.
Savez-vous ce que l'on fait avec votre argent ?  

(contact : troozinfo@gmail.com)


Informer de la (bonne) utilisation de l'argent public, une nécessité !

On l'a écrit : l'obtention récente de la promesse ferme d'octroi d'un subside de 2.067.000 € maximum pour le projet d'école sur le site d'El No à Fraipont-Nessonvaux offre de nouvelles perspectives financières à la Commune. Cette bonne nouvelle se traduira dans le budget des prochaines années sous la forme d'un montant à charge communale bien moindre.

Mais l'analyse du budget communal 2014, en équilibre et voté à l'unanimité le 16 décembre, n'est pas le propos de cet article, pas plus que l'analyse de la pertinence ou non de l'instauration, de la modification ou du choix de telle ou telle taxe ou dépense. 

Nous nous intéressons ici à la communication et l'information des citoyens... quant à l'utilisation de leur argent.

Petit rappel : les ressources communales proviennent de 3 sources :

  1. la fiscalité (additionnels à l'IPP, additionnels au PRI et les taxes locales) ;
  2. le fonds communal et les subsides ;
  3. les recettes propres (prestations, dividendes gaz et électricité..., recettes financières).

Quant aux dépenses communales, elles sont de 4 ordres :

  1. le personnel ;
  2. les transferts (CPAS, zone de police, pompiers...) ;
  3. le fonctionnement ;
  4. la charge de la dette.

Les citoyens doivent le savoir : la plupart des recettes sont très étroitement encadrées et la plupart des dépenses sont "obligatoires", les communes ne disposant finalement que d'une marge de manœuvre limitée, plutôt du côté du budget extraordinaire (dépenses d'investissement).

Fin d'année oblige, les 2 derniers Bulletins traitent du profil financier de la Commune et du budget 2014.

On y trouve, à mon humble avis, des informations très pertinentes pour le grand public qui, s'il le souhaitait et à défaut d'assister au Conseil communal qui vote le budget annuel, pourrait toujours demander un complément d'informations à l'Administration.

Les informations sont aussi plus complètes (et plus clairement exposées) par rapport aux 2 années précédentes, ce dont on peut aussi se réjouir.

Cette manière de travailler doit se poursuivre...

 

Un petit mot général sur les taxes...

La recherche des taxes les plus faibles n'est pas une fin en soi ; il n'est donc pas utile de toujours rappeler que, pour l'IPP ou la taxe "immondices" par exemple, nous sommes en dessous de la moyenne comparativement à un groupe de communes similaires.

Par contre, les taxes doivent être bien fondées pour orienter certains comportements dans un sens favorable à l'intérêt général, encourager ou non certaines activités... 

Prenons comme exemple la "politique" des déchets :

Une fois encore, la Commune doit faire face à ses responsabilités et ne pas se contenter du minimum en se satisfaisant de rester dans le cadre légal : les citoyens attendent bien plus de la Commune ! Les communes qui adhèrent à Intradel (intercommunale chargée de la gestion des déchets ménagers en province de Liège) conservent leur autonomie fiscale ! Notre Commune reste donc libre d'organiser sa fiscalité "déchets" comme elle l'entend, sous réserve bien entendu du respect des pourcentages de coût-vérité fixés par la Région (entre 95 et 110 %). Quand on voit les performances de Trooz dans la zone Intradel, il est évident qu'il y a des choses à faire au niveau des échevinats de l'Environnement et des Finances qui doivent se saisir du sujet et travailler en partenariat (nous reviendrons sur la question des déchets dans un prochain article). 

C'est à ce niveau que la politique apporte sa plus-value !

 

Profil financier : quelle "ligne structurelle" ?

Avant la promesse d'obtention du subside majoré pour la future école d'El'No, et vu le profil de la Commune, la "ligne structurelle" était de réduire progressivement les dépenses notamment en matière de personnel, d'énergie et de fonctionnement.

Nous pensons que cette ligne doit impérativement être conservée, tout en rééquilibrant certaines fonctions au sein de l'Administration (exemple le plus flagrant : la Commune n'a pas d'écoconseiller, ce qui est un gros handicap).

La prudence s'impose. L'affaire "Dexia" a coûté très très cher aux communes, dont celle de Trooz ! Les participations dans des sociétés, quelle que soit leur statut, doivent être pertinentes et raisonnées. Les investissements et les choix budgétaires doivent être mûrement réfléchis sur le long terme et privilégier les services les plus essentiels au bénéfice du plus grand nombre et/ou des publics les plus vulnérables, tout en inscrivant la Commune dans une vision d'avenir.

La relance de l'étude du schéma de structure fait partie de ces choix que le politique doit oser faire. Nous saurons bientôt ce qu'il en est.

Le site de la Fenderie doit rester au centre de l'intérêt des mandataires qui reconnaissent enfin son potentiel et proposent de très belles perspectives d'avenir pour cet endroit.

Une voie lente dans la vallée, des sentiers de randonnées entretenus, un zoning industriel mieux intégré et revalorisé, des centre de village rénovés là où c'est nécessaire, un aménagement du territoire responsable, une grand'rue plus attractive, des espaces publics accueillants... : autant de voies d'avenir qui doivent guider les choix politiques à Trooz.

Quand on sait d'où l'on vient (rappeler-vous le projet de certains de raser le bâtiment du maka pour en faire quelques places de parking supplémentaires sur le site de La Fenderie : nous étions... en septembre 2012 !), on ne peut qu'être heureux d'une certaine reprise en mains de la gestion communale en 1 an à peine. Lorsque la Commune se sera sérieusement réapproprié - de manière structurelle - certaines compétences délaissées de longue date, elle aura fait un nouveau pas en avant, ce que nous ne manquerons pas de souligner, tout comme les lacunes si ces compétences devaient rester en friche.  

 IMG_1390

 

 



.