10 avril 2017

La place de Forêt Village

 (contact : troozinfo@gmail.com)

.

Une rénovation à un prix d'ami 

Lors du Conseil communal du 12 décembre 2016, la Commune approuvait le budget communal exercice 2017. Au service extraordinaire, 15.000 € sont budgétés pour la "réfection de la Place de Forêt Village" (en fait la route du pourtour). Après avoir été reporté lors de la séance du 20 février, on s'attend à ce que le point portant sur l' "approbation des conditions et du mode de passation" soit rapidement réinscrit à l'ordre du jour du Conseil communal.

Cet espace classé fait à juste titre la fierté des habitants du village..., tout comme des élus qui se réjouissent que soit investi ce montant de 15.000 € pour l'amélioration de l'infrastructure et du cadre de vie à Forêt.

Des habitants de Forêt qui ont aussi la chance d'avoir vu la route de Forêt entièrement réasphaltée, la salle du village complètement réaménagée (tentures comprises) et son espace vert à l'arrière réhabilité.

IMG_6499

IMG_6511

 .

 .

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

Dans quel état sont nos espaces publics et places de village ?

Faute d'attention et d'investissement, plusieurs espaces publics communaux se sont très dégradés avec le temps (pas besoin de vous faire un dessin). La Commune en a aujourd'hui enfin conscience et s'apprête à y remédier. Evidemment, cela va prendre de nombreuses années et nécessitera d'importants investissements dont une partie devra obligatoirement être subsidiée.

Lorsqu'il est décidé d'investir dans des travaux de rénovation, il est donc toujours nécessaire de faire le bon choix parmi les nombreux besoins, et donc de passer en revue chacun de ces espaces sous l'angle du type de population et d'habitat dans le quartier, de la convivialité, de la sécurité, du cadre de vie général, de la présence d'une école...

C'est le résultat de ce petit exercice que je vous présenterai demain mardi 11 avril.

Un tableau reprendra nos principaux espaces publics, avec une appréciation rapide à ces niveaux.

20150627_081607

Place de Nessonvaux

 .

 .

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.
Situations très contrastées : selon que vous habitez à Nessonvaux ou à Fraipont, à La Brouck ou à La Fenderie, les espaces publics sont plus ou moins accueillants. Il est aujourd'hui bien nécessaire d'améliorer la qualité des espaces publics dans certains quartiers de la commune.  

 

 

Forêt village - les diverses facettes de son patrimoine

 Article paru sur ce blog le 27 mars 2014

Un esprit de clocher ? Pas si sûr…

En bordure du plateau de Herve, le village de Forêt a su conserver sa structure d’origine, organisée autour d’une place au fond de laquelle l’église Sainte-Catherine attire inévitablement le regard.

Implanté sur les bonnes terres du plateau en surplomb de la vallée de la Vesdre, le village est né de l’expansion d’une population d’agriculteurs à partir d’un essart, une zone de défrichement au sein de la forêt. L’ancienne mare de la place comblée début des années 60’ rappelle que le site était approvisionné en eau ; une ancienne pompe en témoigne encore.

Les plus anciennes maisons remontent au 17è siècle et étaient non jointives lors de leur construction. Afin de préserver les terres les plus proches où pâturaient les animaux, les nouvelles bâtisses se sont progressivement insérées entre les anciennes jusqu’à enserrer complètement la place. La plupart en moellons calcaires, plusieurs façades montrent des éléments architecturaux intéressants : baie à meneau, linteau déprimé, dalle armoriée… Des 5 imposantes fermes en carré du village, 2 sont aujourd’hui toujours en activité.  

Si on y ajoute l’élégant château de Forêt, on comprend que le village fasse la fierté de ses habitants !


IMG_5723IMG_1454

 

Le château de Forêt et sa tragédie

Rappelons-nous : en septembre 1944, soit plusieurs mois avant l’offensive von Rundstedt dans les Ardennes belges et le nord du Grand-Duché de Luxembourg, l’armée allemande reflue vers l’Allemagne, poussée par les armées alliées qui ont débarqué en Normandie le 6 juin. Pendant leur retraite, des soldats du Reich sont harcelés et perdent plusieurs hommes. Ils menèrent alors une opération de représailles le 5 septembre contre les résistants réfugiés à la ferme de Monceau et le 6 septembre au château de Forêt. Les combats font plusieurs morts parmi les maquisards qui, à court de munitions, se rendent. Une soixantaine de prisonniers seront immédiatement emmenés à Liège dont une vingtaine sont directement abattus du côté de l’île Monsin. Une dizaine d’officiers sont fusillés le même jour à Forêt. Les Allemands pilleront ensuite le château avant de l’incendier ainsi que la ferme, causant la mort d’au moins 2 résistants cachés dans le fenil. En trois jours, le massacre fera 64 victimes parmi l’armée secrète. Le 7 septembre, la ville de Liège est libérée, et donc également tous les prisonniers. Quant au château de Forêt, il fut reconstruit après 1945.

.20151101_135958

.

.

.

.

 

 

 

 

.

 

L’église Sainte-Catherine

Plus que des preuves, c’est la tradition qui fait remonter l’origine d’une première chapelle à l’époque des souverains carolingiens, et notamment la perception de la dîme (impôt ecclésiastique équivalant à un dixième de certaines productions) par le chapitre de Notre-Dame d’Aix-la-Chapelle, ancienne cité impériale. Notons que le toponyme Forêt provient de forestis qui désigne dès le 12è siècle un territoire, pas toujours boisé, où la chasse est réservée au roi : Pépin de Herstal, l’arrière-grand-père de Charlemagne, se serait plu à chasser sur ces terres…

L’édifice de style roman, consacré à Sainte-Catherine d’Alexandrie et aujourd’hui classé, se présente comme un véritable puzzle architectural, mélange de constructions et d’adaptations successives. La nef (l’espace sacré), la tour carrée et la muraille enserrant le cimetière nous rappellent l’époque où l’église jouait le rôle de refuge fortifié pour la population.

Ajoutée au 16è siècle, la chapelle sud consacrée à Sainte-Barbe fut ensuite prolongée au point d’en faire une véritable nef latérale, remarquable par ses dessins muraux racontant le martyre de la sainte. Le 10 mai 1940, les artilleurs belges dynamitent la tour, craignant qu’elle ne serve de point de repère à l’aviation allemande. Reconstruite 7 ans plus tard, elle conserve quelques parties du 13 ou du 14è siècle.

 20150406_163305

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



.

Posté par : infotrooz à - - Permalien [#]