(contact : troozinfo@gmail.com)


...le pneu de camion abandonné dans la rivière.

 

20150426_093024

 

 

Michel sait que la Vesdre fut navigable, jadis…

Etant à l’origine conçu pour la route, Michel n’a pas le profil d’un bon nageur. Alors il a plus subi les événements qu’il ne les a maîtrisés. Et comme Robinson, il a échoué sur une plage… de galets et de saletés. C’était à la fin de l’automne, le conducteur du poids lourd qu’il habillait fièrement ayant jugé qu’il n’était plus bon pour le service.

Pour passer l’hiver, Michel s’est partiellement enseveli dans le sable, ne laissant dépasser qu’une partie lisse de son visage. Plusieurs fois, les eaux lui sont passées dessus, mais Michel a tenu, bien arrimé dans son lit.

Puis le printemps est venu et avec lui les premiers rayons du soleil que sa gomme noire a vite captés. Mais cela n’a pas rendu Michel plus heureux, toujours désolé d’avoir été abandonné.

L’espoir renaît quand Michel apprend que le Contrat de rivière de la Vesdre organise une opération de nettoyage le 25 avril. On va venir le chercher, rendre à la rivière sa fierté et à Michel sa dignité !

Il compte les jours, Michel, impatient comme du temps où il parcourait l’Europe entière. Le jour est enfin là, et Michel attend… mais ne voit rien. Certainement, les participants bénévoles à l’opération sont-ils occupés ailleurs, car Michel sait ne pas être le seul à avoir subi ce triste sort ; ils viendront l’après-midi, sûrement. Les heures passent et Michel espère toujours mais il sait au fond de lui-même que cet espoir est vain, que personne ne s’intéresse à lui, sauf pour se désoler de l’état de la rivière quand les passants franchissent le pont de La Fenderie et que lui, le misérable pneu de camion abandonné, s’expose au regard de tous. 

Le jour se termine, Michel est désolé, il pleure et ses larmes rejoignent aussitôt la Vesdre. La rivière grossit et Michel continue de déverser des torrents… Rien ne le console, ni les colverts qui tracent le ciel, ni le cincle - intrépide - qui saute de pierre en pierre puis plonge à la recherche de sa pitance.

Subitement, Michel sent l’eau imprégner son corps toujours ensablé. Le clapotis se fait plus fort. Maintenant elle lui caresse le visage ; c’est donc que le niveau monte ! Michel ne craint pas les fortes eaux, il sait tenir longtemps en apnée s’il le faut. Le voilà maintenant qui côtoie le monde aquatique : truites, verrons, écrevisses…

La nature est généreuse, dit-on ; la rivière tout autant mais elle doit se faire respecter ! En crue, elle gronde lorsqu’elle frôle les piles de ponts, elle râle lorsqu’elle racle les murs, elle gémit lorsqu’elle reconquiert les berges. C’est maintenant un tumulte qui emporte tous les déchets sur son passage ! Les plastiques, les vieilles chaussures, les bouteilles, les canettes… ; rien ne résiste à la Vesdre qui charrie tous ces détritus dont elle a décidé de se débarrasser une fois pour toute ! Et c’est sur cette petite prairie à l’extérieur de son méandre qu’elle a décidé de déposer sa bien triste récolte : un amoncellement de tout et de rien, juste bon à jeter ! Aux hommes à prendre le relai, à trier et recycler ce qui doit l’être et à éliminer proprement le reste.

Michel est ébahi : il a assisté à tout mais lui n’a pas bougé, pas d’un iota ! Il comprend pourquoi, il est la source de cette tempête mais il est à l’amont, aucun torrent d’eau n’est venu le chercher, lui l’incongru qui se désole de salir la rivière ! Ses larmes ont fini de couler cependant, et la rivière s’est apaisée ; Michel sent la caresse des derniers rayons du soleil couchant ; pourra-t-il lui aussi quitter un jour son tombeau ?

Le cri du martin pêcheur le sort de ses rêveries matinales. Et soudain, le spectacle qui s’offre à lui le ravit : en aval, la rivière a retrouvé ses plus beaux atours ! Les demoiselles et les éphémères dansent au dessus de l’eau, des nappes d’alevins dessinent des ombres chinoises mouvantes, les hérons tendent le cou pour attraper le menu fretin… et même des pêcheurs lancent leur ligne pour tenter les plus belles farios aux flancs rouge, noir et or.

Michel a un pressentiment ; ses premières impressions de la journée sont bonnes et il devine que quelque chose se prépare. Mais quoi ?

Soudain, il aperçoit un homme sur la berge qui marche vers lui. Il n’a pas de canne mais un grand sac rouge. Il se penche et ramasse les déchets situés en amont et qui n’ont donc pas été emportés par le tsunami de la veille. Son sac grossit à vue d’œil. Se serait-il trompé de jour ? Peu importe, c’est le résultat qui compte ! Le voilà qui arrive. Les présentations sont vite faites : Michel, le pneu de camion et Pierrot, l’amoureux de la nature s’étonnent d’une telle rencontre mais ils savent l’un comme l’autre que leur histoire commune ne fait que commencer !

Pierrot part chercher une bêche pour dégager Michel. La terre est meuble et le travail assez facile. Michel sent la pression diminuer et peut déjà s’ébrouer. Utilisant l’outil comme bras de levier, Pierrot dégage finalement Michel qui, enfin, retrouve sa position debout. Un dernier coup d’œil à la Vesdre qui renaît à la vie et le duo s’élance à l’assaut de la berge abrupte. Michel fait facilement ses 80 kilos ! Ereinté mais heureux, Michel est ensuite hissé sur la remorque, direction le recyparc. Tous les déchets récoltés par Pierrot finiront dans les conteneurs pour encombrants ou briquaillons selon les cas. Et pour Michel, il y a bien un tas ne pneus, mais de voitures ! 20 pouces maximum Monsieur, les plus larges n’ont rien à faire ici ! Pierrot sait bien que les filières de tri et recyclage ont leurs exigences. Il a une alternative : remettre Michel aux mains du Service Travaux de la Commune : les ouvriers en ont vu d’autres et sauront comment le remettre sur le bon chemin.

Le moment de la séparation est venu ; chacun sa voie, Michel sera emmené jusqu’à l’usine d’incinération ou sa combustion produira de la chaleur, quant à Pierrot, il va retrouver sa rivière et savourer avec elle toutes les merveilles de la vie.

 

 

20150502_09084020150502_091150

 

 

 

 

 

 

 .

La délivrance de Michel

 20150502_09181920150502_092217

 

 

 

 

 

 

 

20150502_092432

 

 

 

 

 

 

 .

 Michel vient de retrouver sa dignité et pose fièrement debout.

 

20150502_092450

 

 

 

20150502_092932

20150502_095200

 

 

 

 

 

 

 .

Michel quitte la Vesdre : une séparation triste mais nécessaire.

20150502_10032120150502_100514

 

 

 

 

 

 

 

Michel attend son taxi.

 

20150502_102734

20 pouces maximum ; votre place n'est pas ici !

20150502_105014

 

Michel à l'aube d'une nouvelle vie.

 

 

 

 


..