement rural (PCDR). Ce plan est composé de fiches-projets établies par des groupes de travail thématiques composés de citoyens encadrés par un organisme extérieur à la Commune. La commission locale de développement rural (CLDR), organe consultatif qui remet des avis aux décideurs, est composée pour ¾ au moins de représentants non élus ; elle dresse les axes directeurs et le cadre du projet de développement rural dont elle aura à prioriser les projets. La Commune assure l'information, la consultation et la participation de toute la population.
    .
  2. les agendas 21 locaux constituent un autre outil de structuration et de planification stratégique de l'action des collectivités locales, cette fois dans une perspective de développement durable.
    .
  3. le budget participatif est un processus par lequel la population définit la destination des ressources publiques, en général une partie ou la totalité du budget d'investissements (budget extraordinaire). Il combine démocraties directe et représentative et constitue une piste pour repenser les modes d’organisation et de décision de l’action publique. Les enveloppes de quartier en constituent une déclinaison ne portant que sur des investissements touchant une partie du territoire communal. La composition des assemblées de quartier, les fonds considérés, le degré de liberté de leur affectation… sont autant d’éléments qui doivent être précisés. 
    .
  4. l'appui aux projets des citoyens, éventuellement après un appel à projets de la Commune, est aussi une manière de coproduire en associant élus et administrés.

 

Sources :

  • http://www.periferia.be
  • http://www.urbansecurity.be/
  • La participation citoyenne au niveau local : différents moyens et des idées pour se lancer - Mathieu Lambert - UVCW - Janvier 2007
  • La participation citoyenne dans les communes wallonnes: une réalité - Alain Depret - Mouvement communal - Décembre 2007
  • La participation des citoyens à la vie communale : enjeux et pratiques, Namur - R. Harou, P. Fontaine, Z. Rosinski - CPDT, Plaquette n° 3, 2003

 


 

Et notre système démocratique : ne devrait-il pas être réformé pour donner plus de place à la participation citoyenne active ?

  • quelques réflexions à venir

 

Et à Trooz ? Ce qui se fait bien et mal. Ce qui ne se fait pas. Ce qui devrait se faire.

  • pourquoi seuls 4 citoyens en moyenne assistent aux conseils communaux, quels enseignements tirer de l'élaboration poussive du PCDR de Trooz, quelles attentes de la population en matière de communication, le partage du pouvoir fait-il peur aux élus, la scrl "Trasenster 24" dans l'ancienne école du village, le Bal du Bourgmestre est-il un exercice de démocratie, pourquoi si peu d'initiatives novatrices de la part des autorités...
  • article dès ce samedi


Comme entrée en matière, relisez l'article paru le 15 novembre 2016 sur le blog SudInfo de Trooz et intitulé « La démocratie ne se décrète pas  : elle se construit tous les jours ».

http://trooz.blogs.sudinfo.be/archive/2016/11/15/la-democratie-se-construit-tous-les-jours-207492.html 

 

 



.

Posté par infotrooz à 03:11 - - Permalien [#]

11 mai 2017

La liaison Cerexhe Heuseux - Beaufays

    (contact : troozinfo@gmail.com)
logo Vega

Le poids des arguments...


 

Le 27 avril dernier avait lieu au Théâtre de Liège, dans le cadre du festival « Emulation », un débat autour de CHB, acronyme de cette liaison autoroutière imaginée dès les années 60’ pour relier Cerexhe Heuseux à Beaufays, à l’Est de Liège.

L’occasion d’entendre les arguments de 2 personnalités très investies dans ce dossier, mais dans des sens opposés. Et de se faire sa propre idée.


François Schreuer
est élu VEGA de l’opposition à la Ville de Liège ; Philippe Dodrimont est Bourgmestre MR d’Aywaille et Député wallon.

La liaison CHB est récemment réapparue dans la presse à l’occasion de l’annonce par le Gouvernement wallon de sa décision de permettre à la Région de racheter, sur base volontaire, les propriétés situées dans la zone de réservation, et de ce fait privées de toute possibilité de développement depuis de nombreuses années. D’une longueur de 12,5 km, cette liaison doit relier la E40 à l’E25 en traversant les communes de Soumagne, Fléron, Trooz et Chaudfontaine, constituant ainsi un contournement Est de l'agglomération de Liège. Son coût est aujourd'hui estimé à environ 500 millions d’euros.

Philippe Dodrimont se défend d’emblée d’être un partisan acharné de la route ; ces 12,5 km représenteraient 0,16% des 7.750 km du réseau routier et autoroutier wallon et constituent un chaînon manquant qu’il convient de combler. D’après lui, compléter le réseau existant apportera bien des solutions en termes de mobilité.

Les problèmes de mobilité, parlons-en : ce sont ceux que l’on rencontre depuis des années sur les quais de la Dérivation à Liège, et qui font perdre un temps fou aux automobilistes qui s’y engagent… aux heures de pointe. Ce sont aussi les traditionnels ralentissements au niveau du ring Nord et de la célèbre et dangereuse tranchée de Cheratte. C’est le tunnel de Cointe, ouvert en 2000, et qui avec ses 80.000 voitures par jour, est aujourd’hui saturé… aux heures de pointe. Est-ce à dire que toute nouvelle infrastructure routière est destinée elle-aussi à n’apporter qu’une solution temporaire à la congestion du trafic ? C’est la position de François Schreuer pour qui la liaison CHB constitue un énorme encouragement à la périurbanisation, ce phénomène qui voit la ville, les logements, les commerces et les centres d’activités s’étendre toujours plus à la campagne, avec pour conséquence notamment un accroissement significatif des besoins en transport ! Dans ce schéma, le moyen de transport utilisé par les gens est dicté par le choix collectif d’investir dans les infrastructures routières : chaque famille a besoin d’une, voire deux voitures pour les déplacements quotidiens vers le lieu de travail, l’école, le cinéma, le club de sports… Bien d’autres choses essentielles sont en bonne partie conditionnées par ce choix : l’endroit où vivre et se loger, élever ses enfants... Le cercle vicieux est connu : les gens qui le peuvent quittent la ville-centre, qui perd des moyens et qui a de plus en plus de mal à demeurer attrayante.  La ville s’appauvrit en même temps que sa population, et une forme de ségrégation s’opère. A l’heure où les difficultés budgétaires imposent de faire des choix, 500 millions d’euros représentent une énorme somme d’argent ; François Schreuer plaide pour le développement à Liège et dans sa grande périphérie d’un réseau de transports en commun structurant offrant une alternative efficace à la voiture. Et de proposer un objectif réaliste à moyen terme pour les déplacements vers Liège en voiture : diminuer sa part modale de 90 % aujourd'hui à 70 % dans les dix ans qui viennent. Ce serait tout bénéfice pour ceux qui ont décidé d’habiter à la campagne puisqu'ils seront moins dépendants de leur voiture, comme pour les habitants de Liège qui seront moins envahis par les véhicules et dont le cadre de vie s’améliorera.

tram de Liège

Dans un élan de sincérité, Philippe Dodrimont révélera ce que tout le monde sait : malgré la volonté actuelle de la majorité parlementaire wallonne, le projet CHB reste dans son carton en raison d’un moratoire budgétaire. Et aussi parce que le projet de tram à Liège est prioritaire et nécessitera d’investir des centaines de millions d’euros. Pour le député, l’un n’exclut pas l’autre et tous les deux sont nécessaires. D’ailleurs, le passage à l’Est de la ville en lieu et place de son contournement par l’Ouest réduira la distance à parcourir de plus de 30 km, ce qui se traduira inévitablement par une moindre pollution et donc un gain écologique, ce à quoi il se dit très sensible.

D’après l’élu MR, CHB permettrait de réduire de 15 % le trafic sur les quais de la Dérivation, au cœur de Liège. Même ce chiffre pourtant famélique, son opposant le conteste, avançant que la liaison CHB retirerait 3% du trafic et qu’après 10 ans, on en serait revenu au point de départ !

D’innombrables études et projections ont été faites en 50 ans, dont l’Etude d’Incidences sur l’Environnement (EIE) de CHB et le Plan Urbain de Mobilité (PUM) de l’arrondissement de Liège,  dont les chiffres peuvent être contradictoires ou interprétés différemment. Cela étant, François Schreuer entend rappeler que le  PCM (plan communal de mobilité) de Liège, actuellement en cours de réalisation, a donné lieu à des comptages aux entrées et sorties de la ville qui ont démontré qu’une très grosse majorité des voitures circulant sur les quais de la Dérivation constitue un trafic non en transit mais pénétrant, et donc très néfaste pour la ville et sur lequel CHB n’aura aucun effet. Il considère qu’il est faux de dire que les infrastructures routières vont résoudre ce problème ; elles vont au contraire encore accroitre le phénomène de périurbanisation et la pression sur la ville. 70 à 80 % de l’espace public est dédié à la voiture ; réduire cette part libèrerait des espaces pour plein d’autres choses. Pour lui, la liaison CHB n’est pas qu’une question de mobilité mais surtout de territoire ; il est un prodigieux levier au service d’un modèle de développement qui a fait des ravages en Wallonie ces 40 ou 50 dernières années car gourmand en espaces, couteux et générateur de nombreuses difficultés, dont une mobilité très, sinon strictement dépendante de la voiture. Au final, on oublie que ce sont aussi les Liégeois qui subissent les conséquences néfastes de 40 ans de périurbanisation. Ce à quoi s’oppose l’élu MR qui voit dans l’habitat en zone rurale une caractéristique de la Wallonie, et qui rappelle que la Région accueillera 300.000 nouveaux habitants d’ici 2040 et qu’il faudra bien les loger quelque part. Et de titiller son contradicteur en rappelant que le Ministre Ecolo Philippe Henry avait bien dû se résoudre en fin de mandat en 2014 à l’idée de créer un axe routier reliant CH à B… CHB n’est donc pas la volonté d’un homme, lui en l’occurrence, ni d’un seul parti !

IMG_9854

Philippe Dodrimont se veut le défenseur d’une diversité des moyens de transport et de mobilité, et donc pas uniquement le vélo, le bus et le tram mais aussi la voiture, arguant que l’on ne peut malheureusement pas toujours s’en passer. Comme dans la région d’Aywaille que le Bourgmestre aimerait rendre plus accessible aux touristes, du Nord notamment. Le Bourgmestre insiste : il n’y a pas de vérité absolue dans un sens ou dans un autre et le projet CHB s’inscrit dans un plan d’ensemble. La preuve : il s’est lui-même battu pour conserver la ligne ferroviaire qui passe à Aywaille.


Sur ce point, les 2 élus se rejoignent : François Schreuer aussi est pour la diversité des moyens de transport, et donc pas seulement la voiture car mettre tous ses œufs dans un même panier, c’est ce qu’on a fait pendant 50 ans ; il est temps de rétablir un équilibre et de faciliter concrètement l’intermodalité. Il pense défendre tout autant la campagne que la ville quand il plaide pour un habitat dense en lieu et place d’un étalement urbain et des développements linéaires qui seront encouragés par CHB et ses 4 échangeurs entre Cerexhe et Beaufays qui ne manqueront pas de créer un effet d’appel. Et de citer les avantages d’un réseau structurant de TEC comprenant un RER sur les voies ferrées existantes, offrant des transports en commun confortables et fréquents jusqu’au centre de Liège : une solution structurelle à l’ensemble de l’agglomération liégeoise, le décongestionnement du réseau routier existant aux heures de pointe, une possibilité de mise en œuvre rapide, un entretien des infrastructures moins coûteux pour la collectivité, et au final un avantage en termes de qualité et de cadre de vie pour les ruraux comme pour les Liégeois. Plus largement, l’élu VEGA constate qu’au niveau européen, Liège est très en retard en matière de transition, la citant parmi les 3 seules villes européennes de plus de 300.000 habitants qui ne disposent pas d’un réseau structurant de transport public : trains, tram, bus, déplacements doux, le tout coordonné. Une orientation pour, selon lui, retrouver une mobilité efficace de manière beaucoup plus souple. Au-delà de la mobilité, c’est d’accessibilité dont il s’agit : accès au logement, au travail, aux services… : les infrastructures doivent répondre à des besoins et non en créer. Plus fondamentalement se pose aussi un choix de société : François Schreuer pense que ce qu’il faut faire, c’est repenser un modèle territorial qui recrée des liens de proximité et fait gagner du temps, de l’énergie, épargner du stress, un modèle moins couteux en matière d’occupation de l’espace. Et un modèle qui privilégie les produits qui voyagent peu, ce qui ne manque pas de piquant à l’heure où Liège mise une part de son avenir économique, et donc de sa prospérité, sur la logistique ; ce que l’élu qualifiera de nouvelle monoculture économique. Ce modèle passe par l’abandon de l’inflation de la voiture.

Et de conclure en invitant le Député Bourgmestre d'Aywaille à abandonner cette chimère autoroutière au risque d’y passer en vain tout le reste de sa carrière, pour plutôt défendre les moyens de transport alternatifs qui peuvent apporter à beaucoup plus brève échéance des solutions de mobilité concrètes, pour les habitants des vallées de l'Ourthe, de l'Amblève et de la Vesdre.

 



.

Posté par infotrooz à 02:39 - - Permalien [#]

09 mai 2017

Construisez le monde tel que vous le voulez !

   (contact : troozinfo@gmail.com) .

.
Marchez, revendiquez...         du 20 mai au 5 juin
.

Devenez des acteurs des temps presents
.

les acteurs 2

.

.

.

.

.

.

.

Reconquérir un territoire politique au rythme lent de la marche

Porter le regard sur des situations qui disent les tensions du présent et
du futur,
susciter les rencontres, les questions, les débats.

 

Dès le 20 mai prochain, deux marches s’élanceront, l’une de Liège, l’autre de Tournai pour aboutir à Bruxelles.

L’une s’appelle la marche des communs, l’autre la marche des réparations.

1

2

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La première ira rencontrer des situations qui compliquent l’avenir qui vient, là par exemple où les intérêts de quelques-uns mettent en péril le bien commun de tous. La deuxième s’en ira créer des situations de reprise en mains de l’espace public, là où ce qui prospère est la pauvreté et les appauvrissements. Ces marches seront en partie diffusées en direct, afin que vous puissiez suivre les débats du soir mais aussi les actions du jour. Mais le mieux, c’est encore d’y participer.

 telechargez_le__Flyer_des_Marches

 

3

marcheur

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Informations complètes

INSCRIPTION A UNE DES MARCHES  --    http://paysdansunpays.com/

 

marches des communs - étapes

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

marches des réparations étapes

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

.

 

Posté par infotrooz à 03:20 - - Permalien [#]

05 mai 2017

La Place du Marché à Prayon

 

   (contact : troozinfo@gmail.com) .

Présentation du projet de rénovation à la population

20160125_150617
Le 12 décembre dernier, le Conseil communal approuvait (sans ma voix) le budget extraordinaire 2017 dont 2 montants sont consacrés à la rénovation de la Place du Marché à Prayon :

  • 15.000  € pour l'étude du projet ;
    .
  • 300.000 € pour les travaux.

Le 30 janvier, le Conseil approuvait le cahier des charges en vue de la désignation d'un auteur de projet.

Place du Marché

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Ce jeudi 4 mai, le Bourgmestre et l'Echevin des Travaux - accompagnés du bureau d'études, du Commissaire de Police et d'employés communaux - , présentaient à la population locale ledit projet. Beaucoup de questions ont été posées concernant le parcage des voitures, la circulation, la sécurité, les aménagements de convivialité, la prime pour la rénovation des façades, les plantations...

La majorité annonce déjà au public qu'elle va solliciter une modification budgétaire au Conseil pour étendre les aménagements à l'espace devant l'église et au début de la rue de la Marbrerie. L'appétit vient en mangeant, sauf que bien d'autres espaces publics à Trooz méritent d'être rénovés !

La Commission des Travaux avait découvert le projet la veille. Je vous livre le schéma général sans commentaires car le projet mérite un peu de recul avant de se prononcer. Lors du Conseil communal du 19 juin, le projet sera présenté ainsi que les conditions d'appel au marché de travaux, pour approbation.

Quelques éléments qui méritent encore une réflexion : les eaux de pluie, les eaux usées venant de l'amont, les eaux usées provenant des maisons de la Place elle-même, l'espace réservé aux voitures (en mouvement et à l'arrêt) par rapport aux piétons dont les enfants...

Capture

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le schéma complet : cliquez sur projet_Place_du_March____Prayon

 

La durée estimée des travaux serait de l'ordre de 3 mois. A priori, le chantier pourrait démarrer à la sortie de l'hiver, au début de l'année prochaine (à confirmer par les autorités, bien entendu).

IMG_1404

 



.

 

Posté par infotrooz à 03:54 - - Permalien [#]

01 mai 2017

Le maillage social

   (contact : troozinfo@gmail.com)
.

Pierre angulaire d’un bien vivre ensemble

.
La solidarité directe entre les gens n’est possible que si des liens sociaux étroits les unissent.

Ce fut autrefois la norme au sein des familles et des collectivités locales qui, par nécessité et par tradition, entretenaient une entraide interpersonnelle et intergénérationnelle profitable à tous. L’avènement de notre système de sécurité sociale, à l’époque de la première révolution industrielle et de l’apparition du capitalisme il y a 150 ans, et son amélioration continue depuis a constitué un énorme progrès social. L’évolution profonde de la société et l’amélioration du niveau de vie des gens protégés par ce système ont progressivement laissé penser que l’on pourrait se passer de cette solidarité directe entre les gens. Aujourd’hui, force est de constater que rien ne peut remplacer la rencontre, la communication, l’échange, le partage, l’entraide direct entre les individus.

De quoi s’agit-il ? De discuter sur son pas de porte avec ses voisins, de s’assurer qu’ils vont bien, de rendre service à un ami qui en a besoin, de garder l’enfant d’une connaissance, de faire les courses d’une autre… de toutes ces choses de la vie quotidienne qui nous conduisent à vivre avec les autres et qui donnent corps à la société.

 

Vu la paupérisation d'une partie croissante de la population, et la Commune de Trooz n'y échappe évidemment pas, ces relations humaines doivent aujourd’hui être rétablies ou renforcées.

 

La Déclaration de Politique Générale (DPG) qui lie la majorité PS - MR - EcoVa fait du maillage social et de la solidarité intergénérationnelle un des ses axes forts. La Commune de Trooz doit initier des actions structurelles en cette matière et offrir les conditions d’un mieux vivre ensemble à toute sa population. Cette participation sociale des gens n’est possible que lorsque l’on bénéficie de conditions de vie dignes, notamment au niveau du logement, de la mobilité et de la mixité sociale.

Plusieurs actions peuvent améliorer le bien-être, la rencontre et la convivialité entre les personnes :

  • la création d’un conseil consultatif des aînés ;
    .
  • la création de lieux de rencontres intergénérationnelles ;
    .
  • l’organisation, avec les habitants, d’activités ludiques et culturelles en vue de renforcer la convivialité et la solidarité au sein des quartiers ;
    .
  • le redéploiement du logement social sur le territoire communal ;
    .
  • l'amélioration du cadre de vie des centres de villages et plus précisément des espaces publics les plus dégradés au centre de Nessonvaux, de Fraipont, de La Brouck et de Fonds-de-Forêt.

 

OU EN EST-ON après 4 ANS et DEMI ? 

La Commune a bien entendu œuvré dans ces divers domaines, notamment via le Plan de Cohésion Sociale et le CPAS. Certains points reposent très largement sur les actions du PCDR sur lequel j'ai eu l'occasion de dire un mot - critique - récemment sur le blog Info SudPresse de Trooz http://trooz.blogs.sudinfo.be/archive/2017/03/31/article-politique-olivier-baltus-220667.html 
Beaucoup reste donc à faire en matière de lieux de rencontre et d'amélioration de nos espaces publics de vie.
.

Mais intéressons-nous ici aux aînés

Environ 25% de la population wallonne sont des aînés ! Ils ont, à juste titre, le droit de participer, d’être consultés pour tout ce qui les concerne. Sous l’impulsion de la Région wallonne, de nombreuses communes ont mis en place un Conseil Consultatif Communal des Aînés (CCCA).

La majorité proposait dans sa DPG la création d’un conseil consultatif communal des aînés (CCCA) à Trooz. Il n'a malheureusement jamais vu le jour. Il n'est néanmoins pas trop tard mais il faut pour cela que la majorité s'y intéresse. Ce Conseil doit avoir pour objectif de promouvoir le mieux-être des seniors et leur intégration dans la société. En tant qu’organe d'avis et d'étude, il étudie les intérêts locaux spécifiques des personnes âgées et formule aux autorités locales, des propositions concernant les problèmes qui les concernent.

Ce CCCA doit être composé de représentants d'associations et de groupements d'aînés, ainsi que de personnes de bonne volonté.

 

goûter des pensionnés - 18 février

La majorité poursuit une tradition ancienne à Trooz d'organiser plusieurs événements socio-culturels au cours de l'année à l'intention des aînés notamment (goûter des pensionnés, diner spectacle, séjour à la mer...). Cet investissement est très favorable. Les conditions financières ont également été revues afin d'assurer une contribution plus équitable des participants, toujours démocratique et sans jamais exclure personne. Cela aussi doit être souligné.

Ces initiatives ne peuvent être les seules et une politique structurelle et à long terme est également nécessaire car beaucoup d'aînés ne participent pas à ces activités ; leurs besoins et souhaits vont aussi bien au-delà de ces événements.

 

 

images 1 

Les aînés sont une grande richesse pour toute notre communauté.

images 2

images 3

 

 

 

 

 

 


Avec le 3ème et surtout le 4ème âge peuvent apparaitre des problèmes de santé nécessitant des soins qui, logiquement, sont supportés en bonne partie par la société au travers de divers mécanismes de solidarité. La prévention et l’accompagnement de ces personnes doivent aider nos aînés à « rester dans le coup » le plus longtemps possible. En retour, beaucoup de ces personnes libérées de la nécessité de travailler peuvent et aimeraient consacrer du temps aux relations humaines, porter de l’attention à leurs semblables et partager une expérience de vie avec les plus jeunes, soit des choses essentielles à la vie en société et strictement non marchandables.

Rendons à ces personnes la place qui leur revient dans la vie sociale et citoyenne afin qu’ils puissent transmettre ce qu’ils ont appris, vécu, espéré au cours de leur vie. Leur expérience peut être une partie de la réponse aux problèmes actuels, souvent liés à une perte de repères et de valeurs. Le contact entre toutes les générations est un plaisir oublié, tout autant qu’une nécessité.

 

 

Le CCCA doit avoir pour missions de :

-       mettre en évidence les besoins et attentes des aînés ;

-       stimuler la participation citoyenne ;

-       favoriser une politique intergénérationnelle ;

-       promouvoir le savoir-faire et le savoir être des personnes âgées ;

-       formuler des propositions visant à atteindre ces objectifs.

 

 



.

 

Posté par infotrooz à 02:00 - - Permalien [#]

29 avril 2017

Faites avancer le monde dans lequel vous vivez !

 

(contact : troozinfo@gmail.com)

Devenez coopérateur d'un projet associatif et créatif...

                                         ...au centre de Liège

.
.
La Société coopérative à responsabilité limitée (SCRL), Les biens communaux, fondée le 23 novembre 2016, vient de signer un compromis de vente portant sur un ancien immeuble industriel situé rue des Bayards 67 dans le quartier Saint-Léonard en vue d'y installer une "ruche" associative et créative.

Première pierre de la construction tant attendue du projet coopératif.

Toutes les infos ici : http://lesbienscommunaux.be/

coop 5

 

Ce projet participatif et citoyen implique un réseau de coopérateurs soucieux du maintien d’activités associatives dans le centre-ville en y favorisant le travail en commun et la créativité. Bref, un peu le modèle des incubateurs de start-up mais non pas pour développer de nouvelles activités économiques mais bien associatives et créatives.

Chaque coopérateur sera rémunéré pour son apport (1 part = 250 EUR) et impliqué dans les processus de décision.

 

Pourquoi s'impliquer personnellement ?

  • pour permettre la naissance d’une ruche associative et créative ;
  • pour construire un centre-ville où l’activité associative a sa place ;
  • pour arrêter de confier toute son épargne aux banques ;
  • pour devenir acteur de la cité ardente de demain dès aujourd’hui.

 

Vous souhaitez participer au projet en devenant coopérateur ? Rejoignez la coopérative et devenez acteur de la cité ardente de demain, dès aujourd’hui 

Formulaire à remplir en cliquant sur le lien http://lesbienscommunaux.be/fr/soutenir.html 

 

Voisins, amis, curieux... sont invités à venir découvrir le lieu lors d’un apéro festif.

Rendez-vous le samedi 6 mai à partir de 16h

 

coop 4coop 3

 

 

 

 

 

coop 1

 

 

 

 

 

 

 

coop 2

 

 

 

 

 

 

 

Les biens communaux SCRL

coop 7

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



.

 

 

Posté par infotrooz à 08:33 - - Permalien [#]

24 avril 2017

Conseil communal du 24 avril 2017

(contact : troozinfo@gmail.com)

.

Ce qu'il faut retenir

Durée : 70 minutes

Présences : 18 sur 19

Assistance : 8
.

Au Conseil communal, Marc Jamagne, élu MR, remplace Pierre Spiroux, démissionnaire.

La Commune va investir 14.500 € dans une aire de jeux extérieure pour enfants ; elle sera installée dans le petit espace vert situé au bout de la rue La Brouck-Cité, côté « est ». Le début d’un renouveau pour ce quartier densément peuplé ? Le Bourgmestre le confirme : étant donné son état très dégradé, la Place Teixeira devra être restaurée.

Madame Juprelle et les employés attitrés tiennent toujours de mains de maître les finances et les comptes communaux ! Petit à petit, la Commune résorbe le trou creusé par le non paiement par le Fédéral de 300.000 € d’additionnels communaux à l’impôt des personnes physiques pour l’année 2015. La gestion prudente des deniers sera poursuivie à l’avenir.

Comme chaque année, Intradel propose une activité de sensibilisation des citoyens d’une part et des écoliers d’autre part en vue de réduire notre production de déchets.

Le contrat de rivière de la Vesdre, qui lie tous les acteurs de la rivière dans un processus de concertation et d’actions, recevra son subside communal annuel d’un peu moins de 2.000 €.

Le bâtiment sis Grand'rue 64 qui accueillait autrefois l’administration communale héberge aujourd’hui la Maison médicale « Trooz santé ». Le bail emphytéotique approuvé par le Conseil liera l’institution et la Commune pour une durée de 50 ans. En contrepartie de cette mise à disposition à titre gratuit, l’asbl s’engage à investir au minimum 480.000 € dans la rénovation du bâtiment (le bail va permettre de finaliser et d’introduire le dossier de demande de subvention). Le Chas, magasin de seconde main géré par notre CPAS, reste dans ses murs. La Commune conserve ses droits au niveau des garages situés derrière le bâtiment ainsi qu’un droit de passage en vue de l’établissement futur d’une servitude piétonne reliant directement la Grand’rue à la rue de l’Eglise.

Dernier point, mais pas des moindres : Isabelle Juprelle et Fabien Beltran nous annoncent un nouveau site internet avant les grandes vacances ! Avec le bulletin communal qui sort 3 fois par an, la Commune disposera de 2 outils de communication (performants ?).

Soyons complets et justes : le Bourgmestre précise en contrepoint de l’article paru sur ce blog en date du 7 avril que la société Labexhe, qui a lancé l’interface letsgocity, a d’initiative coupé l’accès à une série d’informations relatives à notre commune et demande une rémunération mensuelle, ceci en total désaccord avec le contrat liant les 2 parties. La Commune dénonce cette situation et regrette cette mise devant le fait accompli.

.

 

IMG_1409

 

.

 



 

Posté par infotrooz à 20:24 - - Permalien [#]

23 avril 2017

Conseil communal du 24 avril 2017

(contact : troozinfo@gmail.com)
.

8  POINTS à mettre en évidence :
.

1.      Démission d'un Conseiller communal - Monsieur Pierre SPIROUX

3.      Prestation de serment et installation d'un Conseiller communal

 

10.    Achat d'une aire de jeux extérieure à placer à LA BROUCK - Approbation des conditions et
         du mode de passation du marché

11.    Comptes communaux - Exercice 2016

 

13.    INTRADEL - Plan d'actions prévention des déchets 2017 - proposition d'actions de prévention
         pour le compte de la commune

14.    Contrat Rivière Vesdre - Subside communal

 

15.    Bâtiment sis Grand'rue 64 - Bail emphytéotique - asbl Maison médicale Trooz Santé

16.    Assemblées Générales de l'intercommunale IMIO - 1er juin 2017

.

20141201_131053

20150124_103230

20151028_110546

Capture - site Commune de Trooz

IMG_1326

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

Compte-rendu dans les meilleurs délais...

.

.

 



 

.

Posté par infotrooz à 12:00 - - Permalien [#]

21 avril 2017

Rejoindre VEGA et se concentrer sur l’essentiel

  (contact : troozinfo@gmail.com)

 

logo VEGA

.
Nous sommes à un an et demi des prochaines élections communales ; les 12 derniers mois seront fortement conditionnés par cette échéance électorale d’octobre 2018 et sa campagne.
.

En tant que Conseiller indépendant de l’opposition, il y a lieu pour moi de redéfinir mon positionnement politique, ceci dans une double perspective :
.

  1. poursuivre et assurer une certaine « efficacité » à mon travail au sein d’une opposition critique mais constructive ;

  2. me recentrer sur des enjeux importants qui s’inscrivent davantage dans la durée et dépassent le microcosme de Trooz.


Un mot d’explication

  1. Si mes nombreux articles et mes multiples interpellations sous différentes formes ont certainement participé à la pluralité des avis et points de vue et encouragé la majorité communale à réaliser ou adapter certaines de ses actions, force est de constater que plusieurs domaines demeurent insatisfaisants. La communication, la participation citoyenne, la politique de prévention des déchets, l’aménagement du territoire, la restauration de l’attrait de certains espaces publics dégradés, les cours d’école… : autant de sujets sur lesquels je me suis maintes fois exprimés sans réel succès puisque les avancées demeurent bien modestes. Mon implication « constructive » en politique s’est notamment traduite par des propositions et projets dans les domaines de l’urbanisme, le patrimoine et le développement rural, auxquels la majorité a finalement accordé peu d’attention. La clôture bâclée par la Commune de la phase de réalisation du PCDR m’a également beaucoup interpellée ; ce plan à 10 ans porté par des citoyens est composé d’une liste de projets de développement dans une série de domaines touchant directement à notre cadre et à la vie sociale à Trooz. Ma participation active à une série de travaux ne suffit donc pas non plus à influer la politique communale.
    .
  2. Vous le savez certainement, mon slogan a souvent été « Et si on commençait par bien faire les choses simples… ». Bien que tout ne soit pas parfait, notre commune dispose aujourd’hui de bancs restaurés, d’espaces verts bien gérés, de chemins balisés et entretenus, d’un petit patrimoine considéré… Sans nier ce qu’on fait les élus lors des mandatures précédentes, ma collection de centaines de photos « avant » et « après » témoigne d’une réelle amélioration de petites situations très locales qui me font espérer que le pli est durablement pris. Je ne rapporterai donc plus qu’occasionnellement sur mon blog ces « petits » sujets, considérant qu’il appartient aussi aux citoyens eux-mêmes de se préoccuper concrètement de ces questions en lien direct avec leur cadre de vie. Par contre, d’autres sujets aux implications plus larges comme le développement du site de La Fenderie, les centres de village, l’attrait de la Grand Rue, le patrimoine local, la préservation du caractère rural, les développements immobiliers… continueront  de retenir toute mon attention.

    Mais d’autres enjeux nécessitent manifestement d’être appréhendés à une échelle plus large que celle de notre seul territoire communal : la mobilité, l’aménagement du territoire, la participation citoyenne, le développement de l’emploi… Située dans la périphérie liégeoise, notre commune est évidemment directement influencée par ce qui se passe et se décide chez ses voisines et à la Ville de Liège. 

Posé ces constats, j’ai décidé de rejoindre la coopérative politique VEGA (« Verts et à Gauche ») dont le manifeste est disponible ici. Fondée en 2012, disposant d’un élu au Conseil communal de Liège, elle m’offre la formidable opportunité d’élargir mon champ de vision et de prendre un peu de hauteur. J’y rencontrerai des personnes engagées partageant des valeurs de progrès et d'humanisme et des convictions politiques fortes, avec lesquelles je pourrai échanger et confronter des idées. Grâce à cet appui et à cette collaboration étroite, j’espère être (modestement) plus pertinent et utile à Trooz, et donc améliorer l’ « efficacité » de mon travail politique.

L’opposition est aussi là pour apporter une plus-value dont la majorité aurait bien tort de se passer dès lors qu’il en va de l’intérêt général et des habitants. Si l’opposition est aussi une condition nécessaire à une bonne démocratie, j’essayerai au moins de continuer à jouer ce rôle là.

 

 



.

Posté par infotrooz à 10:30 - - Permalien [#]

18 avril 2017

Le hameau du Thier

 (contact : troozinfo@gmail.com)

 

Un cadre de vie et une tranquillité enviés

Perché sur le versant gauche de la Vesdre, dominant le village de Prayon, le hameau du Thier a longtemps vécu au rythme des travaux saisonniers des fermes, du temps où elles étaient encore trois à se partager les prairies alentours. La fenaison constituait une attraction au cœur de l’été et nécessitait quelque main d’œuvre ; suivait en automne la récolte des pommes et des poires à partir de longues échelles appuyées sur le feuillage des fruitiers hautes-tiges. Traites en prairie l’été et à l’étable en hiver, les pies-noires étaient familières aux habitants ! Le beurre, la maquée, le lait cru, les œufs… : les circuits courts – et les liens sociaux qui vont avec – étaient autrefois la norme.  

La longue fermette au centre du hameau est un bon témoin du passé ; construite en moellons de grès et calcaire dans la 1ère moitié du XVIIIème s, remaniée à divers endroits, elle se compose d’un logis bordé d’anciennes étables et de fenils à gauche et d’une annexe plus basse à droite. Cette dernière comptait l’étable du cheval et l’étable des cochons, ce qui en dit long sur son ancien usage !

Dans les années 50’, l’usine métallurgique de Prayon a construit au Thier une cité de 17 doubles maisons en briques mises à disposition de ses employés et ouvriers. Vendues fin des années 70’, elles délimitent un bel espace central planté de magnifiques platanes, hêtres et cerisiers du Japon notamment.IMG_6407

Rien de spectaculaire au Thier donc, mais un cadre de vie et une tranquillité qui plaisent beaucoup aux habitants. Une magnifique hache polie en silex datant d’il y a 6.000 ans y a récemment été déterrée ; certainement l’endroit était-il déjà apprécié à l’époque…

IMG_3619

IMG_3626

IMG_3636

 

 

 

 

 

20151028_104257

 012

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 20150524_112638

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

IMG_1843IMG_2180

 

 

 

 

 

 

 

 IMG_9355

 

 

 

 

 

 

 

 

IMG_5759

 

IMG_9895

01 - fête Thier été 2015

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



.

Posté par infotrooz à 02:00 - - Permalien [#]

13 avril 2017

La Parc d'Activités Economiques de Prayon

 (contact : troozinfo@gmail.com)

Intégration : où en est-on ?IMG_2536

 

 

 

A la fin du Conseil communal du 12 décembre 2016, le Bourgmestre Fabien Beltran a rapporté à l'assemblée son étonnement lorsqu'au téléphone...

...la Directrice de la SPI s'étonnait elle-même du fait que certains travaux de remise en état des "plantations" sensées améliorer l'intégration du PAE dans son environnement n'étaient pas encore réalisés.

  • 9,48 hectares
  • 17 entreprises
  • 96 personnes

 Zoning Prayon - vue aérienne

 chiffres SPI

 

Vu que la situation demeure insatisfaisante, je proposerais que l'on rappelle Madame Lejeune et que l'on nous dise ensuite si son étonnement de décembre 2016 s'est mué en une gêne, ou une honte, en avril 2017.

Il en va de la porte d'entrée de notre Commune et du village de Prayon. 

 

Quelque chose à tout de même changé récemment sur une quarantaine de mètres... Est-ce mieux ? A chacun de juger.

IMG_3224

IMG_6450

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 AVANT

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 APRES

 

 



.

Posté par infotrooz à 03:50 - - Permalien [#]

11 avril 2017

Nos espaces publics et places de village

    (contact : troozinfo@gmail.com)

.
Une vue générale de leur état

  • bâti

  • coexistence avec les voitures

  • état des plantations

  • projet de restauration

  • particularités

  • état général actuel

 

Trois articles ont abordé la question centrale de nos places de village.

C'était en janvier de cette année...

.

Mais quel est leur état général ?

Tour d’horizon et brefs commentaires

 

20141012_165101

 

IMG_2181

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

Pelouse de la Cité du Thier                  .

.

.

 .IMG_2055

 .

 .

 .

 .

 .

 .

 .

 .

 .

 .

.

.

.

Place de Forêt Village

 

  


ESPACES

PUBLICS

 

Bâti

 

coexistence avec les voitures

 

Etat des plantations

 

Projet de restauration

 

particularités

 

Etat général actuel

 

 

 

 

 

 

 

  Les +

 

 

 

 

 

 

  Espace vert

  Cité duThier

Cité     
--> cohérence 
du bâti

 

Très bien

 

Entretien soigné de la pelouse

Petite infrastructure en très bon état

Très bien

  Parc communal

  Prayon

Écrin de la
Maison communale

Bonne

Terrain de basket utilisé comme parking

Très bien

 

Entretien soigné des plantations

Très bien

  Place du  
 11
novembre

  « gare de Trooz »

Ancienne gare restaurée

Monument aux Morts

Moyenne

(parking SNCB voisin sous utilisé)

            Bien

          Arbres 
     remarquables

    (végétation de 
       buissons à  
         rénover
      entièrement)

 

      Propriété d'Infrabel
        
   Organisation régulière
          d’événements

Bien

  Place de   
 F
orêt Village

 Bâti ancien

Moyenne

Parking sauvage sur la place

            Bien

          Arbres
     remarquables

     Petits arbres
       inadaptés

   15.000 € budgété
pour réfection de la
 route
périphérique

        Place classée

              Eglise 
        Ste-Catherine

Très bien

  Espace
 Julie et
 Mélissa

  La Brouck

Cité    
--> cohérence 
du bâti

 

            Bien

      Fiche PCDR

           Monument 
       Julie et Mélissa

Bien

  Espace vert

  côté est de la rue 
  
La Brouck Cité

Cité    
--> cohérence 
du bâti

 

            Bien

     Nouvelle haie

         Buissons
        inadaptés
       contre talus

      Fiche PCDR

 

Bien

 Travaux d’aménagement prévus   
   
(court, moyen et long termes)
   

 

 

 

 

  Ancien terrain   de basket 

  Fonds-de-Forêt

Très disparate et en partie délabré

Très bonne

(espace séparé en 2)

Nouvelle haie

Agora space

Travaux réalisés

(grillage en cours d'installation)

Seul véritable espace public du village

Bien

 

  Place du  Marché

  Prayon-village

 Bâti ancien

Mauvaise

Rénovation complète

(CC du 12-12-16 – 300.000 € budgétés)

Etude en cours

Prime restauration façades

Cœur historique

Moyen

 

  Cité 

  Fraipont

Cité    
--> cohérence 
du bâti

Bonne

Bien

Agora space

Travaux prévus

28.000 € budgétés

 

Bien

  La Fenderie

  Espace devant
  le château

Projet de rénovation du   bâtiment du maka

Mauvaise

Jardin nature admise

Fiche PCDR (espace entre les maisons des Jeunes et de la Laïcité)

Site classé

Grand potentiel

Moyen

  Les -

 

 

 

 

 

 

  Place Teixeira 

  La Brouck

Cité    
--> cohérence 
du bâti

Mauvaise

Mauvais

Fiche PCDR

Espace complètement négligé

Forte densité de population

Ecole fondamentale

Mauvais

  Place Emile 
 
Vandervelde

  Fraipont

 Bâti ancien

Mauvaise

 Moyen   (marronnier classé)

Fiche PCDR

 

Cœur historique

En bord de Vesdre

Mauvais

  Place de 
 
Nessonvaux

 Bâti ancien

Mauvaise

  Bon    
(hêtre classé)

Fiche PCDR

(centre de Ness.)

Forte densité de population

Petite place en bordure d’une route régionale

Difficultés de parking

Petite infrastructure dégradée

Moyen

  Place 
 Wiston
 Churchill

  Trasenster

 Bâti ancien

Mauvaise

Absente

 

 

Moyen

  Place 
 F
rançois Piscart

  Forêt

 Bâti ancien

Mauvaise

Liée au monument

 

Monument de Forêt


Bien

 Cour Monville

  Nessonvaux

 Bâti ancien

Mauvaise

Absente

Fiche PCDR

(centre de Ness.)

Espace restreint entouré de maisons en pierres

Difficultés de parking

Moyen

  Espace vert

  fond de la cité de 
 
La Fenderie

 

 

Grands arbres

 

En bord de Vesdre

Petite infrastructure dégradée (banc…)

Mauvais

 Cas particulier
 

 

 

 

 

 

 

  Drève Patureau

  Fraipont 

 

 

 Très bien

Plantation de nouveaux châtaigniers en 2016

Mélange et répartition des essences incohérent

 

proximité de la nouvelle école El No 

Absence d'harmonie en raison de la répartition aléatoire des essences d'arbres 

Bien

 

 *  PCDR = Plan Communal de Développement Rural

 

   case vide = sans objet

A nouveau : que les habitants des rues et quartiers non repris ne m’en veulent pas de ne pas avoir écrit sur leur hameau, leur cité, leur village ; c’est aussi la chance de la ruralité que de bénéficier de petits endroits reculés... un peu à l’abri des regards.

.

IMG_6517

IMG_6537

 

 

 

 

.

.

.

.

.

.
Place du 11 novembre
.

IMG_6416IMG_6417

.

.

.

.

.

.
.

 Ancien terrain de basket de Fonds-de-Forêt

 

20161214_094932

 

20161214_095208

 

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.Place du Marché

 

 IMG_0465

 

.

.

.

.

.

.

.

.

.

La Fenderie

 

20170409_144703

 

20170409_144835

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La Cité de Fraipont -
Espace où doit être aménagé un Agora space
 

.

IMG_6428

 

IMG_6437

 

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

Place Teixeira (La Brouck)

.

IMG_1542

 IMG_6439

 

 

 

.  

.

.

.
Petit espace vert au bout de la rue La Brouck Cité                                                       Espace vert Julie et Melissa

.

.IMG_1675

.Capture 2

.

.

.

.

.

.

Place Emile Vandervelde à Fraipont

IMG_1666

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

IMG_1502

Place de Nessonvaux 

 

IMG_5611

 

 

 

 Capture

 

 

 

 

 

 

 Cour Monville à Nessonvaux

 

IMG_9049IMG_9054

 

 

 

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.
Venelles et escaliers du coeur de Nessonvaux 

.

Capture - place winston churchill - Trasenster

Place Winston Churchill à Trasenster 

.

IMG_1797IMG_1798

 

IMG_1793

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

.

Place François Piscart à Forêt 

IMG_6497

 

 

 

 


 

 IMG_6488

 

 

 

 

Petit espace vert derrière la salle communale de Forêt

 

IMG_6460

Parc communal

 

 



 

 

Posté par infotrooz à 02:00 - - Permalien [#]

10 avril 2017

La place de Forêt Village

 (contact : troozinfo@gmail.com)

.

Une rénovation à un prix d'ami 

Lors du Conseil communal du 12 décembre 2016, la Commune approuvait le budget communal exercice 2017. Au service extraordinaire, 15.000 € sont budgétés pour la "réfection de la Place de Forêt Village" (en fait la route du pourtour). Après avoir été reporté lors de la séance du 20 février, on s'attend à ce que le point portant sur l' "approbation des conditions et du mode de passation" soit rapidement réinscrit à l'ordre du jour du Conseil communal.

Cet espace classé fait à juste titre la fierté des habitants du village..., tout comme des élus qui se réjouissent que soit investi ce montant de 15.000 € pour l'amélioration de l'infrastructure et du cadre de vie à Forêt.

Des habitants de Forêt qui ont aussi la chance d'avoir vu la route de Forêt entièrement réasphaltée, la salle du village complètement réaménagée (tentures comprises) et son espace vert à l'arrière réhabilité.

IMG_6499

IMG_6511

 .

 .

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

Dans quel état sont nos espaces publics et places de village ?

Faute d'attention et d'investissement, plusieurs espaces publics communaux se sont très dégradés avec le temps (pas besoin de vous faire un dessin). La Commune en a aujourd'hui enfin conscience et s'apprête à y remédier. Evidemment, cela va prendre de nombreuses années et nécessitera d'importants investissements dont une partie devra obligatoirement être subsidiée.

Lorsqu'il est décidé d'investir dans des travaux de rénovation, il est donc toujours nécessaire de faire le bon choix parmi les nombreux besoins, et donc de passer en revue chacun de ces espaces sous l'angle du type de population et d'habitat dans le quartier, de la convivialité, de la sécurité, du cadre de vie général, de la présence d'une école...

C'est le résultat de ce petit exercice que je vous présenterai demain mardi 11 avril.

Un tableau reprendra nos principaux espaces publics, avec une appréciation rapide à ces niveaux.

20150627_081607

Place de Nessonvaux

 .

 .

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.
Situations très contrastées : selon que vous habitez à Nessonvaux ou à Fraipont, à La Brouck ou à La Fenderie, les espaces publics sont plus ou moins accueillants. Il est aujourd'hui bien nécessaire d'améliorer la qualité des espaces publics dans certains quartiers de la commune.  

 

 

Forêt village - les diverses facettes de son patrimoine

 Article paru sur ce blog le 27 mars 2014

Un esprit de clocher ? Pas si sûr…

En bordure du plateau de Herve, le village de Forêt a su conserver sa structure d’origine, organisée autour d’une place au fond de laquelle l’église Sainte-Catherine attire inévitablement le regard.

Implanté sur les bonnes terres du plateau en surplomb de la vallée de la Vesdre, le village est né de l’expansion d’une population d’agriculteurs à partir d’un essart, une zone de défrichement au sein de la forêt. L’ancienne mare de la place comblée début des années 60’ rappelle que le site était approvisionné en eau ; une ancienne pompe en témoigne encore.

Les plus anciennes maisons remontent au 17è siècle et étaient non jointives lors de leur construction. Afin de préserver les terres les plus proches où pâturaient les animaux, les nouvelles bâtisses se sont progressivement insérées entre les anciennes jusqu’à enserrer complètement la place. La plupart en moellons calcaires, plusieurs façades montrent des éléments architecturaux intéressants : baie à meneau, linteau déprimé, dalle armoriée… Des 5 imposantes fermes en carré du village, 2 sont aujourd’hui toujours en activité.  

Si on y ajoute l’élégant château de Forêt, on comprend que le village fasse la fierté de ses habitants !


IMG_5723IMG_1454

 

Le château de Forêt et sa tragédie

Rappelons-nous : en septembre 1944, soit plusieurs mois avant l’offensive von Rundstedt dans les Ardennes belges et le nord du Grand-Duché de Luxembourg, l’armée allemande reflue vers l’Allemagne, poussée par les armées alliées qui ont débarqué en Normandie le 6 juin. Pendant leur retraite, des soldats du Reich sont harcelés et perdent plusieurs hommes. Ils menèrent alors une opération de représailles le 5 septembre contre les résistants réfugiés à la ferme de Monceau et le 6 septembre au château de Forêt. Les combats font plusieurs morts parmi les maquisards qui, à court de munitions, se rendent. Une soixantaine de prisonniers seront immédiatement emmenés à Liège dont une vingtaine sont directement abattus du côté de l’île Monsin. Une dizaine d’officiers sont fusillés le même jour à Forêt. Les Allemands pilleront ensuite le château avant de l’incendier ainsi que la ferme, causant la mort d’au moins 2 résistants cachés dans le fenil. En trois jours, le massacre fera 64 victimes parmi l’armée secrète. Le 7 septembre, la ville de Liège est libérée, et donc également tous les prisonniers. Quant au château de Forêt, il fut reconstruit après 1945.

.20151101_135958

.

.

.

.

 

 

 

 

.

 

L’église Sainte-Catherine

Plus que des preuves, c’est la tradition qui fait remonter l’origine d’une première chapelle à l’époque des souverains carolingiens, et notamment la perception de la dîme (impôt ecclésiastique équivalant à un dixième de certaines productions) par le chapitre de Notre-Dame d’Aix-la-Chapelle, ancienne cité impériale. Notons que le toponyme Forêt provient de forestis qui désigne dès le 12è siècle un territoire, pas toujours boisé, où la chasse est réservée au roi : Pépin de Herstal, l’arrière-grand-père de Charlemagne, se serait plu à chasser sur ces terres…

L’édifice de style roman, consacré à Sainte-Catherine d’Alexandrie et aujourd’hui classé, se présente comme un véritable puzzle architectural, mélange de constructions et d’adaptations successives. La nef (l’espace sacré), la tour carrée et la muraille enserrant le cimetière nous rappellent l’époque où l’église jouait le rôle de refuge fortifié pour la population.

Ajoutée au 16è siècle, la chapelle sud consacrée à Sainte-Barbe fut ensuite prolongée au point d’en faire une véritable nef latérale, remarquable par ses dessins muraux racontant le martyre de la sainte. Le 10 mai 1940, les artilleurs belges dynamitent la tour, craignant qu’elle ne serve de point de repère à l’aviation allemande. Reconstruite 7 ans plus tard, elle conserve quelques parties du 13 ou du 14è siècle.

 20150406_163305

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



.

Posté par infotrooz à 02:00 - - Permalien [#]

07 avril 2017

LetsGO...

  (contact : troozinfo@gmail.com) .

           ...aux oubliettes

.

LetsGO devait être une pièce du puzzle de la communication communale.

C’est en tous cas ce que nous disait le Collège le 24 février 2014 lorsque le Conseil communal était appelé à se hashtag 3prononcer sur la convention entre la société Labexhe de Chaudfontaine et la Commune de Trooz, établissant un partenariat via la mise à disposition gratuite de la plateforme informatique LetsGO.

Mme Juprelle, en charge de la communication, précisait que l’intention de départ était avant tout d’intéresser un public jeune pas toujours attentif à l’information telle qu’elle est actuellement disponible.

La plateforme devait en effet se présenter comme un guide interactif centralisant l’information communale classée en 5 catégories (actualités, événements, commerces…), accessible en tout temps et en tout lieu à partir d’un smartphone. Particularité : chacun peut y interagir et participer à son élaboration (via une fiche à remplir puis validée par la Commune) depuis son smartphone (téléchargement gratuit de l’application via le site de la société) ou son site internet.

Quant à la société Labexhe, elle se rémunère via les banderoles publicitaires sur les pages d’information communale, payées par les commerces qui souhaitent être mis en avant (la simple présence des informations sur la plateforme est gratuite pour tout le monde).

Vous voulez en savoir davantage sur le système ? Relisez l’article paru le 28 février 2014 http://www.infotrooz.be/archives/2014/02/28/29330738.html

 

Qu’observe-t-on aujourd’hui ?

Que si un certain nombre de commerçants de Trooz se sont bien présentés sur la plateforme, la Commune n’a quant a elle encodé aucun contenu ! Bref, le guide interactif est vide, archi vide ! Vous voulez connaître les heures d’ouverture de l’administration, découvrir l’exposition en place au Syndicat d’Initiative, connaître votre interlocuteur au Service des Travaux ? Tintin !

Si la Commune n’envisageait pas de directement générer un contenu complet, elle devait néanmoins alimenter directement la plateforme avec des informations pratiques, culturelles et touristiques. Sinon, Letsgo ne sert simplement à rien. Pire, la Commune qui n’ajoute pas de contenu dessert l’application et porte préjudice à ces 2 jeunes concepteurs !

La Commune de Trooz avait assuré à l’époque que les ressources en personnel seraient bien maîtrisées. Bien vu : si ces dernières ne sont pas consacrées à la tâche, il est sûr qu’elles ne seront pas débordées.

 

Ce n’est pas possible, je dois me tromper… ?

Et donc je navigue sur le site https://www.letsgocity.be pour finalement arriver sur https://www.letsgocity.be/trooz et là, stupeur, je tombe sur ceci…

.

 


1

 


 

.

Je suis peut-être le seul à ne pas être informé… Je fais partie des naïfs, ça c’est sûr.

Un nouvel effet de manche de la majorité PS-MR-EcoVA.

Dans les articles des 15 et 16 mai 2014 parus sur mon blog, j’énonçais une série de constats navrants puisque 3 mois venaient de s’écouler sans que rien ne se soit passé ; j’encourageais néanmoins la Commune à développer sa communication via cette plateforme.

Depuis, j’ai tout de même bien compris que...

            ...de puzzle de la communication communale, il n’y a point.

.
La Commune doit néanmoins remettre en état son site internet, outil indispensable pour une communication complète et de qualité.

.

IMG_2966.

.

.

.

.

Les éléments remarquables de notre patrimoine devaient être pourvus d’un code qui, reconnu par le smartphone, générerait une fiche d’informations. Un projet bien trop ambitieux pour notre commune, malheureusement.

.

.

 



.

Posté par infotrooz à 01:00 - - Permalien [#]

04 avril 2017

La communication communale participative

  (contact : troozinfo@gmail.com)
.

L'exemple de Sprimont

.

A priori, la Commune de Sprimont n'a pas plus - ou moins - de sensibilité à la nature qu'une autre entité. Son territoire ne recèle rien d'extraordinaire mais la nature "ordinaire" est évidemment présente partout dans cette commune aux 27 village et hameaux recensés !10

Pourtant, dès le début des années 2000, une relation de confiance s'est établie avec des naturalistes locaux impliqués notamment dans la protection des batraciens lors de leur migration en fin d'hiver. Par la suite, une collaboration s'est plus formellement mise en place avec l'association de protection de la nature Natagora qui dispose d'une page dans chaque magazine bimestriel " Sprimont Infos " et ce depuis... fin 2008 ! Plus de 8 ans donc que la nature a droit de citer dans un bulletin distribué à des milliers de familles !

Au total, une cinquantaine d'articulets ont été publiés traitant de sujets variés, en lien ou non avec des activités organisées dans la Commune : migration des batraciens, jardin nature admise, auxiliaires du jardinier bio, papillons, plantation d'arbustes indigènes, nourrissage des oiseaux en hiver, entretien des chemins...

Cette association entre 2 partenaires public et associatif est pleine de sens puisqu'elle permet de mettre en commun des ressources et compétences complémentaires et renforce les missions et objectifs sociaux de l'un et de l'autre. En parallèle, le site internet reprend les coordonnées de tous ces acteurs de terrain ; parfois un article plus développé y est mis en ligne (les arbres remarquables de l'entité...).  

 

 

Au cours de ces déjà 8 années de collaboration, d'autres projets d'une certaine ampleur ont été développés :

  • printemps 2012 : organisation d'une exposition sur les hirondelles + conférence + placement de nids artificiels chez des particuliers par le Service des Travaux ;
  • septembre 2014 : dans le cadre du PCDR, construction d'un crapauduc (subventionné) à Wachiboux + disposition de panneaux didactiques autour des batraciens et de leur migration.

Le 11 mars 2017, tout un " village nature " a été installé dans le parc communal de Sprimont afin d'informer et sensibiliser les habitants. Sous un soleil radieux et une température très clémente, toute une série d'associations actives localement (Union belge de spéléologie, Los niños des Gaïa, Pionnier de Comblain, Permavenir...) mais aussi des services communaux liés à l'environnement (Pollec, Commune Maya...) ont rencontré les visiteurs ! La Commune a monté un beau chapiteau et installé tous les équipements pour boire un verre et manger une pain saucisse.

 

IMG_6245

IMG_6246

IMG_6282

inauguration du crapauduc de Wachiboux

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

11 mars 2017 - " village nature "

Un succès pour une première édition qui sera reconduite en 2018 !

5 septembre 2014

Inauguration du crapauduc et de l'infrastructure d'information

 

D'autres communes font preuve d'une telle ouverture et laissent à des associations de toutes sortes et actives sur leur territoire la possibilité de s'exprimer dans le journal communal.1

 

Trooz aussi ...

... il serait profitable d'ouvrir le bulletin aux associations et de mettre rapidement en place une telle collaboration.

.


 

 

6

 

 

Plusieurs associations peuvent s'exprimer directement dans le Sprimont Infos

Tout bénéfice pour les citoyens

231

http://www.sprimont.be/commune/sprimont-infos 

 

8

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



.

Posté par infotrooz à 02:00 - - Permalien [#]

01 avril 2017

La Vesdre

 (contact : troozinfo@gmail.com)

.

La Vesdre a bien changé depuis le passage de Victor Hugo en 1840, charmé par cette ravissante vallée au fond de laquelle coulait une rivière sinueuse et poissonneuse.

20151024_120059Depuis le Haut Moyen Âge, la vallée de la Vesdre accueille des artisans qui travaillent le fer selon des techniques variées, utilisant l'énergie hydraulique pour actionner le soufflet des forges et les macas, ces gros marteaux servant à aplatir le fer. Située à l’extrémité du sillon industriel allant de Mons à Verviers dans lequel se produira l’essentiel de la révolution industrielle en Belgique (1774-1847), la vallée bénéficiera aussi de cet essor qui, à Trooz, se traduira notamment par l’usine de fabrication automobile Impéria à Nessonvaux et l’usine métallurgique de Prayon.

Généreuse avec l’homme, la Vesdre a fait la prospérité de toute la vallée depuis des temps reculés. Mais elle a également fortement souffert des conséquences négatives d’une industrialisation ancienne et polluante et d’une urbanisation de son bassin. La construction en1842-43 du chemin de fer dans la vallée modifiera très sensiblement son cours, rectifié et artificialisé en de nombreux endroits. Les rejets d’eaux usées domestiques et industrielles ont longtemps pollué la Vesdre. Enfin, les plantes exotiques envahissantes (renouée du Japon, balsamine de l’Himalaya et berce du Caucase) affectent gravement la rivière et son écosystème.

Malgré cela, la Vesdre renaît peu à peu aujourd’hui : assainissement des eaux usées, suppression des obstacles à la circulation du poisson, information et sensibilisation du public, réapparition du castor et redéveloppement de la vie aquatique.

 

20151024_151317

BIG JUMP 2013 016

IMG_2828_cincle_final

IMG_2861_demoiselle_final

    

Fiche d’identité 

Prenant sa source dans la Fagne de Steinley à 605 m d’altitude (valeur moyenne des différentes sources – au nombre de 9), la Vesdre s’écoule sur  environ 72,5 km du plateau des Fagnes jusqu’à Chênée où elle se jette dans l’Ourthe. Son bassin couvre une superficie de 703 km2 et comprend la totalité ou une partie du territoire de 27 communes wallonnes.

La Vesdre fait l’objet d’un Contrat de rivière http://www.crvesdre.be   
   

 

IMG_5735

 

 



.

Posté par infotrooz à 02:27 - - Permalien [#]