(contact : troozinfo@gmail.com)
.

Ajout d'un point complémentaire

demandé par Olivier Baltus

.

                            Liaison Cerexhe-Heuseux-Beaufays (CHB)

       Quelle position la Commune de Trooz doit-elle adopter face à un projet routier

                                  qui va à l’encontre du développement durable ?

Capture 2

Imaginée dès les années 60’ pour relier Cerexhe Heuseux à Beaufays, la liaison CHB réapparait régulièrement dans la presse où sont exposés les arguments de ses défenseurs comme de ses opposants, sans qu’il soit toujours facile pour le public de juger de leur pertinence. D’une longueur de 12,5 km, cette liaison doit relier la E40 à l’E25 en traversant les communes de Fléron, Soumagne, Trooz et Chaudfontaine, constituant ainsi un contournement Est de l'agglomération de Liège. Son coût est aujourd'hui estimé à environ 600 millions d’euros.

Le Schéma de Développement de l’Arrondissement de Liège, dont la synthèse a été présentée aux élus le 13 septembre au Palais des Congrès, et qui doit être soumis à l’approbation des 24 conseils communaux concernés, mentionne CHB à 4 reprises. Sans surprise, le schéma reprend la position connue de Liège Métropole - à l’origine du SDALg - et préconise la réalisation de la liaison.

Si le SDALg a le grand mérite d’appréhender l’arrondissement dans sa totalité et de manière transversale dans une perspective de développement durable et d’une urbanisation maîtrisée, CHB apparaît comme un non sens.

En matière de mobilité, c’est principalement la saturation aux heures de pointe du tunnel sous Cointe, l’encombrement et les nuisances pour la population des quais de la Dérivation et les traditionnels ralentissements au niveau du ring Nord et de la tranchée de Cheratte qui justifient aux yeux de ses partisans la réalisation de la liaison CHB, une nouvelle route ne pouvant que faciliter la circulation.

Les opposants contestent l’effet bénéfique de la liaison, les comptages aux entrées et sorties de la ville de Liège ayant démontré qu’une très grosse majorité des voitures circulant sur les quais de la Dérivation constitue un trafic non en transit mais pénétrant, très néfaste pour la ville et sur lequel CHB n’aura aucun effet. Ils élargissent le débat et font remarquer que CHB n’est pas qu’une question de mobilité mais surtout de territoire ; cette liaison est un puissant levier au service d’un modèle de développement qui a fait des ravages en Wallonie ces 50 dernières années car gourmand en espaces, couteux et générateur de nombreuses difficultés, dont une mobilité très dépendante de la voiture. L’utilisation du budget CHB en faveur du développement à Liège et dans sa grande périphérie d’un réseau de transports en commun structurant offrirait une alternative efficace à la voiture.

Il est un autre élément dont on parle beaucoup mais qui n’est pas suffisamment pris en compte dans ce dossier : le réchauffement climatique, dont les manifestations sont plus visibles et dramatiques chaque jour. L’ONU tire la sonnette d’alarme en observant les records de production de gaz à effet de serre et le fait que, 2 ans après l’accord de Paris sur le climat, la trajectoire actuelle ne permettra pas aux pays signataires de respecter l’engagement de limiter à 2°C l’augmentation de la température à la surface de la Terre. Le transport routier participe à hauteur de 24 % dans la production de CO2 en Wallonie. Or, il est établi que la construction de nouvelles routes crée un effet d’appel et engendre automatiquement un accroissement des déplacements en voiture. L’encouragement à l’exode rural, à l’urbanisation des campagnes… et à l’accroissement des besoins en mobilité sont à l’opposé des évolutions qu’il nous faut promouvoir pour faire face aux défis qui s’imposent à nous. Aujourd’hui, une transition en faveur d’un développement plus durable s’impose. Au niveau de notre commune de Trooz, un échange sur ces questions au sein du Conseil et avec la population est nécessaire. Pour appréhender ce projet de liaison CHB et ses alternatives et leurs conséquences sur notre territoire et les habitants mais aussi pour la Ville de Liège et l’ensemble de l’arrondissement, dans une perspective supracommunale. 

 

autoroute

 



.