(contact : troozinfo@gmail.com)

logo Vega

 

 

Dentisterie de Bavière

   Témoin de l’architecture moderniste des années 30’... sur le fil du rasoir.

.
Elle verrait son avenir assuré si elle se situait sur le site du Val Benoit, en pleine reconversion puisqu’après l’ancienne faculté de Génie Civil reconvertie en un temple pour  entreprises innovantes, les travaux de restauration et d’aménagement se poursuivent sur l’ancien site universitaire qui, à terme, accueillera une multiplicité de fonctions dans un cadre préservé et bien desservi par les transports en commun : 1.800 personnes y sont attendues pour y vivre, travailler et se former. Ce succès assuré, on le doit à un Master plan visionnaire et prospectif, respectueux de l’histoire et des bâtiments anciens. Un peu de patience et la porte sud de la Ville arborera fièrement l’ambition des Liégeois de construire l’avenir sur les assises solides du passé.

Mais l’ancien « Institut de stomatologie » est isolé à la pointe de cette friche de Bavière qui constitue la porte nord de la Ville, cette qui depuis 30 ans traduit cette difficulté des liégeois à fédérer les énergies et à préserver un patrimoine si souvent délaissé et qui se détériore faute d’idée, d’imagination, d’audace ; faute d’intérêt ! L’étendard autrefois fier et beau de la dentisterie se transforme petit à petit en un chancre sans que personne ne le voit, sans que personne ne le sache, sans que personne ne s’en soucie, qui finit par offrir ses fenêtres béantes et ses briques noircies à la vue de tous… mais que les Liégeois n’osent plus regarder tant ils ont honte. Ici, pas de Master plan crédible, de réflexion sur la mobilité durable, d’urbanisme inclusif, de perspective paysagère ; pour éviter la plus diffamante comparaison avec le célèbre trou de la Place Saint-Lambert, la Ville a fini par se résigner et confier au privé le devenir de cette zone stratégique de Bavière où des activités regroupées autour de la culture et de l’enseignement, du logement, du sport (etcétéra, comme on le lira sur le site de la Ville) occuperont le terrain.

Et bien non ! Les liégeois ne l’acceptent pas. La dentisterie de Bavière a un avenir si on décide enfin de lui en donner un. Il est temps de se ressaisir, d’arrêter les promesses sans lendemain, d’ouvrir les yeux et de voir que oui, ce bâtiment a un vrai potentiel pour y déployer des activités artistiques et permettre au monde liégeois de la création et des arts plastiques d’investir les lieux. L’art ne rapporte pas d’argent ? Non mais il donne du rêve, de la poésie, de nouveaux horizons et rapproche les gens au-delà de toutes nos différences, celles-là mêmes dont certains voudraient nous faire croire qu’elles sont un danger.

Avec les bâtiments de l’ancien hôpital qui occupent l’angle du Boulevard de la Constitution et de la Rue des Bonnes Villes, la dentisterie rénovée, rendue à la vie, constituera l’âme du futur projet attendu sur le site de Bavière dont il n’est pas interdit de penser qu’il soit revu, lui aussi, pour offrir à Liège une vraie belle porte d’entrée au nord de la Ville.

 

IMG_1172118834611

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 
IMG_1202

 



.