(contact : troozinfo@gmail.com)

.
Anse d'érosion :
.
un attribut indispensable à la dynamique naturelle de la Vesdre
.
.
Voici la triste évolution de cette anse d'érosion et des plages de galets dans le méandre de Goffontaine.
.
On ne peut que constater que même dans des zones qui ne présentent aucun danger pour les personnes et les biens, aucun espace n'a été rendu à la Vesdre pourtant totalement corsetée de Verviers à Chênée, aucune place n'a été laissée à la nature, aucune chance n'a été laissée à l'évolution naturelle des milieux nouvellement créés. Tous les discours en faveur de la biodiversité, des habitats, des rivières... sonnent terriblement creux. A-t-on appris quelque chose ? A-t-on remis en question quoi que ce soit au niveau des actions sur le terrain ? Souvent, on s'autorise à détruire beaucoup sous prétexte que l'on protège un peu ; dans le cas de la Vesdre post-inondations 2021, on n'a jusqu'à présent fait que de détruire et je crains qu'il n'y ait plus rien à protéger. Cela mérite d'être dit.
.
On aura du blé, du boeuf et même plus certainement des chevaux, mais on n'aura pas la sérénité.

1.

2.

3.

4.

5.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
6
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

La Région wallonne est à la manoeuvre, via des contrats passés avec des entreprises privées. Pourquoi un tel déni des lois de la nature ?
.
  • Il y a pourtant un Ministre de l'aménagement du territoire et de l'agriculture Willy Borsus, dont on connaît la philosophie libérale sans réelle concession pour le patrimoine naturel et la préservation des ressources foncières, qui croit peut-être que l'économie et le génie humain sont une solution à tout.
  • Il y a pourtant une Ministre de la nature et de la ruralité Céline Tellier qui a annoncé que des budgets étaient disponibles pour des reméandrations et l'aménagement de zones inondables.
  • Il y a pourtant une task force à l'administration de la Région wallonne qui, on le comprend aisément, est certainement avant tout attentive aux aspects de la protection de la population et des infrastructures, mais qui est aussi composée des directeurs des matières environnementales et naturelles.
  • Il y a pourtant le DEMNA, le Département de l'Etude du Milieu Naturel et de l'Environnement (pôle scientifiques de la Région wallonne),enfin autorisé à passer en revue les cahiers des charges pour une meilleure prise en compte des dimensions nature et biodiversité.
  • Il y a pourtant le Pôle Ruralité dont la "Section Nature" a remis un avis d'initiative le 10 décembre demandant à la Région wallonne d'inventorier les anses d'érosion en vue de les conserver au maximum afin de permettre aux cours d'eau de divaguer plus naturellement en cas de crue.
    https://bit.ly/3GIi7mp
.
Que s'est-il passé ? A mon simple avis, les entrepreneurs et leurs mandataires ont vu un grand trou et, "tout naturellement", ont saisi l'opportunité de le reboucher avec leurs terres excédentaires, certainement celles provenant du décapage de la vaste prairie voisine. Sans rien savoir de l'intérêt écologique et hydraulique de ces espaces associés aux rivières et qui ont été tous détruits dans le bassin de la Vesdre au cours des 100 dernières années.
.
Dans l'Infos Trooz de janvier, le bulletin communal, il est écrit que "le nettoyage et le curage du lit de la rivière est en cours et des travaux d'urgence de sécurisation des berges de la Vesdre sont effectués (...). Des bureaux d'étude réalisent un état des lieux précis des points problématiques, parfois en naviguant sur le cours d'eau. Et ces bureaux définiront les points prioritaires pour les interventions".
.
On n'a pas attendu le retour de ces bureaux d'études manifestement.
.
.
.