(contact : troozinfo@gmail.com)

Numéro 4

Faut-il apprendre à vivre avec… la saleté ?

Non, la saleté n’est pas une fatalité. Ni en ville ni ailleurs.

D’ailleurs, dans de nombreux pays et régions d’Europe, l’environnement urbain et rural n’est nullement souillé de détritus comme on l’observe chez nous ! Question de culture dirons certains, de politique dirons d’autres. Probablement des deux.

Toujours est-il que rien ne justifie la saleté des espaces publics, des chemins, des bords de routes, des berges de rivières. Face à cette problématique - difficile à résoudre -, les autorités politiques doivent user de mesures préventives et coercitives dans le cadre d’un plan d’actions cohérant sur le long terme.

Tiens, on dirait la définition même de l’action politique…

Problème : en Wallonie, la norme sociale est quelque peu défaillante. Tout comme certains continuent de se vanter de rouler vite, d’autres se débarrassent toujours de leurs déchets en rue ou dans le ruisseau en fond de jardin sans trop de gêne et… sans que quiconque ne dise grand chose.

IMG_8869

IMG_8840

 

 

 

 

 

 

 

 

Détritus à La Brouck, ramassés par un citoyen moins de 2 heures après mon passage !

La Grand'Rue, dans un général bon état de propreté.

IMG_8896

IMG_8845

 

 

 

 

 

 

 

 

Déverser ses déchets verts et autres sur la berge : le meilleur moyen pour la déstabiliser !

Déposer ses déchets ménagers dans ou au pied d'une poubelle publique : un grand classique.

Le comportement d’une petite minorité de gens affecte le cadre de vie de tous, entend-on souvent. Quelle minorité ? Elle n’est peut-être pas si petite la minorité, vu tous ceux qui n’ont pas encore intégré la nécessité d’éteindre la lumière de leur bureau en partant, porter un pull plutôt que de vivre dans une pièce où il fait 24 degrés ou déposer leur canette dans un sac bleu à la sortie de la cantine. On est par contre tous émus face à cette tortue des Caraïbes qui grignote un morceau de plastique...  
.

Et à Trooz ?

La Grand’Rue présente un aspect bien éloigné de celui – quelque peu "surréaliste" – décrit en octobre 2016, lorsque des déchets nombreux jonchaient les accotements et trottoirs. Peut-être l’effet du Glouton… Toujours des avaloirs mangeurs de canettes par contre. Non, dans l’état actuel du réseau d’égouttage et vu le nombre de chaînons manquants, elles ne finissent pas dans un conteneur de la station d’épuration de La Brouck mais dans la Mer du Nord !

IMG_8873

IMG_8887

 

 

 

 

 

 

IMG_8882

 

IMG_8878

 

 

 

 

 

 

 

 

.
Impliquer le citoyen dans des actions concrètes de nettoyage est une très bonne chose.
Les « grands nettoyages » de printemps par exemple.

Nous espérons une large et longue participation des élus le 28 marshttps://bit.ly/2I61i9h 

IMG_8892

Les berges de la Vesdre n'ont jamais été aussi propres !

Quelques idées :

  • continuer à inviter les jeunes de Trooz et leurs éducateurs ainsi que les groupements de jeunes à participer ;
  • convier aussi les riverains de la Vesdre (dont ceux de la cité de la Fenderie) ;
  • rappeler les droits et les devoirs, le civisme nécessaire ;
  • associer chaque événement organisé par la Commune à une action « zéro déchet » (jogging la Troozbergeoise, brocantes, Carnaval de Nessonvaux, marché de Noël...) ;
  • supprimer les canettes au niveau de toutes les infrastructures communales (salles sportives et autres, écoles…) ;
    (pas d’indignation inutile : que sais-je s’il y a des canettes dans les écoles ou au Centre sportif de Trooz ? Et ce n’est pas parce que je ne les fréquente pas que je ne peux pas m’y intéresser. Je sais ce que la Commune veut bien communiquer. Tant mieux s’il n’y en a pas – et dans ce cas pourquoi ne pas le faire savoir ? – mais ce serait bien triste qu’il y en ait)
  • développer un compost de quartier ;
  • faire appel à Intradel bien plus souvent que lors de l’événement annuel réservé à une quinzaine de personnes;
  • … 

Qu’attend-on pour être proactifs et quelque peu « innovants » ? Qu’attend-on, par exemple, pour lancer et ACCOMPAGNER une action à destination des familles de Trooz en vue d’une réduction de la production des déchets et faire la promotion du SUIVI ? Ce serait une manière de travailler sur 2 tableaux : la prévention des déchets et la propreté.

Tiens, que dit la DPG, lue par le Bourgmestre le 3 décembre 2018 à l’occasion de l’installation de la majorité PS ?

  • Renforcer l’actions des agents de propreté dans chacun des quartiers ;
  • Lutter efficacement contre les dépôts clandestins par l’éducation, la prévention et la répression.
    .

Quant au nombre de poubelles…

Non, les multiplier ne résout pas tout ; ce serait trop simple.

Au contraire : cela laisse penser qu’où elle se trouve, la personne doit pouvoir se débarrasser de son déchet : à chaque croisement d’un chemin de randonnée ou d’une voie lente, à proximité de chaque banc public, à l’entrée de chaque implantation communale… Non : les chemins, aires de stationnement, aires de pique-nique... sont utilisés de manière temporaire et celui qui y passe retourne chez lui avec ce qu'il a emporté !

Pour le dire autrement : multiplier le nombre de poubelles ne fait pas une politique… comment déjà ? : « cohérente et sur le long terme ».

Et ça marche : suite à l'expérience concluante de Virton, les communes gaumaises se sont engagées dans une même démarche !
.

Et Bridget dans l’affaire ?

IMG_8912

IMG_8940

IMG_8917

Pas besoin d’aller le chercher le 28 mars ; je m’en suis chargé pour le déposer au Service des Travaux. 

 


.