(contact : troozinfo@gmail.com)

 logo VEGA

Il y a un peu plus d’un an, l’éclatement de l’affaire PUBLIFIN révèle ce que beaucoup savaient déjà : l’existence de 3 comités de secteur sensés éclairer le conseil d’administration de PUBLIFIN et composés d’un total de 24 membres qui reçoivent une rémunération indécente et sans commune mesure avec l’apport - pratiquement inexistant - de ces structures. Parmi eux, de nombreux élus communaux et provinciaux.
.
La voie est longue et sinueuse pour qu’au sein d’une structure publique, les pratiques soient assainies et l’éthique de l’engagement rétablie. Certains au sein de la direction de PUBLIFIN n’ont manifestement toujours pas compris combien des mœurs dictées par le goût de l’argent portent un énorme préjudice à l’action publique et à sa représentation démocratique.
.
La demande pour les dirigeants d’échapper au plafonnement de la rémunération qu’il est prévu de fixer à 245.000 € est intolérable. La défense de l’initiative industrielle publique, mise en avant par tous les acteurs politiques, est fortement mise en danger par ceux qui manquent de probité.
.
VEGA demande que toutes les personnes impliquées dans la modification du rapport entre son approbation par le CA et sa transmission au gouvernement soient écartées de la structure. Il ne s’agit ici plus d’une question d’éthique mais d’une faute grave qu’il convient de sanctionner. Il en va non seulement de la crédibilité de l’autorité publique mais aussi de l’avenir du groupe dont les développements multiples présentent un niveau de risque incompatible avec l’accomplissement de missions de base du service public. 
.
Il existe en Province de Liège, épicentre de l’affaire, des structures entièrement publiques qui fonctionnent bien, comme les intercommunales environnementales par exemple. Leurs relations étroites et saines avec les pouvoirs locaux et régionaux permettent le contrôle démocratique et la transparence nécessaires à la bonne exécution de leurs - seules - missions de services publics.  Ce modèle public, dans lequel s’inscrivaient autrefois les activités de production et de distribution du gaz et de l’électricité, doit être conforté.
.
La structure PUBLIFIN est le contre-exemple : il est temps de réformer cette société, en commençant par appliquer toutes les recommandations de la Commission d’enquête.

 

éolienne

Nethys

 

 

 

 

 

 

 



.