(contact : troozinfo@gmail.com)

logo Vega

Ce qu'il faut retenir

Durée : 2 heures

Présences : 17 sur 19

Assistance : 7

Le Conseil commence par le point 8 consacré au
Schéma de Développement de l'Arrondissement de Liège (SDALg).

20150726_101252

Ce projet est porté par Liège Métropole, asbl réunissant les 24 bourgmestres de l’arrondissement et les Président et Vice-président du Collège provincial de Liège. Réalisé par le Bureau Pluris, ce plan propose une vision cohérente, transversale et ambitieuse de l’organisation spatiale de l’arrondissement. Olivier Heuskin, conseiller-juriste de l’asbl, présente brillamment ce plan, sa philosophie, ses 11 enjeux répondant aux défis du territoire, ses 4 ambitions pour un redéploiement durable et efficient du territoire et ses 5 zones d’enjeux basées sur 4 modes d’actions principaux : la densification, la reconstruction, les changements des usages et l’économie de proximité (http://trooz.blogs.sudinfo.be/archive/2017/11/06/le-point-8-du-conseil-communal-de-ce-mardi-7-novembre-2017-239867.html).

Du charabia ? Tout cela ne vous dit rien ? Pourtant c’est du très concret… dans les intentions du moins. Exemple : il est admis aujourd’hui que le développement permanent de nouvelles zones commerciales nous conduit droit dans le mur (disparition des petits commerces dans les centres urbains, concurrence accrue et apparition de nouvelles friches commerciales…). Le plan propose de limiter le développement commercial à l’horizon 2035 en autorisant un maximum de 85.000 nouveaux m² à l’échelle de l’arrondissement, soit un taux de croissance… 6 fois moindre qu’au cours des 10 dernières années ! Idem pour la construction de nouveaux logements qui doit voir un rééquilibrage entre Liège et ses première et deuxième couronnes, en vue de contrer de phénomène de périurbanisation qui se poursuit encore aujourd’hui (les habitants quittent Liège pour aller habiter « à la campagne ») et réduire les conséquences néfastes de cette dispersion de l’habitat sur le territoire. Beaucoup de bonnes intentions au niveau de la mobilité et des transports, de l’agriculture et des circuits courts également.

Une révolution… qu’il faudra concrétiser par la seule volonté des élus car le SDALg soumis à l’approbation des 24 communes n’aura pas de caractère contraignant. Attention : certaines forces centrifuges sont déjà à l’œuvre qu’il faudra combattre ! Unanimement, le Conseil salue ce schéma que personnellement, je souhaite voir repris comme base de la politique communale en matière d’aménagement du territoire, sur laquelle il faudra venir greffer des éléments beaucoup plus concrets de cette politique, car notre territoire à Trooz est aussi menacé par des tensions et des volontés qui s’accordent très mal avec l’intérêt général et une vision d’avenir de notre développement territorial. Lors du vote, et après nous être chacun expliqués, Jean-Pierre Larose, Etienne Vendy et moi-même nous abstenons en raison de notre opposition à la liaison routière CHB (Cerexhe Heusaux – Beaufays). Concernant ce projet estimé aujourd’hui à 600 millions d’euros (version autoroutière), j’invite donc les élus à lire

  • la synthèse des échanges entre Philippe Dodrimont (Bourgmestre MR d’Aywaille et parlementaire wallon) et François Schreuer (Conseiller VEGA à Liège) qui ont débattu sur ce sujet lors de la conférence au Théâtre l’Emulation le 27 avril 2017. Très instructif !

           http://www.infotrooz.be/preview/35850240.html?pkey=htramYXd1pyZlJbflcjQnITYz52EwtKVld3RloXc2JmEyJ8=

.
Du soleil dans cette grisaille : Jennifer Ummels prête serment après avoir été nommée en grade de Directrice financière le 28 août dernier. Félicitations et applaudissements !

Situation de la caisse communale et modification budgétaire n°2 pour l'exercice 2017 aux services ordinaire et extraordinaire présentées par Isabelle Juprelle.

La saga concernant la taxe sur les pylônes et mâts de diffusion pour GSM touche à sa fin suite à l’accord intervenu entre la Région et les opérateurs de téléphonie mobile, selon lequel les pouvoirs communaux n’ayant pas enrôlé cette taxe durant les exercices 2017 à 2019 recevront une compensation en 2020. Pour ce faire, le Conseil abroge le règlement de cette taxe pour les exercices 2017 et 2018. Reste plus qu’à espérer que la région tienne sa promesse (ce qui n’est pas vraiment garanti). Trooz espérait tout de même 45.000 € par an ! Pour info, l’accord prévoit que les opérateurs améliorent la couverture du réseau.

La taxe fixe additionnelle au précompte immobilier pour l’exercice 2018 est inchangée et fixée à 2.600 centimes additionnels, soit 26 fois la taxe régionale de base qui est de 1,25 % ou 32,5 % du revenu cadastral indexé. Le rendement de cette taxe est estimé à 1.527.000 €.

La taxe fixe additionnelle à l'impôt des personnes physiques pour l’exercice 2018 également inchangée et fixée à 8,5% de l’IPP dû à l’Etat pour le même exercice. Le rendement de cette taxe est estimé à 2.701.000 €.

Quant à la taxe sur la force motrice pour l’exercice 2018, qui ne porte que sur les moteurs installés avant 2006, son rendement est estimé à 50.000 €.

Le Conseil vote l’acquisition d'un deuxième tableau blanc interactif avec rétroprojecteur et ordinateur portable pour les écoles communales. A terme, le souhait est de doter chaque implantation communale d’un tel matériel.

Les conditions et le mode de passation du marché sont approuvés pour 3 chantiers de travaux :

   -       la réfection de la rue Grihanster (voirie) ;

   -       la réfection de la rue du Thier (voirie et égouttage phase 2) ;

   -       la réfection de la rue faisant le tour de la place de Forêt village (voirie).

Ces projets sont respectivement estimés à 58.140 € TVAc, 430.000 € TVAc et 35.000 € TVAc, les deux premiers en partie subventionnés (tiens, ce n’est pas ce qu’indique le projet de délibération pour la rue Grihanster !?).

(pour ceux qui m'ont posé la question : commencement des travaux de la rue du Thier au début du printemps normalement)

.
Mauvaise nouvelle que communique le Bourgmestre : la société Sogepar, chargée du gros œuvre de la nouvelle école El No à Fraipont, est tombée en faillite. Son chantier est exécuté à 85 ou 90% mais des malfaçons ont été constatées que les assurances seront invitées à couvrir. Plusieurs possibilités s’offrent à la Commune, dont celle de demander à l’entreprise qui avait remis la deuxième offre la moins chère de reprendre le marché sur base du prix proposé alors ; sinon un nouvel appel d’offres devra être lancé. Vu les difficultés rencontrées avec la société Sogepar, tout le Conseil espère que cet événement sera finalement sans conséquence fâcheuse.

Objectif : ouverture de l’école à la rentrée de septembre 2018.

 



.